~ 5 min

Récemment, j’ai rencontré un chrétien qui m’a parlé ouvertement de ses expériences avec l’argent et la Suisse. Sa vision spirituelle m’a impressionné. Autrefois, il travaillait dans le monde bancaire, mais ne s’y sentait pas bien. Suite à ma demande, il a été d’accord d’écrire deux texts pour ChristNet : « Calì ou Medellin… » décrit une situation qu’il a vécue il y a un peu plus de 10 ans. Dans « Papa, je veux… » il adresse quelques réflexions critiques à son fils sur l’accumulation des biens. Pour des raisons de sécurité, son nom doit rester anonyme.

Calì ou Medellin plus blancs que neige

Nous sommes quelque part en Occident. Imaginez un bureau, où s’affairent une quinzaine d’employés de banque. Il y en a de tous les âges, mais surtout des jeunes qui travaillent avec un contrat temporaire. L’ambiance est bonne, surtout décontractée. C’est plutôt agréable, la maison offre les boissons, très appréciées.

Tout d’un coup, un des comptables s’exclame : «Hé, les gars, si vous voyez ce que je vois, j’ai sous les yeux un compte de 3 millions de dollars, mais la détentrice est une femme de ménage de 20 ans domiciliée à Medellin. C’est fou ce que cela rapporte d’être technicienne de surface en Colombie ».

Alors un autre renchérit : «C’est marrant, moi, j’ai un inspecteur de police de Cali qui est possesseur de 4 millions et demi de dollars, je pensais plutôt que le salaire des flics de part le monde était assez chiche. Il y eut un long silence où

chacun se replongea dans ses comptes respectifs, puis le doyen de l’équipe fit la remarque suivante : «Eh bien ! Figurez-vous que j’ai observé que plusieurs étudiants de 18 à 20 ans de Cali ou de Medellin détenaient des comptes de montants similaires, mais n’allez pas formuler une demande d?immigration pour aller en Colombie, vous êtes ici en présence d’écrans de couverture pour ces messieurs des cartels de Cali et de Medellin. .L’établissement qui nous emploie fait office de blanchisserie, nos dirigeants auraient dû s’assurer de la provenance de ces fonds d’origine réellement douteuse.

Papa, je veux être millionnaire avant d’avoir atteint mes 40 ans.

Tel est le projet de mon fils aîné Kevin, 33 ans, homme d’affaires belge, résidant au Cameroun. Son désir n’est pas si innocent que cela, selon les principes de notre société post-chrétienne, cela sonne bien, puisque tout y est basé sur l’optimisation du profit, mais alors qu’y a-t-il de mal ?

L’écriture nous avertit : « Nul serviteur ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon.» Luc 16 :13. lisons encore : «Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.» Matthieu 6:33

Jésus lui-même a vécu avec le minimum vital au cours de son ministère terrestre. Les disciples aussi, ne se sont pas enrichis par leur ministère, ils n’ont jamais

monnayé leur interventions salvifiques. Etre riche n’est pas irrépréhensible en soi, mais vouloir le devenir à tout prix, pourrait constituer un piège. Ce n’est pas l’argent qui fait ici problème, l’argent serait neutre en lui-même, mais c’est l’amour de l’argent qui pourrait bien constituer une occasion de chute.

Le désir de devenir riche (à bien distinguer du fait d’être riche) est positivement mauvais (1 Tim. 6:9-11).

9 Mais ceux qui veulent devenir riches, tombent dans la tentation et le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux, qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition.

10 Car l’amour de l’argent est la racine de tous les maux; et quelques-uns en étant possédés, se sont détournés de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans les plus grandes douleurs.

11 Pour toi, homme de Dieu, fuis ces choses, et recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la patience, la douceur.

