Add new comment

Thèses « La vérité en politique et dans les médias »

Quatre thèses suite au ForumChristNet « Que de l’intox !? » du 11 novembre 2017 à Bienne. Il s’agit d’une base de discussion sur notre site web et sera adapté ces prochaines semaines.

Pour participer à la discussion, merci de poster un commentaire en fin de document.

1. La vérité, c’est aimer véritablement.

Etre vrai signifie être sincère et fiable. C’est une condition préalable aux relations véritables. Si nous partons de l’idée que, de toute façon, les autres mentent, la relation n’est pas possible, mais seulement le retrait, la désillusion et une attitude de franc-tireur. En Suisse, la peur de l’égoïsme des autres domine (GfS-Angstbarometer). Nous nous méfions donc de notre prochain. Cela nous pousse à nous isoler des autres et à nous comporter de manière égoïste sur le plan personnel et social.

La vérité est donc décisive pour les relations, personnelles et sociales ! Paul écrit : « [L’Amour] ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité » (1Co 13:6).

2. La vérité, c’est écouter avec discernement.

La recherche de la vérité n’est pas seulement individuelle, mais aussi un travail d’équipe. Elle se fait dans l’échange et dans la confrontation avec d’autres points de vue. Les médias sociaux et les technologies de l’information ont donné lieu à un flot d’informations sans précédent. Bien que la diversité des sources se soit accrue, le grand volume fait que nous devenons de moins en moins critiques à l’égard de l’information. Dès lors, nous privilégions ce qui nous arrange.

Normalement, ce sont les informations qui confirment notre vision du monde dont nous devrions vérifier l’exactitude tout particulièrement. Ceci est aussi vrai pour les informations « chrétiennes ». Paul nous dit : « Examinez tout et retenez ce qui est bon. » (1Th 5:21).

3. La vérité dérange.

Affronter la vérité demande du courage, parce qu’elle peut changer notre façon de penser et nos idéologies. Ce n’est pas aisé pour nous humains. Nous aimons croire ce qui correspond à nos convictions. Or, la publicité en ligne et les médias sociaux nous poussent toujours plus à vivre dans une « bulle sociale » qui éludent les opinions surprenantes, voire antagonistes. Cela vaut également pour de nombreuses bulles « chrétiennes ». Nous avons donc besoin de gens qui sont prêts à se laisser déranger, mais aussi à déranger les autres avec nos conclusions.

Être dérangé exige l’humilité de reconnaître que notre savoir et notre connaissance sont partiels (1Co 13:9). A de nombreuses reprises, Jésus nous encourage à « changer d’attitude », et Paul nous invite à renouveler nos pensées (Romains 12:2).

4. Les chrétiens devraient être des spécialistes de la vérité.

Les chrétiens sont idéalement placés concernant la vérité: ils devraient être particulièrement bien équipés pour promouvoir et revendiquer la vérité. Ils connaissent l’amour inconditionnel de Dieu (thèse 1), ils vivent la communion (thèse 2) et ils vivent la conversion (thèse 3).

Paul nous appelle : « omportez-vous donc comme des enfants de la lumière car ce que produit la lumière c’est tout ce qui est bon, juste et vrai » (Ep 5,8).

Chrétiens, faites donc quelque chose de courageux !

En tant que chrétiens, nous voulons endosser cette position de « spécialistes de la vérité ». Nous voulons apprendre à aimer le monde véritablement, à quitter notre bulle, à écouter ceux qui ont un autre avis, à nous laisser déranger dans notre vision du monde et à déranger les autres.

Interpellé-e ? Ton opinion sur ces thèses nous intéresse.

Tu peux participer à la discussion en postant un commentaire ci-dessous ou en nous écrivant un mail : info@christnet.ch.

Authors: 

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.