Appel d’un ingénieur en environnement : préserver la création

~ 6 min

Les problèmes environnementaux actuels n’ont-ils vraiment rien à voir avec la Bible ? Confession et appel d’un ingénieur en environnement.

La préservation de la création semble assez peu importante pour beaucoup de gens, même pour ceux qui suivent la Bible. Il n’y a pas d’autre moyen d’expliquer leur insouciance à conduire en voiture, à prendre l’avion et à consommer des plaisirs gourmands en énergie. Aux États-Unis, avec l’élection du président Bush, qui professe des valeurs chrétiennes, ce vol de la création de Dieu a atteint un nouveau sommet. Pourquoi tant de personnes se comportent-elles si peu dans une optique de création ?

Une réponse peut résider dans le fait que la Bible ne nous donne que des injonctions minimales pour protéger et préserver la création. Dans Romains, chapitre 8, versets 19 à 22, Paul écrit sans doute que la création souffre du péché et attend une restauration complète par Jésus-Christ. Cependant, un appel aux disciples de Jésus à vivre un style de vie approprié à la création est largement absent, et aurait été superflu à l’époque. Tant que nous ne nous occuperons que des déclarations directes de la Bible sur la création, nous continuerons à éviter les graves problèmes environnementaux du monde. Cependant, dès que nous réalisons que les problèmes environnementaux sont en fin de compte des problèmes sociaux, la question prend une pertinence biblique brûlante.

Besoins en matière de développement
Lorsque nous arrivons dans un pays en développement ou émergent, la première chose qui nous coupe le souffle est le chaos de la circulation. La grande cohue des nombreux usagers de la route, pour la plupart mal protégés, réveille en nous la peur des accidents et des blessures – et à juste titre, car la circulation fait un grand nombre de victimes, dans les villes indiennes qui comptent des millions d’habitants : trois à six morts par jour ! À cela s’ajoutent le bruit et la pollution atmosphérique, qui causent de graves dommages à la santé humaine et animale.

Outre le trafic, la pauvreté omniprésente est frappante. Aux feux rouges, des personnes infirmes enveloppées dans des chiffons attendent avec un regard suppliant, demandant aux conducteurs un cadeau. Beaucoup n’ont pas de lit ou de maison pour se retirer. Le faible revenu – selon l’ONU, un revenu de moins d’un dollar par jour est considéré comme le seuil de pauvreté – expose littéralement ces personnes aux grandes villes modernes : Pas d’abri contre la circulation dangereuse, pas de retraite dans un environnement plus calme, pas de repos ou de détente.

Ceux qui n’échappent pas à la puanteur de la grande ville d’un pays en développement trouveront autre chose : L’eau est rare. Si l’on voit de l’eau, elle est souvent inesthétique, malodorante et imbuvable. En tant que visiteur occidental, vous pouvez acheter suffisamment d’eau de la qualité désirée, mais que font les populations locales ? La mauvaise disponibilité de l’eau entraîne de nombreux problèmes de santé.

 

Les riches contaminent, les pauvres souffrent

Mon observation : les pauvres des grandes villes sont principalement harcelés par les problèmes environnementaux : Le bruit, l’air toxique, la puanteur, la poussière et la fumée, une flore et une faune minimales, le manque de paysages, le manque d’eau, tous les problèmes environnementaux causés par l’homme. Il est injuste que ceux qui causent le plus de pollution soient les moins touchés.

Les riches consomment des biens industriels produits dans des industries parfois très sales, tandis que les pauvres doivent laver leurs vêtements et se laver eux-mêmes dans les égouts en même temps ! Ces industries produisent également pour la riche Suisse. Si nous achetons des marchandises fabriquées en Chine, en Inde, etc., nous nous rendons solidairement responsables de cette pollution ! Où est la justice dans tout cela ? La miséricorde et la justice, que la Bible mentionne si souvent, ne sont souvent ni liées à l’environnement ni vécues !

Imaginons : Pratiquement toutes les eaux sont très nocives pour la santé, et ce dans des pays où l’eau est de toute façon rare et où les difficultés économiques ne laissent à de nombreuses personnes que cette eau malsaine. La préservation de la création ne signifie pas seulement la préservation de certaines espèces animales et végétales, c’est une question de vie ou de mort humaine. Non seulement nous laissons les pauvres se battre pour obtenir des revenus, mais nous les accablons également de la saleté des industries qui produisent pour nous. Dans les campagnes, la pauvreté est plus comparable à notre époque préindustrielle.

On l’appelle à juste titre sous-développement. La pollution n’est généralement pas la cause des problèmes dans ce pays. Mais la vie ici est si difficile et désespérée que beaucoup de gens s’installent dans les villes.

