Neuen Kommentar schreiben

Le développement durable : entre promesses et impasses

JEAN HATEGEKIMANA[1]

Selon différentes sources sur Internet, à partir du 2 août 2017, l’humanité vit à crédit car elle a consommé l’intégralité des ressources que la Terre peut produire et renouveler pendant un an. Ainsi, en dépit des efforts déployés depuis plus de quatre décennies, la situation s’empire.

En effet, depuis Stockholm, en 1972 où s’est tenue la première conférence des Nations Unies sur l’environnement humain, les nations vont de sommets en sommets sans résultats notoires : Nairobi en 1982, Rio de Janeiro en 1990, Johannesburg en 2002 et Rio+20 à Rio de Janeiro en 2016. Le bilan sur la situation globale de l’état de la planète montre que la capacité des nations à maîtriser la situation est limitée[2].

Responsabilité et justice

Ce qui est certain pour tous c’est que la planète Terre est unique et qu’il faut la conserver dans le meilleur état possible. Ce qui l’est moins ou plus difficile à appréhender c’est que la communauté humaine qui l’habite est également unique. Ayant les mêmes origines – « issue d’un seul homme » (Actes 17.26) – et une même destinée – « après la mort le jugement » (Hébreux 9.27). Ainsi, est-il illusoire de vouloir éradiquer, d’un côté de la planète, la faim, réduire la pauvreté, vivre en paix, alors que, de l’autre, on jette la nourriture, on s’enrichit à tout prix ou on fait la guerre. Vouloir trouver des solutions aux problèmes qui assaillent la Terre et ses habitants tout en ignorant ces injustices revient « à poursuivre du vent » (Ecclésiaste 1.14).

Aujourd’hui, la fragilité de cette nature qui pourvoit à nos besoins physiologiques est largement reconnue, mais les solutions proposées manquent trop souvent la cible. Pour le chrétien, la réponse au problème réside dans sa responsabilité vis-à-vis de la nature dans laquelle son Créateur l’a placé[3]. C’est le respect et l’amour dus à l’Auteur de cette création qui dictent sa conduite. Que d’encre a coulé et d’arbres ont été abattus (pour fabriquer du papier) afin d’expliquer le développement durable. Pourtant, les différentes politiques n’arrivent pas à influencer significativement le style de vie en termes de production, consommation, etc. Le rôle du chrétien est donc décisif dans la mesure où c’est toute sa vie qui doit être engagée pour ce qui est juste et ceci selon la volonté de Dieu dans sa création.

Une double fragilité

« Nous n’avons rien apporté dans le monde et nous ne pouvons rien en emporter » (1 Timothée 6.7). Par ces paroles de l’apôtre Paul, nous sommes au clair sur le fait que ce que nous avons présentement est uniquement pour notre séjour terrestre. Ceci est le code de conduite du chrétien pendant son pèlerinage sur la Terre : prendre de la nature ce dont nous avons besoin, tout en prenant soin d’elle et aussi des autres. En effet, comme le dit le philosophe chrétien Paul Ricœur, « il y a un fragile physique et un fragile humain et la responsabilité c’est de se reconnaître en charge de la protection de ce qui nous est confié »[4].

Cette double fragilité est une conséquence de la désobéissance à la loi divine et ne peut être ré-établie que dans l’obéissance. En effet, d’où peuvent venir les dégâts que nous observons autour de nous, sinon de la cupidité et l’avidité des uns et des autres qui font rage dans l’âme ? Ainsi, c’est l’opulence chez nous, pendant qu’ailleurs même le nécessaire fait défaut. Cela n’est simplement pas juste. Le message chrétien, dans sa simplicité, donne la réponse à la question qui occupe les politiciens, les scientifiques et les intellectuels de tous bords : « Que celui qui a deux tuniques partage avec celui qui n’en a pas et que celui qui a de quoi manger, fasse de même » (Luc 3.11).

Qui pourrait prétendre qu’avec un tel principe la Terre et ses habitants n’iraient pas mieux ? Mais la mise en pratique concrète de cette parole ne peut se faire qu’à partir du moment où l’invitation suivante a été entendue et que l’âme humaine y ait répondu favorablement : « Celui qui vient à moi n’aura plus jamais faim, celui qui croit en moi n’aura plus jamais soif » (Jean 6.35). Il faut d’abord être soi-même rassasié et désaltéré pour faire de même pour les autres. Ceci nous montre combien le chemin pour atteindre les fameux objectifs de développement durable sera long et laborieux. Cependant, sur ce long chemin, le chrétien connaît sa responsabilité et doit être prêt pour le jour où chacun devra rendre des comptes à Dieu (Romains 14.12).

Une conversion « durable »

La solution humaine pour sauver la planète est problématique dans la mesure où ce qui paraît bon aujourd’hui peut ne plus l’être demain. Les bonnes intentions ne suffiront pas. Ce qu’il faut pour chaque génération c’est un changement radical dans la manière de voir, de penser, de faire, bref de vivre. C’est ce que La Bible appelle la conversion et qui, hélas, n’a pas encore été comprise par tous. En effet, elle n’est pas seulement la voie pour le salut des âmes pour l’éternité, mais aussi pour ici et maintenant vis-à-vis de notre prochain et de la création dans son ensemble.

Cas pratique : partager le jeu et le savoir

Au canton de Genève on dénombre 31 ludothèques. Ce sont des lieux privilégiés pour le partage des jeux, des jouets et du temps avec nos enfants et les autres. Avec la possibilité d’emprunter gratuitement, on peut tester les jeux sur place avant de les emmener à la maison. Les enfants se lassent vite des jeux ou des jouets. Dès lors, quelle meilleure idée que de leur acheter un jeu qu’ils ont déjà apprécié ? Ceci évite des jeux qui, du magasin, transitent à la cave et finissent parfois à la déchèterie. Le même principe vaut pour les bibliothèques et les médiathèques dont la plupart des municipalités disposent.

Satisfaire l’envie des enfants en termes de jeux, jouets et livres est difficile pour les parents. Sitôt achetés, sitôt inintéressants. Dès lors, plutôt que de remplir des étagères de DVD, CD, livres, etc., pourquoi ne pas utiliser les ressources existantes ? Les ludothèques et bibliothèques municipales offrent l’opportunité de faire des économies, préserver les ressources naturelles et éviter des déchets. De tels gestes nous permettent de satisfaire pleinement nos besoins du présent sans compromettre ceux du prochain et des générations futures.

L’auteur

Jean Hategekimana, marié et 3 enfants, est membre de l’Eglise évangélique libre de Genève. Pendant plusieurs années, il a été collaborateur scientifique de l’Agenda 21 Ville de Genève. Il a participé au Groupe écologique de ChristNet.


[1] Texte paru dans Perspective, magazine de la Conférence Mennonite Suisse, n° 10, octobre 2017.

[2] Van Kote G. ; Rio+20 Le développement durable à l’heure du bilan, www.fnh.org

Faraco B.  ; L’économie verte déraille à Rio+20, http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/06/19/l-economie-verte-deraille-a-rio-20_1721030_3244.html#iK1MIPfZuAmcFAV1.99

[3] Hategekimana J. ; Le développement durable : et le chrétien dans tout ça ?, Actes du congrès européen d’éthique, P 290.

[4] Ricœur P. ; Le tragique et la promesse, In Dialogues, P. 34

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.