~ 6 min

Un « petit groupe sur mesure » 1 du Vignoble de Berne a traité le thème des réfugiés lors de six réunions sous le titre « A Happy Bo(o)tschaft – Die Flüchtlinge und wir Christen ». Un rapport (13.11.2015)

Remarques préliminaires

Au cours de l’été 2015, les rapports sur les flux de réfugiés du Moyen-Orient et de l’Afrique vers l’Europe m’ont fait comprendre que je devais en faire un sujet pour notre congrégation. J’ai rencontré le responsable de l’aide aux réfugiés de l’Armée du Salut dans le canton de Berne. Il m’a donné de précieux conseils pour une approche significative du sujet avec des conclusions pratiques.

Ainsi, de septembre à novembre 2015, environ 8 personnes se sont réunies à six reprises pour se rapprocher des réfugiés et de leurs problèmes.

1. ChristNetForum sur la question des réfugiés

Lors du forum du 12 septembre 2015 « A happy Bo(o)tschaft ?! Les réfugiés, la Suisse et les chrétiens » 2 a été l’objet d’un rapprochement politique lors d’une table ronde avec le réfugié syrien Feras Shamas, le conseiller national de l’UDC Erich von Siebenthal, la conseillère nationale du PPE Maja Ingold et le pasteur Daniel Frei. « Il était controversé de savoir si les chrétiens devaient bénéficier d’un traitement préférentiel en Suisse. Il y a eu un accord sur le fait que l’aide humanitaire au Moyen-Orient devrait être augmentée et que les obstacles bureaucratiques pour les réfugiés désireux de travailler devraient être réduits » 3.

Le père Frei a précisé que la « fuite » et la rencontre avec des étrangers ont toujours été un thème dans la Bible. Jésus lui-même a quitté sa position privilégiée auprès du Père céleste, s’est humilié jusqu’à la mort et s’est élevé au-dessus de toutes les masses (cf. Ph. 2, 5-11). Shamas, un chrétien réformé, s’est montré extrêmement disposé à s’intégrer : « Je veux servir la Suisse », a-t-il déclaré.

Erich von Siebenthal, conseiller national de l’UDC, a reconnu en Shamas un de ces réfugiés chrétiens auquel il veut accorder un traitement prioritaire, comme il l’a demandé dans un postulat au Conseil fédéral. « C’est un fait que les chrétiens peuvent être mieux intégrés », a déclaré von Siebenthal. Il a également déclaré que l’accès aux camps de réfugiés au Moyen-Orient était plus difficile pour les chrétiens.

Maja Ingold, conseillère nationale du Parti populaire évangélique (PPE), a réagi à cette demande, qui est également populaire parmi de nombreux chrétiens protestants, en faisant part de ses expériences lors d’un voyage qui l’avait conduite au Liban. Les chrétiens ne se trouvaient pas dans les grands camps parce qu’ils étaient souvent mieux lotis matériellement que les musulmans. Ingold n’est pas favorable à un traitement inégal en Suisse : « Devant la loi, toutes les personnes doivent être traitées de la même manière, indépendamment de leur sexe, de leur race et de leur religion. Nous devons accepter les personnes qui sont menacées dans leur vie et leur intégrité physique et qui viennent en Europe » 4.

2. étude biblique et examen de nos problèmes

La parole de Jésus est devenue fondamentale pour nous : « Tout ce que vous voulez que les gens vous fassent, faites-le-leur ; c’est là que se résume le sens de toute la Bible » (Mat.7,12). En outre, il y a la parabole de la séparation dans le Jugement dernier entre « le bien et le mal » (Mat. 25, 31-46), avec le mot bien connu « Tout ce que vous avez fait à l’un des plus petits de ces frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (et le contraire). Nous sommes ici sensibilisés à l’attitude de Jésus-Christ envers les personnes dont la vie est menacée.

Nos problèmes : l’insécurité ; la question de savoir comment nous allons résoudre ce problème qui se pose avec les réfugiés (par exemple, les islamistes cachés, l’attitude de revendication, la mentalité arrogante, l’attitude de demande) ; la crainte de ne pas pouvoir faire face aux demandes à l’avenir et d’être envahis par les étrangers. Nous voulons contrecarrer cette tendance par une meilleure connaissance du contexte.

3. les questions juridiques concernant les réfugiés et les demandeurs d’asile

Elias et Nadine nous ont donné un aperçu intéressant du domaine juridique. En même temps, on nous a montré pourquoi le système des réfugiés dans notre pays semble si compliqué.