Développement : pas à sens unique et pas trop rapide
Un développement ciblé peut-il résoudre ces problèmes ? Le cours « Technologie et développement durable », auquel j’ai assisté pendant quatre mois dans le sud de l’Inde, m’a apporté un premier aperçu très sobre : le développement a tendance à conduire à une moindre durabilité. Cela se traduit, par exemple, par le remplacement des sacs de jute par des sacs en plastique.

Deuxième constat : personne ne veut se passer du développement.

Par conséquent, il est crucial que les développements n’aient pas lieu unilatéralement (sans lien) et trop rapidement. En d’autres termes, pas de la même manière que l’évolution actuelle des économies de marché libérales. Les besoins sont satisfaits aussi rapidement et à moindre coût que possible avec un produit. Si seulement des lois et des règlements faibles sont mis en place, sans tenir compte des exigences sociales et écologiques. Dans un pays en développement comme l’Inde, personne ne pense vraiment à la protection de l’environnement. Au contraire, 3000 kilomètres d’autoroute sont actuellement en projet ! De plus, il est vrai jusqu’au niveau des professeurs : Ce que l’Occident possède, nous le voulons aussi.

Mais un développement rapide et unilatéral apportera encore plus d’injustice, encore plus de misère sociale, encore plus de nuisances par la pollution de l’environnement. À mon avis, il n’y a qu’une seule façon de sortir de l’impasse : un changement de valeurs. Cela doit commencer dans les pays riches et avec les gens riches.

 

Les erreurs de la société d’abondance

Les Occidentaux sont obsédés par une triple illusion, combinée à une volonté de toujours plus :

1. la consommation : plus je consomme, plus je suis heureux.
2. la mobilité : je suis plus heureux dans les endroits que je visite.
3. l’individualisme : plus je suis heureux, plus je peux organiser mon propre temps.

Les messages de plus de consommation, de plus de mobilité et d’individualisme sont profondément ancrés en nous et nous sont transmis quotidiennement par nos amis et les membres de notre famille, ainsi que par nos propres pensées ! Mais ces messages ne sont pas du tout bibliques. La Bible décrit le bonheur comme l’amour de Dieu le Père, de Jésus-Christ et du Saint-Esprit. Et dans l’amour de notre prochain. Nous raccourcissons ce premier commandement central à « …. Aime-toi toi-même ! ».

Reconnaître les mensonges
Il est nécessaire de reconnaître ces « mensonges », de les confesser et de demander pardon. Nous devons nous laisser changer et apprendre :

1. moins de consommation nous rend plus libres, nous avons plus de temps et nous devenons plus créatifs. Parlons avec nos amis de ce que nous vivons en communauté, dans l’artisanat, les jeux et les sports ou dans la nature, plutôt que de nos derniers achats.
2. il y a beaucoup de choses à proximité qui sont passionnantes et qui n’ont pas encore été découvertes. Pourquoi les vacances à l’étranger devraient-elles être des vacances ?
3. l’homme a été créé pour la communauté. Pourquoi tant de personnes vivent-elles de manière si individualiste et égocentrique ?
4) Avec mon pouvoir d’achat excédentaire, je peux aider efficacement les populations des pays en développement : L’argent dépensé pour un enfant en Suisse permet d’élever 25 à 30 enfants en Inde.
5. acheter de la qualité. Veillez à ce que les critères sociaux et écologiques soient respectés lors de la production et à ce que le produit soit durable.

L’industrie indienne est de plus en plus préoccupée par la pollution car les clients occidentaux l’exigent. Souvent, je remarque avec nos enfants qu’ils ne cherchent pas à consommer. La proximité, le repos et la communion avec les hommes et les animaux est ce qu’il y a de plus beau pour eux.

 

Appliquer des règles simples

Les règles suivantes peuvent être appliquées comme un simple point de repère pour une plus grande durabilité environnementale :
– Transports : Peu, surtout sur de courtes distances et avec peu d’énergie.
– Matériaux : effort minimal de production et de transport et bien biodégradable.
– Espace/installations : peu d’énergie pour le chauffage des locaux et de l’eau chaude ainsi que peu d’énergie de fonctionnement.

En termes bibliques, « changement de valeurs » signifie commencer une nouvelle vie avec Jésus-Christ. Mais nous devons d’abord renoncer à Mammon. Ou voulons-nous continuer à ignorer l’attente de Dieu en matière d’amour, de miséricorde et de justice et nous tourner vers des « choses plus confortables » ? Se cacher des responsabilités n’a jamais été profitable à Dieu. Et si nous commencions à le faire en petits groupes ? Créer des après-midi en famille passionnants dans les bois, observer des animaux dans une réserve naturelle, nager dans un lac marécageux, faire du VTT avec des amis ou des voisins, faire de l’artisanat ensemble, pratiquer l’hospitalité, etc. Il existe de nombreuses façons attrayantes de vivre la bonne nouvelle de la Bible de manière holistique.

Source: Bausteine/VBG


Photo by paweldotio on Unsplash

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.