~ 5 min

Le vecteur central d’une politique chrétienne doit être de mettre en avant le bien-être des plus vulnérables. Cependant, les réductions d’impôts des 25 dernières années, qui ont principalement profité aux riches, ont réduit les ressources des plus vulnérables. Par exemple, des coupes ont été faites dans les subventions à l’assurance maladie, les centres d’intégration AI, la prévention d’addictions, etc. A l’inverse, les 1% les plus riches de la population suisse possèdent de plus en plus de la richesse totale, soit 43% aujourd’hui. L’augmentation de la richesse provient souvent des gains en capital. Il est donc légitime que les gains en capital soient imposés. Ou bien pensons-nous vraiment que ces sacrifices seraient encore plus grands que les sacrifices des plus faibles ? Des fonds supplémentaires sont nécessaires pour l’amour du prochain. Parce qu’en raison de la pandémie de Corona, les caisses publiques sont vides et les prochains programmes d’austérité sont à portée de main.

Avec l’amour de Dieu, l’amour du prochain est la loi la plus élevée de la Bible. Aimer son prochain signifie que l’on accorde au bien-être de son prochain la même valeur qu’au sien propre. Les membres les plus faibles de la société ont besoin de notre plus grande attention, comme l’explique de manière impressionnante la Bible dans des centaines de passages (voir https://christnet.ch/de/unser-umgang-mit-den-schwachen/). Car toutes les créatures de Dieu sont ses enfants, et nous devons les traiter comme tels. Cela signifie également qu’il faut partager suffisamment pour que leur manque soit comblé (par exemple, Deut. 15.7-8).

Les bas salaires ont stagné au cours des 20 dernières années. Et le salaire médian des employés n’a augmenté globalement que de 1 % au cours des 25 dernières années, malgré une croissance économique réelle de 30 % au cours de la même période.

Dans le même temps, les impôts des riches ont été réduits dans tous les cantons au cours des 25 dernières années, ainsi qu’au niveau fédéral, par exemple par la réduction de l’imposition des dividendes. Cela a laissé des trous dans les caisses de tous les cantons et de la confédération. Par mesure d’économie, les subsides aux primes d’assurance maladie, les aides au logement et les prestations complémentaires ont été réduites, et l’intégration des chômeurs et des bénéficiaires de l’AI a été affaiblie. En outre, des milliards ont été économisés dans les écoles, l’orientation professionnelle, la prévention des addictions et auprès des transports publics, et des hôpitaux ont été fermés (https://christnet.ch/fr/la-crise-fiscale/) . Ainsi, les ménages les plus pauvres, qui comptent un nombre supérieur à la moyenne d’enfants touchés, ont subi une pression encore plus forte.

Pour justifier les réductions d’impôts, on a fait valoir que cela stimulerait l’économie et générerait des emplois et des salaires plus élevés pour les pauvres (« trickle down »). Mais cela a échoué : les pauvres n’ont pas de meilleures opportunités d’emploi : le chômage n’a pas baissé, seulement dans les chiffres officiels. Ceux qui ne trouvent plus de travail se retrouvent maintenant tout simplement à l’aide sociale. Et les salaires les plus bas, même le salaire médian, n’ont pas augmenté non plus, tant aux États-Unis qu’en Suisse, malgré une croissance économique énorme. Le système ne fonctionne pas ainsi. L’écart croissant entre les riches et les pauvres dans le monde a été bien illustré par Oxfam dans un rapport, et même le WEF à Davos a abordé le sujet.

Mais pourquoi la population ne réagit-elle pas ? Le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz décrit ce phénomène dans son ouvrage « The Price of Inequality » : La plupart des gens ne sont même pas informés de l’ampleur de l’inégalité, et ceux qui ne veulent pas changer l’évolution actuelle ont le plus grand pouvoir de marketing de leur côté. Cela se voit aussi bien lors de la votation actuelle.

Il est donc urgent d’augmenter les recettes fiscales pour soutenir les plus vulnérables et leur donner des possibilités d’inclusion. En outre, il est prévisible que le secteur public devra faire de nouveaux exercices d’austérité en raison de la pandémie de corona. Mais nous ne pouvons pas dire que nous n’avons pas d’argent pour financer les services et la justice pour les plus pauvres. Par exemple, en Suisse, une voiture neuve sur deux est un SUV. On ne peut donc pas sérieusement dire qu’il n’y a pas d’argent ou qu’il est déraisonnable de partager un peu plus. L’initiative ne demande que l’annulation d’une partie des réductions d’impôts passées, et seulement pour celles qui ne font pas mal. Ici, nous devons garder un œil sur la proportionnalité : Est-ce plus douloureux de n’avoir que 25 000 francs au lieu de 30 000 francs par mois à sa libre disposition ou de ne pas avoir assez d’argent pour les vêtements et les fournitures scolaires des enfants ?

Nous avons maintenant la possibilité de faire beaucoup pour les plus faibles. Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ?