Voici un extrait de leurs explications :

Le statut de réfugié selon la Convention de Genève sur les réfugiés (GFK)

  1. Quitter le pays d’origine
  2. Citoyenneté étrangère
  3. Rupture des relations avec l’État persécuteur
  4. Poursuite :
    1. De graves inconvénients
    2. Pas de protection par le pays d’origine
    3. Des inconvénients ciblés
    4. Motif de la persécution
    5. La justification de la crainte de persécution
    6. Absence d’alternatives d’évasion ou de protection interne
  5. Aucun motif d’exclusion dans le cadre du CCA :
  6. Crimes de guerre
  7. les crimes de droit commun
  8. Actions contre les objectifs des Nations unies

= Protection selon la Convention sur les réfugiés

Octroi de l’asile

  1. Le statut de réfugié est rempli
  2. Aucun motif d’exclusion du droit d’asile
    1. L’indignité de l’asile
      1. Actions répréhensibles
      2. Menace pour la sécurité de la Suisse
  3. Raisons subjectives de l’après-vol
  4. Situation d’urgence

= octroi d’un statut juridique spécial par l’État

Source : Wikipedia, « Ausländerausweis », inspecté le 12.1.2016 (https://de.wikipedia.org/wiki/Ausl%C3%A4nderausweis).

4. exemple d’hospitalité vécue

Urs, Susi et Regula vivent dans une ancienne fromagerie. Ils accueillent deux demandeurs d’asile avec des enfants qui, après un certain temps, trouvent et emménagent dans leur propre appartement. À Meiers, les femmes d’Éthiopie et du Nigeria s’habituent à la mentalité suisse, apprennent l’allemand (dans des cours d’allemand à Köniz et à Berne respectivement) et apprennent à traiter avec les autorités responsables.

L’Office des migrations de la municipalité leur apporte un soutien optimal. Ils ont également des relations directes avec les centres d’asile des environs.

Pour eux, c’est un avantage qu’ils aient eux-mêmes vécu et travaillé en Afrique pendant quatre ans, ce qui leur permet de bien connaître la mentalité des Africains. Ils étaient très disposés à répondre à toutes nos questions, de sorte qu’une approche émotionnelle de la question des réfugiés a également été faite ici.

5. responsable de site d’un centre d’asile

Le responsable d’un centre d’asile de l’Armée du Salut nous a rendu visite. Il avait auparavant travaillé au centre d’asile de Riggisberg. Il s’est ensuite rendu au pied levé dans un centre qui a été ouvert pour 37 personnes. Il avait auparavant travaillé pendant cinq ans et demi dans le domaine du travail pour les enfants des rues à Brooklyn. Cela lui a permis d’acquérir une grande expérience des situations difficiles et de la manière d’y faire face, ce qui est très utile pour son travail actuel.

Il a notamment posé la question suivante : « Comment gérer les conflits ? Il a répondu : « D’abord, nous essayons de rétablir la paix, et nous prenons d’autres mesures si les choses deviennent collantes ». Les relations avec la communauté locale et l’église sont très bonnes. « Nous recevons beaucoup de soutien, y compris des bénévoles et d’autres personnes dans d’autres endroits. »

6. employé du Secrétariat d’État aux migrations

Lors de notre dernière soirée, nous rencontrerons un membre du personnel du Secrétariat d’État aux migrations (SEM), l’autorité fédérale suisse pour les étrangers à Wabern.

Nous avons un simple dîner. Ensuite, nous prions une prière que ChristNet a publiée dans le cadre de la prière de 40 jours « Pray+Elect 2015 » 5 Exode 3:7 : « Et l’Éternel dit : J’ai vu l’affliction de mon peuple en Égypte… et je suis descendu pour le sauver… Et la prière : « Père céleste, lorsque nous parlons à des personnes de pays lointains, il est très clair pour nous que nous sommes égaux les uns aux autres… ».

L’entretien répond à nos questions et donne un aperçu intéressant sur le contexte d’un emploi chez SEM. Le SEM vérifie les antécédents linguistiques des demandeurs d’asile s’il existe un besoin interne et évalue les performances des candidats interprètes.

Enfin, le groupe envisage les engagements supplémentaires suivants :

  1. Centre fédéral pour les réfugiés à l’Hôpital Ziegler, Berne, dont l’ouverture est prévue au printemps 2016 :
    1. Marche de prière dans la région
    2. Le bénévolat
  2. Restaurant : à la recherche de contacts avec les réfugiés
  3. Invitez une famille de réfugiés de Syrie à dîner.
  4. Proposez une infirmière pour conseiller les réfugiés dans les cas médicaux mineurs.
  5. Proposer le programme du petit groupe dans une nouvelle édition.

Enfin, nous portons tout ce qui nous concerne devant notre Dieu dans la prière, car nous croyons qu’Il a la vue d’ensemble et que tout est sous contrôle.

En fin de compte

Tout au long du processus, la parole de Jésus nous a accompagnés : « Tout ce que vous voulez que les gens vous fassent, faites-le leur ; c’est là que se résume le sens de toute la Bible » (Mat.7,12).

