~ 4 min

Le « temps de travail usuel » n’a cessé de diminuer au cours du siècle dernier. Alors qu’il y a cent ans, les Suisses devaient travailler bien plus de 50 heures par semaine, la durée moyenne du travail a atteint 42 heures en 1993 et s’est stabilisée à 41,7 heures depuis 2003. On pourrait donc penser qu’un peu plus ne ferait pas de mal.

Travaillons-nous vraiment moins ?

Le renversement de tendance vers plus de travail a déjà eu lieu depuis longtemps : Sous la pression des prestataires de services financiers, le conseiller fédéral Schneider-Ammann a décrété début 2016 que les employés, s’ils ont un revenu annuel brut, bonus compris, d’au moins 120 000 francs et qu’ils peuvent décider eux-mêmes dans une large mesure de leur emploi du temps (et si l’entreprise est soumise à une convention collective de travail), « ne doivent plus enregistrer leur temps de travail ». Cela signifie, dans la plupart des cas, ne plus pouvoir enregistrer – et donc devoir travailler « jusqu’à ce que ce soit fini ». Mais fini est rarement le cas, car tant qu’il n’y a pas de barrières, on peut sans problème attribuer encore plus de tâches aux employés. Des centaines de milliers de personnes en Suisse travaillaient déjà plus longtemps que « l’usage dans l’entreprise », mais il y en a désormais encore plus.

Toujours plus dense, toujours plus rapide

A cela s’ajoute l’augmentation massive de l’intensité du travail : au cours des dernières décennies, le travail s’est fortement intensifié. Les temps morts n’existent presque plus. De plus en plus de personnes ne travaillent plus qu’en « mode urgence ». L’urgence a pris le dessus. Des personnes âgées m’ont déjà avoué à plusieurs reprises qu’elles étaient heureuses de ne plus travailler. Autrefois, ils travaillaient certes plus d’heures, mais de manière régulière et « une chose à la fois ». Aujourd’hui, tout le monde ne fait que « s’accrocher ».

Ce stress permanent n’est pas dû au hasard : afin d’optimiser le retour sur investissement (ROI) – le rendement du capital – pour les actionnaires, les entreprises cotées en bourse suppriment régulièrement des postes. Elles veulent alors répartir le travail entre les employés restants. Si un retour sur investissement de 5 pour cent était bon auparavant, il doit être de 30 pour cent aujourd’hui. Nous nous sommes habitués à cela et à ses conséquences et trouvons cela tout simplement normal. Mais dans une situation de concurrence, cette pression « d’en haut » contraint également de nombreuses autres entreprises à la même « réduction des coûts », comme Migros qui, en l’espace de deux décennies, a divisé par deux le nombre d’employés par surface de magasin.

Les baisses d’impôts mènent à une spirale

Peut-être aussi sous l’impression que nous travaillons dur et que « l’État » ne doit pas « tout nous prendre », nous avons régulièrement approuvé de nouvelles baisses d’impôts dans les cantons, avec pour conséquence que des postes ont ensuite été supprimés dans les écoles et les hôpitaux, de sorte que le stress dans ces domaines est devenu insupportable. Les classes plus grandes rendent le travail des enseignants encore plus difficile. Aujourd’hui, de moins en moins de jeunes gens bien formés veulent faire ce travail, il y a désormais une pénurie d’enseignants dans certaines disciplines, ce qui entraîne à son tour des classes plus grandes. Et dans les hôpitaux, on parle depuis longtemps de pénurie de personnel soignant. Aucune autre branche ne compte autant d’abandons : selon l’Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI), 46 pour cent quittent leur profession, un tiers avant l’âge de 35 ans. Souvent parce qu’ils sont épuisés.

Poussés à l’épuisement

La conséquence de tout cela est un nombre croissant de burn-out, mais qui ne dérange pour l’instant que les réassureurs. Entre 2012 et 2020, les incapacités de travail pour raisons psychiques ont augmenté de 70%. Le Job Stress Index montre une augmentation constante du nombre de personnes travaillant dans des conditions critiques jusqu’en 2020. Environ 30 pour cent des personnes sont aujourd’hui plutôt ou très épuisées sur le plan émotionnel. Les restructurations et les changements permanents y contribuent également.

Si, dans ces circonstances, l’organisation patronale demande maintenant que nous travaillions encore plus et de manière plus flexible pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, cela est hautement anti-humain. Cela pousserait encore plus de personnes à l’épuisement, et ce ne sont même pas les entreprises qui devraient payer les pots cassés, puisque le Conseil fédéral rechigne à reconnaître le burnout comme une maladie du travail. Les coûts de la santé et les primes AI ont également augmenté en raison de l’usure de ces personnes.

L’alternative : plus de temps et de relations au lieu d’encore plus de « prospérité ».

La « pénurie de main-d’œuvre qualifiée » ne peut être combattue qu’en réduisant nos exigences en matière de poursuite de l’augmentation de la prospérité. Nous devons nous demander si nous avons vraiment besoin d’un véhicule tout-terrain (SUV) ou d’un home cinéma encore plus grand.