  • « Les riches paient déjà la majorité des impôts aujourd’hui ».
    Oui, c’est vrai, mais cela reflète principalement les énormes inégalités de revenus et de richesses. Et enfin, il faut voir la situation des individus : Est-ce qu’ils doivent payer de leur superflu ou de leur nécessaire? Cela rappelle l’offrande de la pauvre veuve (Luc 21) : aux yeux de Jésus, elle a donné plus que les riches.
  • « La Suisse a déjà une forte redistribution par rapport aux autres pays ».
    Non, le taux d’imposition, par exemple, est l’un des plus bas en comparaison internationale. Selon les chiffres de l’OCDE, les Suisses sont, parmi les pays industrialisés, ceux qui doivent payer la plus grande part des coûts de santé eux-mêmes. Enfin, une étude commandée par l’Administration fédérale des contributions en 2004 a révélé qu’en raison des réductions d’impôts pour les riches et des augmentations de taxes pour tout le monde, la Suisse a déjà un système « flat tax » : tout le monde paie un pourcentage similaire d’impôts sur le revenu : https://www.ecoplan.ch/download/wel_hb_de.pdf .
  • « La hausse d’impôt demandée détruit les PME et donc les emplois ».
    Non, il s’agit des plus gros patrimoines et revenus et donc à peine des emplois. Au contraire, les recettes fiscales garantissent également les emplois : La redistribution aux plus pauvres va directement dans la consommation du plus nécessaire et crée donc des emplois ! Joseph Stiglitz, en particulier, a prouvé qu’un écart élevé entre les riches et les pauvres est destructeur d’emplois.
  • « Attention au piège fiscal des jeunes socialistes ».
    En fait, il est dommage que l’initiative vienne des jeunes socialistes. Parce que c’est facile (bien que malhonnête) de se prendre à un petit groupe en marge du spectre politique au lieu de faire face au contenu. Ici, nous devons appeler à une discussion factuelle ! Le canton de Schwyz vient de démontrer qu’il est possible d’augmenter les impôts des plus riches. En effet, c’est le gouvernement lui-même qui a fait adopter par les urnes un seuil supplémentaire d’imposition pour les plus riches.
  • « Nous ne devons pas dépenser l’argent des autres qui a été gagné grâce à leurs efforts ».
    Les performances d’une personne ont souvent contribué à sa richesse. Pourtant, la plupart des gens font tout ce qu’ils peuvent et beaucoup d’entre eux n’ont toujours pas de quoi vivre. Dieu a évidemment distribué de manière inégale les dons qui peuvent être convertis en salaire. C’est pourquoi chacun a été appelé à partager. Car le système économique, tel qu’il a été démocratiquement mis en place, récompense avant tout la valeur marchande des dons et des capacités de performance. Mais cela exige aussi la solidarité avec les autres. Sinon, le système perd sa justification.

Photo de couverture : Déchirure de l’affiche de campagne

~ 3 min

« Tout est absolument vain dit l’Ecclésiaste, tout est absolument vain, rien n’a de sens », ainsi commence le célèbre livre de sagesse.

Peut-on rapprocher cette affirmation au sens de l’engagement en politique à travers le parcours d’une figure politique née il y a exactement un siècle ? C’est le défi dans lequel je me lance.

Alexandre Dubcek est né dans l’actuelle Slovaquie le 21 novembre 1921 de parents communistes idéalistes, conséquents avec leurs idées. Les Slovaques sont intégrés à un nouvel Etat créé à la fin de la 1ère guerre, la Tchécoslovaquie.

Après la prise de pouvoir par les communistes en 1948, Alexandre Dubcek gravit progressivement tous les échelons de la hiérarchie du parti communiste, à partir du niveau local jusqu’à devenir le premier secrétaire de l’Etat autonome slovaque. Son profil est celui d’apparatchik communiste suffisamment dans le rang pour ne pas être inquiété par les purges staliniennes opérées autour de 1950.

Les choses évoluent dans les années 60 car en tant que secrétaire du parti de Slovaquie, il développe une approche libérale dans cette partie de la Tchécoslovaquie.

Fin 1967 il conteste avec d’autres la gouvernance nationale autocrate d’Antonin Novotni par voie démocratique interne au parti et affirme le besoin en réformes dans le pays. Au péril de leur vie, une équipe de courageux responsables communistes parviennent à porter au pouvoir Alexandre Dubcek comme premier secrétaire en janvier 1968.

S’ensuit le Printemps de Prague, une période de libéralisation de la Tchécoslovaquie. A la fois sur le plan politique, des médias, de la culture et sur le plan économique, la société vit un réveil. Une renaissance de la société donne à croire que l’on peut concilier communisme et humanité.

Malheureusement ce vent d’oxygène détonne nettement dans l’empire totalitaire auquel le pays appartient, et après de multiples pressions et tentatives de dialogue, les armées soviétiques et d’autres pays sous leur tutelle envahissent le pays en août 1968. Dubcek et son équipe sont contraints de signer un accord qui enclenche un processus de retour à l’ancien régime. Il reste encore 8 mois au pouvoir dans une dynamique engagée de frein avant de céder la place à une nouvelle équipe qui applique en bon élèves les directives soviétiques. S’ensuivent 20 années appelées du sombre mot de ‘’normalisation’’. Dubcek se retrouve mis au banc de la société, toutes ses relations et ses faits et gestes sont contrôlés par la police politique.

Dès 1985, à la faveur du dégel du régime soviétique de Michaël Gorbatchev qui laisse les pays socialistes jusqu’alors sous entraves s’orienter librement, le Mur de Berlin tombe et quelques semaines plus tard, la Tchécoslovaquie prend le chemin de l’émancipation dans une dynamique d’enchaînement de manifestations appelée la Révolution de Velours.

Notre héros réformateur fait un retour spectaculaire sous les acclamations d’une foule immense en joie le 24 novembre 1989. Sorti du tombeau de la normalisation, il vit une résurrection.

Dans la démocratie enfin retrouvée en Tchécoslovaquie, Alexandre Dubcek deviendra président de l’Assemblée fédérale, soit 2ème dirigeant du pays derrière Vaclav Havel écrivain dissident devenu président de la République. Du socialisme démocratique qu’il incarne depuis la fin des années 60, il était rejeté pour la part démocratique en 1968, et dès 1989 c’est le mot socialisme à l’inverse qui ne colle pas à la société dominante. Il sera largement attaqué et discrédité comme ancien communiste et comme dirigeant ayant -pour ses détracteurs- capitulé lors de l’invasion de 1968 et la signature de l’accord sous contrainte avec les Soviétiques. Ce sera une nouvelle course avec un engagement corps et âme en hypothéquant sa santé, qui se terminera par un accident de voiture dont les blessures s’ajoutant à d’autres maux l’emportent en novembre 1992.