Les paires de termes suivantes sont devenues importantes pour nous :

  1. Culture défensive/culture d’accueil
  2. Orienté vers les problèmes/solutions
  3. Vue du déficit/vue des ressources

Aujourd’hui, nous ne devons pas seulement dire : « Le système d’asile est compliqué » et ensuite continuer à nous défendre ou à chercher des solutions simples. Nous pouvons maintenant dire que nous comprenons mieux pourquoi le système d’asile est compliqué. Nous pouvons donc l’aborder de manière significative et contribuer à des solutions à petits pas.

Jésus nous a montré que tout ce qui est nouveau commence par de petits pas, comme le grain de moutarde qui pousse au-delà de toute idée. Là, nous voyons le royaume des cieux venir.

Aujourd’hui, notre motivation s’est accrue pour nous tourner plus activement vers les réfugiés.


1 : Le petit groupe fait sur mesure est un navire du Vignoble de Berne ; voir http://www.vineyard-bern.ch/angebote/kleingruppen/kleingruppen-nach-mass/.

2 : Voir ChristNet, http://www.christnet.ch/de/content/forum-eine-frohe-bootschaft-die-fl%C3%BCchtlinge-die-schweiz-und-die-christen.

3 : Ibid.

4 : Ibid.

5 : ChristNet, Beten+Wählen 2015, « Woche 6 – Flüchtlingspolitik » ; voir www.christnet.ch/de/content/betenw%C3%A4hlen-2015-0.

~ 3 min

Les chrétiens et les forces du marché

Combien cela devrait-il coûter ? Les entreprises textiles déplacent la production de nos vêtements du Bangladesh vers l’Éthiopie afin de pouvoir être compétitives au niveau international en termes d’offre et de demande. Comment nous, chrétiens, réagissons-nous à ces développements et à d’autres similaires ?

En tant que chrétiens, nous sommes appelés à défendre la justice et la modération, contre les forces du marché. C’est pourquoi Paul nous donne une indication importante dans Romains 12:2 : « Ne vous conformez pas au modèle de ce monde, mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence, afin de pouvoir éprouver ce qui est la volonté de Dieu : le bon, l’agréable et le parfait.

Les forces du marché sont l’offre et la demande, qui déterminent le prix d’un bien ou d’un service. Dans ce contexte, la science économique suppose un flux impersonnel. Ces forces anonymes peuvent établir des normes injustes, comme l’exploitation dans les pays pauvres.

Il devient aussi soudain normal que tout le monde cherche toujours à en faire plus, que la cupidité et l’avarice soient soudainement « excitées ». Ici, Jésus nous met en garde : « Faites attention et méfiez-vous de toute sorte d’avidité ! Car même à celui qui vit dans l’abondance, sa vie ne se développera pas hors de la possession ». (Luc 12:15)

Résister au courant dominant

En tant qu’individus, nous ressentons fortement la pression des forces du marché. Pouvons-nous résister au courant dominant seul ? Par exemple, si nous renonçons à des vêtements produits de manière déloyale, nous estimons que nous devons nous réduire et nous différencier des autres. Mais est-ce si grave ? Nous cherchons tous la reconnaissance de nos semblables et nous les imitons plus ou moins. Mais en réalité, nous nous efforçons d’être une communauté, et non pas une conformité.

La réalisation de soi est également un facteur de motivation, que nous, les chrétiens, essayons de satisfaire encore et encore par la consommation et le travail. Dieu et notre voisin s’en sortent mal dans cette affaire. Mais en réalité, moins de consommation (moins de dépenses) et moins de travail (moins de revenus) créeraient de l’espace pour le service de Dieu et du prochain.

Comment notre comportement sur le marché affecte-t-il réellement les autres ? L’industrie textile mentionnée au début en fournit un exemple frappant : comme je l’ai dit, la logique du marché a récemment poussé les entreprises textiles à délocaliser du Bangladesh vers l’Éthiopie parce qu’elles peuvent y produire encore moins cher. Tout cela dans un but d' »optimisation des coûts », afin que leur offre reste compétitive (aussi bon marché que possible). Les couturières ne peuvent pas vivre décemment de leur salaire, bien qu’un supplément de 1 CHF par vêtement suffise souvent pour garantir un salaire décent. Les entreprises justifient leur comportement en disant que les clients ne sont pas prêts à payer des prix plus élevés.

Pas seulement le prix

Mais dans un marché mondial, il est très difficile pour les consommateurs de connaître les conditions de travail de toutes les étapes de production de leurs T-shirts. Le succès des labels de commerce équitable, qui assurent précisément cette transparence, montre que de plus en plus de consommateurs sont prêts à fouiller davantage dans leurs poches pour obtenir un prix équitable. Il en va de même pour les téléphones portables avec l’expérience « Fairphone ». Sommes-nous, en tant que chrétiens, prêts à nous libérer, en tant que consommateurs, des « forces du marché » et à laisser d’autres critères, plus équitables que le seul prix, influencer la décision d’acheter ?