Si nous avons moins de personnel qualifié, notre économie et donc notre prospérité croîtront effectivement un peu moins vite. Est-ce vraiment un problème ? Nous devons faire une pause et nous poser la question fondamentale de savoir ce dont nous avons vraiment besoin : D’une « prospérité » encore plus grande ou d’une vie moins frénétique, dans laquelle nous avons aussi le temps d’être présents pour nos enfants ou de trouver un espace pour la contemplation. De ce point de vue, il faut saluer le fait que les universitaires puissent eux aussi travailler à temps partiel et ne doivent pas « en guise de punition » rembourser les frais d’études. Pourquoi leurs enfants ne devraient-ils plus guère voir leurs parents ? Doivent-ils être envoyés dans des crèches simplement parce que leurs parents ont fait des études ?

L’éducation et la relation – c’est la base de notre société. Nous ne devons pas sacrifier ces activités de base à la légère.


Cet article a été publié pour la première fois le 01 mars 2024 sur Insist Consulting.
Photo de Verne Ho sur Unsplash

~ 3 min

Le ForumChristNet de samedi dernier, 9 mars 2024, à Berne, s’est aventuré dans le domaine de la santé sous le titre « Santé publique : Entre acquis et dérives », s’est attaqué à un sujet particulièrement brûlant. Trois exposés présentant des approches différentes du sujet ont débouché sur des questions et des discussions entre les intervenants et les participants.

Le fait que le système de santé soit à la dérive est un thème récurrent dans l’opinion publique. Selon le Dr Severin Lüscher, député au Grand Conseil et médecin de famille dans le canton d’Argovie, cela se voit par exemple au nombre d’interventions traitées par les Chambres fédérales. Alors qu’il n’y en avait que 100 en 2001, ce nombre s’élève aujourd’hui à 600 par an. Le président de la commission sociale et de la santé du Grand Conseil argovien a cité « l’exigence, le comportement de consommation et la démesure » comme l’un des nombreux domaines problématiques. La politique de santé crée de mauvaises incitations, « tout le monde trompe tout le monde ». Après avoir payé leur franchise, les assurés et les patients se comportent comme dans un self-service sans caisse à la sortie. Les fournisseurs de prestations facturent le plus de prestations possible. Le forfait par cas n’y change rien. Les assurances laissent les négociations tarifaires aller à vau-l’eau et la politique s’est engagée à « maîtriser les coûts » tout en veillant à l’augmentation des frais généraux et des activités non productives. « Qu’en est-il du sens et de l’efficacité personnelle chez les soignants et les soignés ? », a demandé Lüscher à la fin de son exposé. Selon lui, le système de santé ne peut rien changer au fait que la vie est finie. « La spiritualité, la religiosité et la foi dans le contexte de la santé et de la maladie sont-elles une affaire privée ou un besoin fondamental, ou les deux ? »

Thomas Wild, directeur de la formation et de la formation continue en aumônerie, soins spirituels et psychologie pastorale (AWS) à l’Institut de théologie pratique de l’Université de Berne, a également commencé son exposé par les « attentes élevées envers le système de santé ». Elles se manifestent également dans la stratégie de politique de santé 2020-2030 du Conseil fédéral. Elle ne tient pas compte des dilemmes éthiques et de l’urgence de la prise en charge en dehors des soins, c’est-à-dire de la dissolution des réseaux privés. La définition de la maladie dans la Bible est très large. Elle englobe aussi bien la faiblesse physique que les blessures psychiques, l’épuisement et l’exclusion sociale – des aspects qui font certes l’objet d’une attention accrue aujourd’hui, mais qui ne pourront plus guère être couverts de manière adéquate par le système de santé à l’avenir en raison du manque de ressources financières et humaines. L’ancien aumônier de l’hôpital de l’Île à Berne a constaté que l’aumônerie chrétienne devait justement permettre d’aborder des thèmes qui sont occultés, ignorés ou tabous dans la société et les institutions, et a plaidé pour un engagement fort de l’Église dans les questions de santé.

Le Dr Ursula Klopfstein a également plaidé pour une médecine plus globale. A l’aide de différentes études, elle a montré l’importance d’une activité physique régulière en relation avec le microbiome – l’ensemble des micro-organismes qui s’agitent dans et sur l’être humain – et comment sa santé se répercute non seulement sur le métabolisme ou les processus inflammatoires, mais aussi sur le psychisme. C’est pourquoi les médicaments ne sont pas les seuls à jouer un rôle important dans le maintien de la santé, mais aussi une alimentation saine et l’exercice physique. Pour cette ancienne infirmière, aujourd’hui médecin et chargée de cours dans le domaine des soins à la Haute école spécialisée bernoise, les questions suivantes se posaient donc : « Comment passer d’un système de maladie à un système de santé ? » et « Comment réussir à convaincre la société d’adopter une approche globale sans devenir une dictature de la santé et sans discriminer les groupes vulnérables ? ».