Salomon a pratiqué tous les aspects de l’engagement dans les affaires de ce monde, politiquement et économiquement. Christ a donné un mot d’ordre central dans son Evangile en parlant de prendre sa croix et perdre sa vie pour l’Evangile plutôt que gagner le monde entier (Marc 8,34). L’être, les motivations, le cœur, le profil, les aspirations sont le fondement d’une démarche pour le Royaume. Je n’ai pas d’information sur la spiritualité de Dubcek si ce n’est que sa morale trouvait sa source dans la tradition luthérienne et les principes de ses ancêtres mais il a adopté -comme on qualifie un ancien parrain de la mafia- un comportement de repenti conséquent suite à sa conversion à la démocratie. A 2 reprises après 68 et 89, il a été diffamé, rejeté, il a nagé à contre-courant comme l’est souvent la voie des justes. Il a perdu tout statut pendant 20 ans. L’histoire relève en même temps les apports du Printemps de Prague dans la marche pour la démocratie à l’Est avant 1989 ainsi que le souci -dans la liberté retrouvée après 1989- de maintenir un équilibre entre marché et justice sociale qu’avait Alexandre Dubcek.

A.Dubcek a un parcours emprunt sacrifice, de service, d’humilité au profit d’une aspiration à des valeurs qui le rapproche de personnalités marquantes de la Bible et de l’histoire. Chacun trouvera aisément la réponse à la question du sens profond de son engagement malgré les revers subis dans sa vie.

Pour approfondir : Autobiographie. A.Dubcek « C’est l’espoir qui meurt en dernier » Fayard 1993

Tribune parue sous la rubrique « Regards » dans Christ Seul (mensuel des Eglises évangéliques mennonites de France), n° 1120, Juillet 2021, www.editions-mennonites.fr.

Photo by Ilse Orsel on Unsplash

~ 2 min

À première vue, il semble que l’égoïsme de la population l’ait emporté sur la responsabilité envers les générations suivantes. Nous constatons également que l’industrie pétrolière, à l’aide d’une campagne géante, a produit suffisamment de craintes et de justifications pour le refus à changer de mode de vie, de sorte qu’il est devenu facile de rejeter la loi avec une « bonne conscience ».

Mais la mobilisation massive dans les zones rurales contre les initiatives en matière de pesticides et eau potable a également nui au projet de loi sur le CO2. Et de manière réaliste, il est généralement très difficile de faire payer ou de faire changer de mode de vie aux gens alors qu’ils ne se sentent pas encore personnellement concernés et qu’ils devraient penser 20 ans à l’avenir. Je suppose qu’un tel vote aurait donné un résultat similaire dans d’autres pays. L’inconvénient de la démocratie directe est qu’avec un budget suffisamment important, le populisme et la peur peuvent être alimentés.

Certains commentaires du vote dans les médias estiment que la vague verte a été stoppée. Et certains politiciens pensent que le résultat du vote est le signe que « les Verts » ne doivent plus être accommodés trop. Tout faux : le changement climatique n’a pas été arrêté, le climat se réchauffe chaque année, la gravité du problème va augmenter et les protestations vont continuer. La question restera sur la table, les jeunes y veilleront. La majorité des 18-40 ans a réellement voté en faveur de la loi sur le CO2, et les jeunes, les nouveaux électeurs des années à venir dans les agglomérations bouillonnent. Les mesures en faveur du climat gagnent donc chaque année en popularité auprès de l’électorat. Qui aurait cru, il y a 10 ans, que de telles mesures comme proposées avec la loi sur le CO2 auraient une chance dans les urnes ? C’est pourquoi nous ne devons pas abandonner maintenant, mais au contraire convaincre encore plus de personnes. Il se peut que les clivages deviennent encore plus profonds et qu’une lutte défensive contre le changement apparaisse à la droite de l’échiquier politique, comme aux États-Unis. Mais la tendance sociétale est clairement à une plus grande protection de l’environnement, même dans notre pays.
Alors, allons-y !

Photo by Marcin Jozwiak on Unsplash

 

~ 10 min

Le président du pays démocratique le plus influent au monde qui ne reconnaît pas les résultats des élections aboutissant à sa non-réélection, de graves accusations de fraudes et de corruption lancées contre le système démocratique, le même pays voyant son parlement pris d’assaut par des manifestants alors que les députés validaient constitutionnellement le scrutin en question. Le cours des événements ces derniers mois outre-Atlantique a pris une dimension aussi extraordinaire que la pandémie qui se répand depuis le début de l’année 2020.

Cette situation concerne aussi les chrétiens qui se sont en nombres impliqués dans cet univers politique, notamment des leaders évangéliques en faveur de Donald Trump mais aussi ceux d’églises historiques en faveur de Joe Biden. Beaucoup des premiers ont suivi ce qu’on appelle depuis des années les théories du complot dans leur soutien à l’ancien président.

Quels repères poser dans tout ça ?