Dans le secteur alimentaire en particulier, il y a de plus en plus de produits issus du commerce équitable. En plus des Magasins du monde, on trouve de plus en plus de café, de jus de fruits divers, de thé, de chocolat, de marmelade, de miel, de riz, de céréales diverses et bien d’autres choses encore dans les grands distributeurs tels que Coop, Migros ou Aldi. Ce qui nous coûte quelques centimes de plus représente un salaire de subsistance pour une famille d’agriculteurs du sud. Par un comportement cohérent des consommateurs, nous encourageons les entreprises de services à modifier leur gamme de produits et contraignons ainsi les grandes entreprises telles que Nestlé, Coca-Cola, etc. à payer (enfin) des prix équitables pour les denrées alimentaires de base.

Trouver la volonté de Dieu

Nous savons que les problèmes de notre monde sont liés à notre détachement de Dieu. Personne dans ce monde n’est pleinement en accord avec le plan de Dieu (Ro 3:10ss.). Cela a notamment pour effet que les gens suivent la logique du marché de manière imprudente, ce qui signifie que le marché se développe dans une direction misanthrope. Jésus veut nous aider à nous libérer de cette situation et à trouver la « volonté de Dieu ».

Il est clair que des forces (de marché) destructrices de vie sont à l’œuvre dans la minimisation des coûts de l’industrie textile. C’est là que nos semblables ont un besoin urgent de notre témoignage. En paroles et en actes. Sommes-nous tellement enflammés par Jésus que nous disons adieu au « schéma de ce monde » ? – Même si cela coûte quelque chose (plus) ?


Plus d’informations :

Première publication dans Wort+Wärch, mai 2015. egw.ch/wortwaerch

~ 4 min

La chaleur et la sécheresse de l’été sont derrière nous – un avant-goût du changement climatique que nous provoquons dans le monde entier. Pour Dominic Roser, cela soulève des questions de justice graves et inhabituelles.

Nous, les chrétiens, et le changement climatique

Avez-vous déjà été lésé sans que l’auteur du délit ne s’en aperçoive ? Certaines personnes ont un angle mort, de sorte qu’elles ne remarquent même pas l’injustice qui a été commise. Un tel angle mort a été révélé par le prophète Nathan au roi David. Il lui a parlé d’un pauvre homme qui possédait un seul agneau. L’homme aimait tellement l’agneau qu’il le laissait même dormir dans ses bras la nuit. Lorsqu’un homme riche devait faire la cuisine pour une visite, il regrettait d’avoir à abattre un animal de son propre grand troupeau. Il a donc volé l’agneau du pauvre homme.

David a été scandalisé par cette histoire. Nathan lui dit sèchement qu’il était cet homme lui-même. Avec cela, il a rappelé à David l’injustice qu’il avait lui-même commise lorsque Bathsheba et lui étaient étrangers et qu’il avait laissé son mari mourir sur le champ de bataille (2 Samuel 11:2-12:15). La comparaison a ouvert les yeux du roi.

Pourquoi le sens de l’injustice environnementale fait défaut

Comme David, nous avons nous aussi un point aveugle face à une grande injustice : les dommages environnementaux dont nous partageons la responsabilité. Même si nous sommes riches, nous volons l’agneau des agriculteurs pauvres en nous comportant d’une manière nuisible pour l’environnement – mais l’injustice reste cachée. Dans la vie quotidienne, on n’a pas l’impression que les gaz d’échappement d’un voyage en voiture, par exemple, volent quelqu’un !

L’angle mort ne doit pas nous surprendre. Car cette injustice est différente de toute autre injustice traditionnelle. Quelles sont les différences ? Comparons l’homme riche de Nathan avec nous-mêmes. Parce qu’il y a de « bonnes » raisons pour lesquelles l’homme riche nous dégoûte plus que notre trajet en voiture :

  • Lorsque nous conduisons, nous émettons des gaz à effet de serre et alimentons ainsi le changement climatique. C’est pourquoi une sécheresse survient plus tard en Inde et la chèvre du fermier meurt. Nos trajets en voiture privent le fermier de ce dont il a besoin pour vivre. Mais cela se produit de manière très indirecte, par le biais de processus chimiques complexes dans l’atmosphère terrestre qui échappent à notre imagination.
  • Lorsque nous conduisons une voiture, les effets néfastes du changement climatique ne se manifestent pleinement que des décennies plus tard – et ce, principalement dans des pays lointains. Nous ne le voyons pas de nos propres yeux devant nous et il touche beaucoup moins notre cœur.
  • Le riche mari de Nathan a agi avec malveillance. Nous, en revanche, ne conduisons pas avec de mauvaises intentions. L’animal mort en est un effet secondaire indésirable.
  • Il y avait un auteur dans l’histoire de Nathan. Vous pouvez clairement pointer quelqu’un du doigt. Cependant, dans le domaine du changement climatique, il y a des millions d’auteurs qui, ensemble, détruisent les moyens de subsistance de millions de victimes.