Statistiquement, 80% des gens qui gagnent des fortes sommes à la loterie, n’ont plus rien, trois ans après. Pourquoi ? Parce que se retrouver millionnaire du jour au lendemain, ça doit s’apprendre, se gérer. Nous sommes soumis à la loi des correspondances qui dit que notre être extérieur est le reflet de notre être intérieur. Le surgissement de cette fortune a brusquement changé le monde extérieur des heureux gagnants, qui n’ont pas su apporter les corrections nécessaires à leur monde intérieur, dans leur esprit ils sont restés «pauvres» et

n’ont su ou pu s’adapter à leur nouvelle situation.

Mon fils si par un heureux concours de circonstances, tu devais te retrouver à la tête d’un ou plusieurs millions, apprends vite à te compter en millionnaire, pour éviter les erreurs des heureux gagnants ci-dessus. Devenir millionnaire, en effet, est très différent de posséder des millions, cela fait appel à être un intendant fidèle, créateur de richesses, alors de ne considérer le problème que sous son aspect quantitatif, t’entraîneras à la ruine dénoncée par 1 Timothée 6 :10. Mais, nous sommes enfants d’un Dieu immensément riche, donc si nous avons à disposition d’immenses moyens financiers, ce n’est pas pour que nous devenions avares, mais pour redistribuer ces richesses à nos frères dans le besoin en retrouvant la joie de donner, telle que nous le lisons dans Jacques 2 :15-16 OST.

« Et si un frère ou une soeur sont nus, et qu’ils manquent de la nourriture de chaque jour, et que quelqu’un de vous leur dise: Allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez, et que vous ne leur donniez point ce qui leur est nécessaire pour le corps, à quoi cela sert-il?

Certes, la course au fric comporte des compromissions éthiques, des pratiques peu recommandables, des alliances avec l’enfer, des fréquentations douteuses. Si vous voulez devenir un prédateur, vous allez devoir adopter ses m’urs, pour vous imposer dans le milieu de la finance, il va vous falloir mettre à contribution

vos canines et vos griffes. C’est un monde de fauves, où pour survivre, il faudra

plutôt suivre les lois du Far West que les préceptes de l’Evangile. Mammon est une pompe à finances difficile à «traire».

Mon fils, tu pourras devenir millionnaire avant 40 ans, mais que sous la supervision du Seigneur, qui te maintiendra dans la juste et ‘étroite voie.

Photo by Claudio Schwarz | @purzlbaum on Unsplash

~ 2 min

Bâle, 30.9.05 : Des milliards de francs d’argent sale provenant de l’étranger sont encore stockés sur des comptes suisses, la plupart étant le fruit de la fraude fiscale. Nos banques ne sont-elles pas assez exigeantes ? Et la population ?

ChristNet l’a mis à l’épreuve : hier, une délégation d' »hommes d’affaires » a visité la Paradeplatz à Zurich, le centre bancaire suisse, et a offert de l’argent aux passants. De l’argent sale, bien sûr, malodorant et souillé.

Conclusion : les passants se sont jetés dessus, mais la plupart ont décliné avec des remerciements, certains rétorquant « Non, je ne prends pas d’argent sale ! Félicitations, cher Suisse, c’est ainsi que cela doit être.

Interrogés plus spécifiquement sur le secret bancaire, certains ont répondu qu’il n’y avait rien à faire à ce sujet. D’autres, en revanche, ne veulent pas que le secret bancaire soit ébranlé : « Notre richesse vient de quelque part » ou « Il faut bien vivre de quelque chose » sont les arguments les plus fréquemment entendus. La conscience de l’injustice semble être généralement présente, même si elle est en partie couverte par des justifications venteuses. Mais la crainte pour son propre bien-être est plus grande. Que pouvons-nous faire ?

Le 5 novembre, ChristNet tiendra une conférence sur le thème de l’argent en Suisse à la Nägeligasse 9 à Berne. Sous le titre « L’argent ou la vie », différents domaines seront mis en évidence où la Suisse semble s’accrocher davantage à l’argent au lieu de faire confiance à Dieu. Ensemble, nous voulons trouver de nouvelles voies.

Photo by Claudio Schwarz | @purzlbaum on Unsplash