Le dessinateur Chappatte1 a mis en évidence en novembre 2020 un angle d’approche dans ce but par la notion de terrain commun pour fonctionner en société. Nous en connaissons plusieurs à tous niveaux pour vivre ensemble, jusqu’à maintenant généralement reconnus par tous et dans lesquelles évoluaient toutes catégories de personnes il y a encore peu. On y trouve la langue utilisée, la politesse, les lois fondamentales comme l’interdiction du vol ou de l’inceste, la démocratie, le code de la route jusqu’au cachet de la poste faisant foi sur le plan juridique. Quelles que soient les tendances politiques, on conserve la même langue, en accordant même de l’importance au respect de ses règles à l’écrit et dans la communication orale dans les médias. Personne ne va prétendre modifier à son goût la conjugaison, pour la simplifier, affirmant que c’est son bon droit. Quelles que soient ses caractéristiques sociologiques en son sein, la population accepte le corpus de règles de la circulation comme tel, l’un ne va pas dire ‘je respecte la priorité de gauche plutôt que la priorité de droite aux carrefours, parce que j’en ai décidé ainsi’. La politesse, personne n’y retrouve rien à redire. Si on en vient à la politique, on reconnaît dans les démocraties occidentales que les élections sont libres et se déroulent correctement, à l’exception d’imperfections humaines ou de problèmes isolés comme il en existe partout. Les résultats connus, on les commente, on félicite le vainqueur mais on ne discute pas de la régularité du déroulement du scrutin. Certes dans ce système, il y a les groupes d’intérêts et leur influence sur les instances politiques, de même que la justice est toujours une justice de régime (qui suit les lois donc la mentalité de la majorité et qui est souvent composée de juges aux couleurs politiques qui suivent le rapport de force dans le pays) et j’ai même entendu 2 fois ces 2 dernières années qu’elle pouvait être soumise au clientélisme dans un Etat de droit. Il y a d’autres bémols encore à relever pour être complet traduisant une évolution des mentalités : dans les rapports de confiances en affaires par exemple : il faut tout mettre par écrit, on ne fait parfois plus confiance quand quelqu’un dit avoir envoyé un courrier en recommandé.

Pourquoi prendre le temps de poser ces principes même avec leurs limites ? Parce que les événements que nous traversons en particulier depuis cet automne aux Etats-Unis nous ont clairement écarté de ces standards. On ne reconnaît plus du tout un système électoral démocratique, qui faisaient référence, en raison notamment des votes par correspondance qui sont sous le coup des accusations d’avoir produit des millions de votes ; on met en cause la justice qui déboute les plaignants, en parlant de manipulation des votes par la Chine ou le Venezuela.

Le développement de ce phénomène de dénonciations à tout va révèle une évolution extrême au sein des démocraties libérales issues des Lumières. La liberté d’expression s’étend de plus en plus, notamment dans les réseaux sociaux, avec le droit que les gens s’arrogent de pouvoir répandre des opinions et des informations diverses et radicales qui, quand démontrées comme mensongères sont diffamatoires, insultantes, irrespectueuses. Il y a également au sein de ce phénomène un danger de prendre pour sérieuses les informations auxquelles on a envie de croire.

Comment s’y retrouver ?

En plus du terrain commun, il y a une autre approche pour évoluer dans cet univers d’informations : c’est considérer, à l’inverse des témoignages, des documents, des images produites dans les médias, ce que nous ne pouvons vérifier par nous-mêmes, ce que l’on peut évaluer à notre propre niveau comme objectif ou conforme on non avec une réalité que nous connaissons ou que nous pouvons démontrer depuis notre situation d’observateurs.

On sait de façon démontrée que Trump a fait des choses illégales ou en tout cas anti-démocratiques : demander à un haut fonctionnaire d’un Etat disputé ne pas établir le certificat validant l’élection gagnée par J.Biden, demander à Pence de s’opposer (seul) à la validation certificats au congrès, demander au Secrétaire d’Etat de Géorgie 11’000 voix et expliquer sans avancer de démonstration que les élections dans cet état gouverné par les républicains étaient truquées. Dans l’autre sens, il n’y a pas d’éléments vérifiables par nous-mêmes établissant des fraudes, des agissements illégaux, du côté, non des démocrates en fait, mais des Etats où le scrutin était serré, avec leur parlement, gouverneur, système judiciaire et même le cas échéant parti républicain des Etats concernés validant le verdict pour Biden. En effet, Donald Trump s’en est bien pris aux Etats où l’écart en faveur de Joe Biden était faible et non aux Etats gouvernés par les démocrates, donc par bon sens on comprend bien qu’il visait les Etats où il pouvait penser inverser le score des élections par ses propos et démarches répétés.

Mettre en cause à la fois la démocratie, le système judicaire des Etats disputés, et fédéral -avec 6 pourtant juges sur 9 conservateurs dont 3 nommés par D.Trump-, en plus des élus et magistrats souvent républicains dans ces mêmes Etats, alors que le New-Yorkais restait président des Etats-Unis, avec l’administration, la majorité du sénat, des médias importants comme Fox News restant derrière lui jusqu’au 20 janvier, c’est beaucoup demander. Lui qui s’est montré fort dans son mandat pour faire entendre et appliquer sa politique, serait devenu tout à coup faible, même prétendant avoir la majorité des votants derrière lui.
Entendu depuis 5 ans de leaders chrétiens évangéliques, défendre l’attitude de Donald Trump en disant que c’est un homme d’affaires et non un politicien et que nous ne pouvons pas élire des Mère Thérèsa, est un argument insuffisant.

Prenons comme nouvel exemple les événements dont les images visionnées en boucle ont fait le tour du monde comme un épisode douloureux de l’histoire des Etats-Unis 20 ans plus tôt un 11 septembre : l’irruption de manifestants dans le Capitole le 6 janvier 2021.

Depuis des mois Donald Trump répète qu’il a largement gagné les élections et donc que les démocrates lui ont volé la victoire par des fraudes (‘’I won by a landslide’’ -j’ai gagné largement- ‘’#Stop the steal’’ -stop au vol- ‘’fraudulous and rigged elections’ -élections frauduleuses et truquées-’), toutes les procédures lancées étant déboutées sans exceptions. Voilà le contexte.

Maintenant reprenons les messages de Donald Trump ce jour-là.