Trois niveaux de justice environnementale

La conclusion : notre sens de la justice n’est pas orienté vers quelque chose comme les dommages environnementaux. Notre sens de la justice n’est pas habitué à des conséquences aussi importantes des actions quotidiennes. Mais : les dommages environnementaux causés par notre mode de vie sont-ils vraiment si injustes ? Malheureusement, la réponse est oui.

La justice environnementale se situe à trois niveaux : envers les générations futures, envers nos semblables du Sud et envers les animaux.

  • Le présent et l’avenir : Dieu n’a pas créé cette merveilleuse planète pour que nous fassions la fête et que nous laissions le nettoyage à nos descendants. Tout comme les randonneurs passent la nuit dans une cabane de montagne et la nettoient le matin pour les prochains visiteurs, nous voulons transmettre la terre comme base de vie aux générations futures.
  • Nord-Sud : l’industrialisation nous a permis d’échapper à la pauvreté au cours des deux derniers siècles. Le Sud doit maintenant trouver une issue à la pauvreté qui ne cause pas encore plus de dégâts environnementaux. Si les pays du Sud se développent de la même manière que nous en Europe, il y a une menace d’effondrement environnemental mondial. Mais si, contrairement à nous, ils doivent choisir une voie de développement plus propre, alors nous avons la responsabilité de financer cette voie. Concrètement, nous devons leur permettre de sortir de la pauvreté grâce aux énergies renouvelables. À mon avis, c’est l’aspect le plus important et le plus sous-estimé de la justice environnementale.
    Pourquoi est-ce notre tâche, avant tout, de permettre au Sud de trouver une voie propre pour sortir de la pauvreté ? La première raison est que nous avons les ressources financières pour le faire. Selon Paul, l’abondance des uns doit compenser le manque des autres (2 Corinthiens 8). Une deuxième raison est que la pauvreté dans le sud du monde est en partie de notre faute. Bien sûr, la pauvreté a aussi des racines artisanales comme la corruption ou la pensée clanique. Mais d’autres racines importantes nous concernent : par exemple, notre industrialisation a causé de graves dommages environnementaux dans le Sud – encore plus que nous ne le faisons nous-mêmes.
  • Homme-animal : Certains chrétiens perdent la tête lorsqu’on leur rappelle que nous n’avons pas l’amour de Dieu pour nous seuls, mais que nous le partageons avec les animaux. Et pourtant, c’est beau ! Dieu prend soin du plus petit moineau. Si notre Créateur aime les animaux, nous ne devons pas simplement les écraser avec notre mode de vie.

Que puis-je faire ?

Soyons conscients que si tous les gens voulaient vivre comme nous, les Suisses, nous aurions besoin des ressources de plusieurs terres. Ce n’est pas correct. Et ce n’est pas forcément le cas ! Il y a une autre possibilité, si nous y consentons.

Ce chemin ressemble à ceci dans ses grandes lignes : Nous pouvons commencer à jouir d’un mode de vie plus modeste. Cela est non seulement bénéfique pour l’environnement, mais aussi pour notre propre bien-être. Nous pouvons et devons prier pour les personnes et les animaux qui souffrent des conséquences de notre mode de vie et demander au Créateur le rétablissement complet de cette planète. Enfin, il nous appartient d’élire dans ces semaines des hommes politiques qui renforceront sensiblement les politiques environnementales.

La politique devra jouer le rôle principal dans le domaine complexe de la justice environnementale. Ce ne sont même pas les mesures de protection de l’environnement chez nous qui sont les plus urgentes. Il est encore plus important de promouvoir les technologies propres et de les partager avec le Sud du monde. C’est la seule façon d’atteindre l’objectif ambitieux et inévitable de permettre à nos frères et sœurs du monde entier d’échapper à la pauvreté sans détruire l’environnement.


Dominic Roser fait des recherches sur la justice environnementale à l’université d’Oxford. En Suisse, il est engagé dans ChristNet pour une politique de charité.