Le 6 devant la foule réunie devant la Maison Blanche, il appelle la foule à marcher vers le Capitole, après avoir dit qu’il attendait avec détermination de Mike Pence qu’il contre le vote de validation des certificats des Etats pour les résultats des élections présidentielles (ça aurait déjà été anticonstitutionnel que le congrès ne valide pas les votes contestés toutes procédures achevées, ce qu’il attendait de Mike Pence était un acte que l’on peut qualifier sans exagérer de coup d’Etat2 ). Ensuite alors que la foule a pénétré par effraction dans le Capitole, il tweet que Mike Pence « n’a pas eu le courage de faire ce qu’il devait faire pour protéger notre pays et notre constitution »3 On sait que la vie de ce dernier a été menacée dans ces événements dans les propos exprimé dans ces instants par les manifestants. Ensuite il tweet aux gens dans le Capitole pour les encourager à ‘’préserver la police du Capitole et l’application de la loi. Ils sont vraiment de notre côté. Rester calme’’ (donc il s’affiche de leur côté en ne leur demandant pas de quitter les lieux, il parle des policiers comme s’ils étaient leurs alliés). Ensuite il publie un tweet demandant de respecter l’ordre et le calme. Plus tard dans un message vidéo filmé à la maison blanche, il dit à la foule ‘’je vous aime, vous pouvez maintenant rentrer chez vous en paix’’. Il ne s’agit pas d’un témoignage ou un commentaire sur ce que Donald Trump a dit ou fait en parallèle de cette journée malheureuse, c’est son action rendue volontairement publique par lui-même. Nous y avons vu, entendu, lu en direct en parallèle de l’action de ses supporters dans le Capitole.

Il est évident que ses interventions les jours suivants condamnant la violence sonnent comme un rattrapage vu la gravité des événements relevée de partout. On sait que cette irruption a fait 6 morts et qu’une partie des parlementaires ont eu peur pour leur vie. L’événement a retenti dans le monde entier avec un grand nombre de réactions des gouvernements jusqu’au Conseil fédéral.
Pour prendre l’exemple d’un discours néo-conservateur complotiste tenu à ce sujet dans une vidéo4 , un intervenant français dit du dispositif de sécurité pour l’investiture de Joe Biden qu’il est de l’ordre d’une république bananière et/ou d’une dictature comme on l’a connu en Europe centrale. Or ces mesures exceptionnelles font précisément suite à l’occupation du Capitole par des manifestants pour contrer le travail parlementaire de validation ultime des résultats des élections après un long processus ayant impliquer des élus et magistrats de toutes les parties. Cette attaque a été elle qualifiée de relevant d’une république bananière par l’ancien président républicain Georges Bush lui-même, et en conséquence on a voulu protéger le nouvel acte démocratique qu’a été l’investiture du président élu. Il y a d’un côté un constat objectif concernant le comportement Trump et les mesures prises pour le 20 janvier contré par un discours qui ne tient pas l’observation du déroulement des faits constatés par tous. Dans la même vidéo, il qualifie de stalinien la première procédure d’empeachment de D. Trump. Tous les spécialistes définissent de la même manière ce que c’est qu’un procès stalinien (procès après torture et donc aveux publics des accusés pour des crimes non perpétrés pour éliminer des personnalités), on sait donc que la procédure traitée par le congrès, dont une des chambre -majoritairement républicaine- a acquitté Trump, n’est de toute évidence pas un procès stalinien. La crédibilité de cet intervenant néo-conservateur lorsqu’il dénonce les fraudes se trouve entamée en conséquence.

Ces éléments posés pour les 2 derniers mois de Donald Trump amènent naturellement à orienter dans un sens nos interrogations concernant d’autres sujets comme l’interférence russe dans la précédente élection de 2016 (alors que sa victoire n’avait pourtant pas été contestée par les démocrates), sa responsabilité dans les éléments qui ont conduit à une première procédure de destitution, de même que sa propension à faire de fausses affirmations en public depuis le début de sa campagne en 2016.
Le bilan politique de Donald Trump n’est pourtant pas mauvais sur divers plans. Le niveau de développement économique était très élevé avant la pandémie et les indicateurs sont repartis à la hausse l’été dernier. Il avait le cran pour tenir tête à la Chine, à l’Iran et d’autres pays difficiles, il a rétabli la paix entre Israël et plusieurs pays arabes. Mais surtout il a agi comme R.Reagan ou G.Bush fils comme correcteur de la contre-culture des années 60. Celle-ci comprend tous ces côtés progressistes positifs comme l’abolition du statut de dominés des Afro-Américains, des femmes, des personnes de conditions modestes, des pays du Sud vis-à-vis de ceux du nord, la lutte contre des guerres visant à l’accroissement d’influence des USA sur le reste du monde ou encore la protection de l’environnement. Sur ses aspects néfastes, Donald Trump a œuvré comme pour la limitation de la pratique de l’avortement ou la recherche d’inversion de la tendance dans l’accroissement des droits LGBT. Il faut considérer des glissements, à l’intérieur de la contre-culture qui tend à s’imposer dans des milieux libéraux, ses idées radicales et son projet égalitaire idéal : par exemple affirmer qu’on ne peut comprendre la transformation totale revendiquée pour condition afro-américaine si on n’est pas noir soi-même, qu’on peut plus s’opposer à l’idée que les métiers n’ont pas de sexe et donc ne plus dire que c’est normal qu’un grutier soit un homme, en reléguant en marge le fait d’être chrétien de nos jours plutôt qu’ouvert aux nouvelles spiritualités courantes dans notre société (même affirmer être chrétien libéral ne suffit souvent plus pour être inclus).

L’intention de cet article était de frayer un chemin pour se forger une opinion la plus objective possible, sans jugement, invitant le chrétien à une vision sans passion, sans haine, sans jugement ; en gardant une considération et un respect pour les acteurs en question. Ça aura été pour son auteur comme désamorcer une bombe…


1. https://www.24heures.ch/chappatte-les-annees-trump-netaient-pas-un-accident-647994051664

2. https://www.usnews.com/news/politics/articles/2021-01-13/transcript-of-trumps-speech-at-rally-before-us-capitol-riot

3. Tweet et post fb D.Trump 6 janvier 20 :28 heure suisse

Mike Pence n’a pas eu le courage de faire ce qu’il aurait dû faire pour protéger notre pays et notre constitution, en donnant aux Etats une chance de certifier les résultats en établissant les faits de manière correcte, pas ceux frauduleux ou inexacts qu’on leur a demandés ou précédemment certifiés. Les USA demandent la vérité !