Publié pour la première fois dans : Wort+Wärch, octobre 2015. egw.ch/wortwaerch

~ < 1 min

Le rôle de l’argent en Suisse

Avec nos partenaires à l’origine de la publication de « La Suisse, Dieu et l’argent » (StopPauvreté et La FREE) nous avons décidé de mettre cet ouvrage collectif en libre accès. Publié dans le cadre de la campagne EXPOSED – pleins feux sur la corruption, il examine le rôle de l’argent en Suisse: secret bancaire, évasion fiscale, argent des potentats, échange automatique d’informations… Avec un éclairage biblique et éthique sur des sujets tels la corruption, le jubilé dans la Bible, le contentement…

Lien

~ 3 min

Berne, 27.4.08 ? Ce samedi 26 avril, une vingtaine de personnes ont participé au Forum organisé par ChristNet à Berne. En prenant appui sur Luc 12.22-341 , il traitait du sujet « N’aie pas peur, petit troupeau ! Confiance en Dieu, contentement et miséricorde : trois valeurs pour changer la société. »

 

Ce thème s’inscrit dans la suite d’une réflexion de ChristNet sur les valeurs dont notre société a particulièrement besoin. Le constat : entre les peurs qui dominent le débat public (terrorisme, abus sociaux et dans l’asile, effondrement boursier), l’amour risque de se refroidir. Trois intervenants d’horizons différents ont montré la voie pour que l?amour de Dieu soit plus visible en Suisse. « Ca fait des années que je prie afin que ces valeurs soient mises en valeur en Suisse ! » s’en réjouit une participante.

Confiance : ensemble contre la peur

Wolfgang Simson, théologien et auteur, exposait comment, selon lui, la confiance en Dieu était nécessaire pour que nous soyons libérés de la peur : « Les Suisses sont les mieux assurés du monde ; cela montre à quel point nous sommes soumis à la peur. » Pourtant, Jésus reconnaîtrait cette peur et nous proposerait une solution : « Dans le monde, vous aurez à souffrir bien des afflictions. Mais courage! Moi, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16.33) En demandant à ses disciples d’ « abandonner leurs filets », il encouragerait de perdre le contrôle sur nos moyens de production. Dès lors, M. Simson promeut une économie du partage en proposant livres et musiques gratuitement.

Contentement : assez pour vivre

Ensuite, Eric Divernois, travailleur social et membre du groupe écologique de ChristNet, exposa le thème du contentement ou de la vie simple. Partant du constat que nos sociétés occidentales sont prisonnières de leur non-contentement, il en analyse les symptômes : performance à outrance, stress (plus on a d’objets, moins on a du temps), dépressions et dépendances. pour en identifier les racines : l’isolement, la perte de sens, ainsi qu’une peur existentielle profonde. Les effets seraient patents : l’avidité et l’exploitation au niveau économique et une pression accrue sur l’environnement dont les ressources sont limitées. Comme « médicaments de Dieu » il proposa la conversion comme un processus de retournement qui consisterait dans le renoncement, la reconnaissance et la louange, ainsi que l’amour, la foi et l’espérance. « à côté du toujours plus, il y a l’assez, assez pour vivre, assez pour partager et surtout assez pour être reconnaissant. »

Miséricorde : assez pour partager

Rahel Röthlisberger est médecin assistant et membre de ChristNet. Elle témoigna de comment Dieu l’a amené sur un chemin de miséricorde. En crise de sens, elle reçut comme appel personnel le verset : « L’Esprit de l’Eternel, du Seigneur, est sur moi car l’Eternel m’a oint pour annoncer aux humiliés une bonne nouvelle. » (Esaïe 61.1) Un séjour en Afrique bouleversa sa vision du monde : la pauvreté d’une part et l’ignorance de cette réalité en Suisse d?autre part. Après une conférence dans un cadre feutré à Olten sur le « défi de la pauvreté » elle pria et décida avec des amis de se lancer dans l’aventure « cukup » : mener une vie simple pendant une année pour partager le superflu. Dès lors, elle expérimente le soutien de Dieu dans des questions financières. « Je souhaite que les chrétiens suisses se préoccupent moins de questions matérielles, alors que d’autres chrétiens se battent pour la survie. » conclut-elle.

Débat public : comment agir ?

Lors de la table ronde et du débat public les thèmes traités furent approfondis et des propositions concrètes ont été amenées : la confiance en Dieu nous préparerait à nous contenter afin de faire montre d’une miséricorde sincère face à nos prochains, proches et lointains.

Wolfgang Simson évoqua les mouvements d’« Eglises simples » qui émergeraient sur plusieurs continents dont en Amérique. Markus Meury du Comité exécutif de ChristNet évoqua les incidences politiques de la confiance : nous pourrions être plus sereins et moins craintifs p.ex. face aux abus sociaux et les étrangers. Samuel Ninck, coordinateur de ChristNet évoqua, enfin, la possibilité de créer un réseau d’initiatives promouvant des modes de vie simples. « Nous avons parlé, maintenant il faut agir » conclut Rahel Röthlisberger.

Ce Forum fut l’aboutissement de la réflexion au sein de ChristNet sur les valeurs qui importent aujourd’hui pour notre société.