Mike Pence didn’t have the courage to do what should have been done to protect our Country and  our Constitution, giving States a chance to certify a corrected set of facts, not the fraudulent or inaccurate ones which they were asked to previously certify. USA demands the truth!

4. https://www.youtube.com/watch?v=Otywa1T6QBg

Photo by Max Letek on Unsplash


Annexe : Tweets de Donald J. Trump le 6 janvier, heure suisse et de la côte est américaine. Langue originale et traduction libre.

16 :48 /10 :48 (au sujet des résultats des élections pour le sénat en Géorgie. D. Perdue était un candidat républicain battu au second tour par un démocrate)

These scoundrels are only toying with the David Perdue (a great guy) vote. Just didn’t want to announce quite yet. They’ve got as many ballots as are necessary. Rigged Election!

(ces personnes ayant de mauvaises intentions se démènent avec les votes pour David Perdue. Je ne veux pas trop faire de commentaires pour l’instant. Ils ont eu autant de bulletins que nécessaire. Elections truquées.)


20 :28/14 :28

Mike Pence didn’t have the courage to do what should have been done to protect our Country and our Constitution, giving States a chance to certify a corrected set of facts, not the fraudulent or inaccurate ones which they were asked to previously certify. USA demands the truth!

(Mike Pence n’a pas eu le courage de faire ce qu’il aurait dû faire pour protéger notre pays et notre constitution, donnant aux Etats une chance de certifier les résultats en établissant les faits de manière correcte, pas ceux frauduleux ou inexacts qu’on leur a demandés ou précédemment certifiés. Les USA demandent la vérité !)


6 janvier 20h40 / 14h40

Please support our Capitol Police and Law Enforcement. They are truly on the side of our Country. Stay peaceful!

(S’il vous plaît, soutenez notre police du capitole et les règles en vigueur. Ils sont vraiment du côté de notre pays. Restez paisible !)


6 janvier 21h14 / 15h14

I am asking for eveone at the U.S. Capitol to remain peaceful. No violence! Remember, WE are the Party of Law & Order – respect the Law and our great men and women in Blue. Thank you!

(je demande à chacun au Capitole de rester paisible. Pas de violence ! Rappelez-vous, NOUS sommes le parti de la loi et de l’ordre – respecter la loi et les hommes et les femmes en uniforme. Merci !

vers 00h / aux environs de 18h

These are the things and events that happen when a sacred landslide election victory is so unceremoniously & viciously stripped away from great patriots who have been badly & unfairly treated for so long. Go home with love & peace. Remember this day forever.

(Voici les événements, ce qui arrive quand une large victoire aux élections est ainsi sans ménagement et vicieusement arrachée aux patriotes ainsi mal et injustement traités depuis si longtemps. Rentrer à la maison dans la paix et l’amour. Souvenez-vous de ce jour pour toujours.)

~ 2 min

S’il s’agit vraiment de familles, il faut autre chose

Pour aider les familles qui en ont vraiment besoin, différentes mesures peuvent être prises : Augmenter les allocations familiales, subventionner plus efficacement les crèches, construire des logements moins chers, subventionner les primes d’assurance maladie ou accorder aux parents le temps nécessaire après la naissance et pour s’occuper de leurs enfants. Il n’y a en fait aucune raison d’aider les familles par le biais de déductions fiscales. En effet, grâce à la progression de l’impôt, les déductions aident ceux qui gagnent le plus. En d’autres termes, c’est exactement le contraire de ce qui doit être réalisé. Même la classe moyenne, qui n’a jusqu’à présent que peu bénéficié de subventions, ne s’en tire pas mieux avec des déductions qu’avec des subventions. Les politiciens ont tendance à se battre contre « la politique de l’arrosoir ». La proposition est encore pire : la majorité des voix va à ceux qui n’en ont pas du tout besoin, et ceux qui ont vraiment du mal à s’en sortir n’ont rien du tout … sauf peut-être encore moins si les prestations doivent être réduites en raison de la perte de recettes fiscales. Car les 380 millions de francs de pertes fiscales doivent être compensées en fin de compte.

Étonnamment, les partisans trouvent cette somme d’argent, dont la majeure partie a été jetée par la fenêtre, tolérable, contrairement au congé de paternité « inusable », qui ne coûte à la Suisse que 230 millions de francs. Contrairement au projet de loi fiscale, le congé de paternité donne l’air, juste après la naissance, nécessaire pour que le délai strict accordé aux parents prenne un bon départ. Ce n’est pas sans raison que Katja Schönenberger de Pro Juventute a déclaré dans l' »Arena » que les mères sont soumises à une énorme pression après la naissance. Ils ont en fait besoin de soins pour eux-mêmes pendant cette période. « Et en ce moment même, ils devraient être les seuls responsables d’un nourrisson ? ».

Il est grand temps de discuter de la manière dont la politique familiale fonctionne réellement. Parce que ceux qui parlent de la famille ne sont pas toujours ceux qui aident vraiment les familles.

Photo by Irina Murza, Unsplash

~ 3 min

La crise du covid-19 nous a pris par surprise et a mis en lumière la vulnérabilité de notre société face à ce genre d’épidémie.

Force est de constater qu’à l’heure où j’écris ces lignes, certains États ont été beaucoup moins touchés que d’autres. Si l’impact de la maladie par pays peut s’expliquer par des facteurs dus au contexte (densité de population, pyramide des âges de la population, force du système de santé en place), l’autre aspect déterminant est lié à la réponse politique qui a été donnée et à la réaction de la population.