 


1. Notamment les versets 30b et 32 : « Votre Père sait que vous avez besoin [de ces choses]. … N’aie pas peur, petit troupeau! Car il a plu à votre Père de vous donner le royaume. »

Photo by Clay Banks on Unsplash

~ 3 min

Le secret bancaire, en particulier la distinction suisse entre la fraude et l’évasion fiscales (voir le texte « Le problème du secret bancaire ») a de graves conséquences pour les pays pauvres du monde.

– Oxfam a calculé en 2000 que les pays du Sud perdent 15 milliards de dollars par an en recettes fiscales à cause de l’évasion fiscale. En comparaison, le produit national brut du Burkina Faso est d’environ 4 milliards de dollars. Comme environ un tiers de tout l’argent du monde placé dans une banque étrangère se trouve en Suisse, et que 70 à 90 % de cet argent n’est pas imposé, on peut supposer que le secret bancaire, associé à la distinction suisse entre évasion et fraude fiscales, est responsable de la perte de milliards de dollars de recettes fiscales par an pour le Sud.

– Bien entendu, on ne peut pas supposer que l’argent des vols ne circulerait pas vers d’autres « refuges » si le secret bancaire suisse était aboli. Mais tout d’abord, grâce à la suppression de la contre-pression de la Suisse (notamment au sein de l’OCDE), la pression sur les paradis fiscaux restants augmenterait ensuite. Et deuxièmement : nous devons décider par nous-mêmes si nos actions sont justes devant Dieu ou non ! Nous achèterions tout aussi peu de biens volés avec la raison, sinon le voleur ne vendrait son butin qu’à un autre receleur… L’excuse « les autres le font aussi » ne compte pas devant Dieu.

– En comparaison, la Suisse donne environ 2,5 milliards de francs par an en aide publique et privée au développement. Nous rendrions donc un immense service à l’aide au développement si le secret bancaire était assoupli, au moins pour l’évasion fiscale.

– Le Conseil fédéral affirme que l’argent du Sud ne nous parvient qu’en raison de l’arbitraire des autorités fiscales et des lacunes du système bancaire. En fait, il existe certains pays où les travailleurs honnêtes sont traités injustement et ont un besoin légitime de protection. Mais il s’agit d’une minorité de plus en plus petite parmi tous ceux qui veulent échapper à une imposition correcte par des gouvernements démocratiquement élus. À qui faut-il accorder plus d’importance en matière de protection ? Nous pensons qu’en matière d’assistance mutuelle aux autorités étrangères dans les cas d’évasion fiscale, on peut faire une distinction entre les États constitutionnels et les régimes arbitraires, et que le secret bancaire (ou du moins la distinction entre l’évasion et la fraude fiscales) n’est pas nécessaire à la protection.

– Au contraire, notre secret bancaire et notre pratique de l’entraide judiciaire protègent avant tout les régimes corrompus eux-mêmes : la principale revue économique « Economist » a écrit en 1999 que l’on estime à 20 milliards de dollars les fonds des potentats (argent approprié par les dictateurs par la corruption ou le détournement du trésor public) qui se trouvaient en Suisse. Le clan Abacha dispose d’un total de 55 milliards de dollars à l’étranger. Ces dictateurs étaient même soutenus par nos gouvernements ou pouvaient aller et venir avec nous (comme Mobutu par exemple)…

– Le recouvrement de ces fonds est très difficile pour les gouvernements ultérieurs, surtout dans les pays les plus pauvres : les faits ne pourraient souvent être prouvés que si la Suisse fournissait des informations sur les clients, ce qu’elle ne fait pas en raison du secret bancaire. L’enquête n’aboutit donc souvent à rien. Les pays pauvres, en particulier, ont d’énormes difficultés à rassembler toutes les données nécessaires à une demande d’entraide judiciaire sur les fonds volés par leurs anciens dictateurs sans avoir accès aux comptes bancaires, car ils ne peuvent se permettre des enquêtes extrêmement coûteuses. La demande d’entraide judiciaire échoue donc souvent à ce stade.

– Nous constatons que le secret bancaire fait beaucoup plus de mal que de bien aux pays du Sud. Il serait donc préférable pour ces pays que le secret bancaire soit levé. En même temps, pour protéger les personnes persécutées par des autorités arbitraires, une clause pourrait être insérée dans la loi sur l’aide juridique, selon laquelle l’aide juridique ne serait accordée qu’aux gouvernements régis par l’État de droit et les principes démocratiques. Les critères devraient être définis plus précisément.