Des conclusions définitives ne pourront être tirées qu’une fois la crise passée, cependant les aspects suivants m’ont particulièrement frappé et constituent une base de réflexion pour la gestion d’autres crises, en particulier la crise climatique :

La grande difficulté à agir alors que les conséquences de la maladie ne sont pas directement visibles. Dans le cas présent, il y a environ deux semaines de décalage entre les causes et les effets, il est donc extrêmement difficile d’imposer des mesures alors que les effets ne sont pas encore visibles.

Dans le cas de phénomènes où la croissance du nombre de cas est exponentielle, chaque jour compte. Au début de l’épidémie, le nombre de cas doublait tous les trois jours en Suisse. L’impact pour les hôpitaux peut donc passer du simple ou double en agissant 3 jours plus tard. Le Portugal, en prenant très tôt des mesures, a limité l’impact sanitaire, alors que le Royaume-Uni a payé le prix fort de sa difficulté à agir.

Ensuite le niveau de confiance dans la communauté médicale, scientifique et les experts en général. Lors de l’arrivée du covid-19 en Suisse, le virus était très mal connu et les impacts difficiles à évaluer. Il est donc nécessaire d’avoir à disposition un panel d’experts qui puisse analyser les différents aspects de la crise sur la santé publique, le système hospitalier ou encore l’économie afin de faire une juste pesée d’intérêts en tenant compte des incertitudes.

Certains aspects sont difficiles à comprendre pour les « non-initiés », il est donc fondamental d’établir une relation de confiance entre les experts et les décideurs. Notre tendance humaine nous pousse souvent à vouloir écouter l’avis qui arrange le mieux. Il est donc d’autant plus important que les décisions politiques s’appuient sur des faits rationnels et non sur des décisions émotionnelles ou des calculs politiques.

Intimement lié à cela, on peut citer également la confiance de la population dans le gouvernement et le leadership des décideurs. Les pays où la population a suivi les recommandations ont plus facilement contenu l’épidémie. Les politiciens ont été également tiraillés entre impératifs sanitaires et économiques. L’application du principe de précaution s’est apparentée particulièrement dans ce cas à un exercice d’équilibriste.

Notons qu’un gouvernement avec un forte légitimité démocratique est plus en mesure de faire une bonne pesée d’intérêts entre les enjeux sanitaires et économiques. Par ailleurs, il est ardu de prendre des décisions dans l’urgence et il était étonnant de voir le faible degré de préparation de certains gouvernements et de l’OMS alors qu’une telle crise était prévisible.

Finalement je soulignerais le besoin de limiter nos libertés individuelles par solidarité entre les générations et les plus faibles. Il est difficile d’accepter de se limiter, de rester chez soi pour protéger les autres face à un fléau qui est peu perceptible. Nous avons rapidement entendu des voix comme celles d’André Comte Sponville qui appelaient à la liberté individuelle “laissez-nous mourir comme nous voulons”, sans se soucier des effets que pourrait avoir une vague non-maîtrisée sur la surcharge des hôpitaux.

La plupart des gens ont cependant joué le jeu, convaincus que l’on vivait quelque chose de grave qui nécessitait des actions fortes. En Suisse, il est démontré que la population a même anticipé les mesures du gouvernement. Les gens ont réussi à changer leurs habitudes. Cependant il est plus facile de se limiter pour une brève période que sur du long terme.

Il est alors possible de tirer des bonnes leçons de cette crise globale pour les autres défis auxquels nous faisons face et en particulier dans le cadre de la crise liée aux changements climatiques :

  • difficulté à mettre en place des mesures alors que les conséquences ne sont pas directement visibles
  • scepticisme face aux alarmes des scientifiques, remise en cause de l’opinion scientifique majoritaire et difficulté à anticiper la crise

  • défiance dans le gouvernement et freins dès quune mesure touche l’économie

  • limitation de nos libertés individuelles pour protéger les plus faibles

Ce que cette crise montre déjà aujourd’hui, c’est que l’action politique et la réponse de la population font toute la différence. Quelle devrait être notre apport en tant que chrétiens ?

Tout d’abord être attentifs aux nouveaux besoins des laissés pour compte qui apparaissent (Jc 1:27), être prêt à renoncer si nécessaire (Ph 2:7) et ne pas céder à des réponses simplistes, mais chercher une voie qui protège au mieux la vie (Ro 12:2). Et également persévérer dans la prière pour nos autorités (1 Ti 2:1-2).

Finalement, souhaitons que ce que nous avons vécu durant ces mois puisse apporter un éclairage nouveau et des arguments solides aux défenseurs de l’environnement. Car ce que l’on constate c’est qu’il est possible de modifier certains comportements pour traverser ensemble le mieux possible une crise et que le rôle des gouvernements est déterminant.

~ 4 min

Entretien avec Florian Glaser, d’Églises pour multinationales responsables

CN : Depuis quand l’église est-elle impliquée dans l’initiative pour des multinationales responsables ?

FG : L’initiative a été lancée conjointement avec les milieux ecclésiastiques, qui la soutiennent encore aujourd’hui. Par exemple, dans le cadre de la Campagne œcuménique 2016 d’Action de Carême et de Pain pour le prochain, la cause et l’initiative ont déjà fait l’objet de discussions et des signatures ont été recueillies. Mais les méthodistes, les adventistes et de nombreuses autres congrégations d’églises étaient aussi déjà actives à cette époque. En 2019, l’Église évangélique réformée de Suisse, la Conférence épiscopale suisse, le Réseau évangélique suisse ont aussi décidé de soutenir l’initiative.

CN : Pourquoi cette initiative est-elle une préoccupation majeure de l’Église ?

Susanne Meier-Fuchs a interviewé Florian Glaser pour ChristNet.