~ 2 min

Le résultat du vote sur l’initiative en matière de santé du 18 mai 2003 est un excellent exemple de la manière dont les entreprises et les riches peuvent persuader l’électorat de voter contre leurs propres intérêts (et répète le phénomène du vote sur l’impôt sur les gains en capital à l’automne 2001). Il y a six mois, des sondages ont montré qu’environ deux tiers de l’électorat voulaient voter pour l’initiative en faveur de la santé. Aux urnes, le chiffre est soudainement tombé à 27%. Que s’est-il passé ?
Tous les calculs ont clairement montré que la grande majorité de la population devrait payer moins cher pour les soins de santé après l’adoption de l’initiative, même si la TVA supplémentaire était incluse. Cependant, depuis des mois, les opposants utilisent avec succès des campagnes de plusieurs millions de dollars pour convaincre les électeurs qu’ils devraient finalement payer plus, sans pouvoir le prouver. On a surtout prétendu que la classe moyenne serait massivement plus lourdement grevée, ce qui est en fait une absurdité absolue, comme l’ont montré tous les calculs (qui incluaient également la TVA). Ce sont précisément les familles de la classe moyenne qui en auraient le plus bénéficié, car elles ne bénéficient pas de réductions de primes aujourd’hui. Mais deux phénomènes se sont produits :

– Selon des études sociologiques, les ménages dont le revenu annuel ne dépasse pas 300 000 francs se considèrent également comme appartenant à la classe moyenne, même s’ils font partie depuis longtemps des « 10 % supérieurs ». Ils se signifient alors eux-mêmes lorsqu’ils proclament que la classe moyenne doit payer plus. Mais le ménage moyen gagne aujourd’hui entre 80 et 90 000 francs par an.

– Peur de l’impôt : fomentée par l’UDC ces dernières années, la phobie de l’impôt a augmenté massivement. Lorsque les opposants à une initiative font jouer l’argument des augmentations d’impôts, ils ont gagné… Derrière cela se cache la peur de perdre son bien.
Allons-nous nous tromper si nous tirons les conclusions suivantes du vote ?

– Celui qui crie le plus fort est entendu. Le lavage de cerveau fonctionne aussi dans ce pays….

– Les entreprises et les riches sont les maîtres de la démocratie. Ils disposent toujours de plusieurs fois plus de ressources que leurs adversaires pour présenter leur point de vue au public. Les entreprises n’ont perdu pratiquement aucun vote depuis les années 90. Sommes-nous des Suisses économistes ?

~ 2 min

Derrière les gros titres du Moyen-Orient, il y a des gens. Mais à côté de ceux qui font les gros titres avec leur haine, il y a aussi les chercheurs. Les Palestiniens chrétiens et les juifs messianiques qui croient au Christ se trouvent à s’efforcer d’ouvrir de nouvelles perspectives à leurs compatriotes par le biais de l’Évangile. L’organisation missionnaire amzi (Arbeitsgemeinschaft für das messianische Zeugnis an Israel, basée à Reinach près de Bâle) soutient des cours pour les chercheurs, y compris les musulmans. Voici un reportage du dernier magazine amzi sur un cours donné par Lech Lecha (=Bread for You), qui portait sur la pratique de la vie avec le Christ.

Le quatrième cours de trois mois de formation de disciples de Lech Lecha vient de s’achever. Nous sommes très reconnaissants au Seigneur pour les bénédictions qu’il nous a accordées et que nous avons pu expérimenter à tous les niveaux. Cette fois-ci, nous avons donc eu sept participants âgés de 20 à 24 ans. La plupart d’entre eux sont venus nous voir juste après leur service militaire obligatoire.

Trois participants n’avaient entamé que récemment une relation avec Yeshua (Jésus) et c’était une bénédiction particulière de partager les changements que ces jeunes gens vivaient alors qu’ils commençaient leur vie de foi. La Parole de Dieu a le pouvoir de changer les cœurs !

Ce changement et cet amour de Jésus parmi nous étaient également visibles pour ceux qui nous entouraient. Par exemple, Eiman, un arabo-musulman, nous a dit que c’était précisément l’amour des participants au cours qui l’a poussé à changer de vie.

Nous l’avons rencontré à Latrun pendant la phase initiale de notre cours, alors qu’il était en cure de désintoxication avec l’aide des chrétiens de cette ville. Eiman a 25 ans. Il était toxicomane et avait des comportements criminels. Aujourd’hui, trois bons mois plus tard, il n’est plus drogué et son cœur bouillonne lorsqu’il parle de Jésus aux autres !

Les participants étant issus de familles très diverses, nous avons cherché à établir des liens avec leurs proches pendant la durée du cours. Lors d’une soirée barbecue, nous avons demandé à Nagib, un ami arabe chrétien, de raconter aux parents et amis des participants invités comment il est arrivé à la foi en Christ et ce qui a changé en conséquence.

Une mère a eu les larmes aux yeux par la suite et a dit qu’elle voulait rester en contact avec Nagib et sa femme. L’amour de Dieu comble toutes les différences culturelles et politiques !

 

Source : amzi

Site du groupe de travail pour le témoignage messianique d’Israël : www.amzi.org