FG : Ce large soutien montre clairement que l’initiative est basée sur des préoccupations qui se situent au coeur du message biblique et de la foi chrétienne : la justice, la charité et le soin de la création. L’Église et ses organisations d’entraide s’engagent sur place dans les pays du Tiers-Monde, où les entreprises suisses sont malheureusement aussi impliquées dans des activités d’exploitation des êtres humains et de la nature. Il est dès lors logique que les Églises et leurs organisations rattachées cherchent non seulement à réduire les souffrances par leur engagement, mais aussi à faire en sorte que les entreprises suisses assument leur responsabilité.

CN : Quels changements positifs attendez-vous de la mise en œuvre de l’initiative ?

FG : Si l’initiative est acceptée, les entreprises ne pourront plus fermer les yeux sur l’impact de leurs activités à l’étranger sur l’être humain et la nature. Et si des entreprises comme Glencore chassent les gens de leurs terres ou empoisonnent les rivières, elles devront en rendre compte à l’avenir. Ainsi, l’initiative a un effet préventif et garantit la réparation des dommages occasionnés.

CN : Depuis la semaine dernière, il est clair que l’initiative ne sera pas retirée et qu’un vote aura lieu à l’automne 2020 ou au printemps 2021. Églises pour multinationales responsables s’attendait-elle à cela ?

FG : Les initiant.e.s étaient prêt.e.s à discuter tout au long du processus, mais sans règles contraignantes pour les entreprises, un retrait de l’initiative était exclu. En fin de compte, le lobby des grandes entreprises a prévalu au Parlement sur tous les points, et le vote va maintenant avoir lieu.

CN : Êtes-vous prêt pour ce vote ?

FG : Oui, la question bénéficie d’un très fort soutien populaire. Il existe plus de 350 comités locaux avec plus de 13 000 bénévoles, ainsi que des comités de représentant.e.s d’entreprises et de politicien.ne.s, qui montrent que la liberté va de pair avec la responsabilité. Et les églises forment derrière cela une large alliance également. Si toutes les personnes soutenant l’initiative la promeuvent autour d’eux, nous pouvons gagner le vote.

CN : Que pouvez-vous déjà dire sur l’engagement actuel et à venir pour l’initiative ?

FG : Les églises, les organisations chrétiennes et les particuliers soutiennent activement l’initiative car cela correspond à leur compréhension de leur foi. Des tracts et des affiches sont placés dans les églises pour exprimer le soutien de l’église, et les paroisses accrochent des banderoles avant le vote pour rendre la cause visible. De nombreuses congrégations et paroisses planifient également des cultes où elles aborderont les thèmes de l’amour du prochain et de la préservation de la création. De plus, de nombreuses organisations chrétiennes publient des lettres de nouvelles ou des articles de magazines pour informer sur l’initiative.

CN : 8 millions ont été mis sur la table par le comité d’opposition pour la campagne de votation. À votre avis, l’initiative a-t-elle une chance ?

FG : La campagne sera difficile. Mais comme dit plus haut, nous disposons d’une autre ressource : un large soutien citoyen. Mais oui, nous avons aussi besoin d’argent pour ne pas rester muet dans une Suisse remplie d’affiches d’opposition au texte, et pouvoir informer les gens.

CN : La place de la politique dans l’Église a été un sujet chaud l’automne dernier. De nombreux membres actifs de l’Église nationale, sont très favorables aux entreprises et donc plutôt opposés à l’initiative. Comment gérez-vous l’équilibre entre votre engagement en faveur de la responsabilité des entreprises et la volonté de ne pas contrarier ces membres ?

FG : L’engagement politique des Églises s’enracine dans leurs propres sources – notamment la Bible et la tradition socio-éthique. La protection des pauvres est une mission chrétienne centrale – et l’Église doit également l’apporter en politique. L’Église évangélique réformée de Suisse l’a exprimé ainsi dans sa déclaration sur l’initiative : « L’économie doit être au service de l’être humain. C’est pourquoi l’Église évangélique réformée de Suisse élèvera toujours la voix pour rappeler la Suisse à sa responsabilité à l’égard des êtres humains dans les pays du Sud ».

CN : L’un des rôles de Christnet est de sensibiliser les différentes églises évangéliques à la justice sociale. L’initiative pour des multinationales responsables est l’un de nos sujets prioritaires jusqu’au vote. Pouvez-vous imaginer un réseau/une coopération avec les églises évangéliques dans les différents cantons ? Ou cela existe-t-il déjà ?

FG : Oui, c’est même très souhaité. Certaines sont déjà actives : l’Église évangélique méthodiste, les mennonites ou encore l’Armée du Salut se sont clairement positionnées et, comme je l’ai dit, le RES également. J’espère vivement que les Églises évangéliques seront encore plus actives. Toute personne venant d’une église évangélique souhaitant devenir active est la bienvenue et peut me contacter.

Contact :
Florian Glaser
Églises pour multinationales responsables
https://www.eglisespourmultinationalesresponsables.ch

 

~ 2 min

La population Suisse est appelée à élire le nouveau parlement le 20 octobre prochain. Alors que les affiches se multiplient dans tous les lieux publics, que chaque parti prétend détenir les meilleures solutions aux enjeux actuels, sur quelle base pouvons-nous nous appuyer pour décider à qui accorder notre voix ? Quelques outils et références.

ChristNet soutient un engagement dans la société sous la seule motivation de l’amour du prochain, en particulier des membres les plus vulnérables. En ce temps de votation, il nous apparaît à-propos de remettre en avant le préambule de la Constitution suisse :

Au nom de Dieu Tout-Puissant!

Le peuple et les cantons suisses,

conscients de leur responsabilité envers la Création,

résolus à renouveler leur alliance pour renforcer la liberté, la démocratie, l’indépendance et la paix dans un esprit de solidarité et d’ouverture au monde,

déterminés à vivre ensemble leurs diversités dans le respect de l’autre et l’équité,

conscients des acquis communs et de leur devoir d’assumer leurs responsabilités envers les générations futures,

sachant que seul est libre qui use de sa liberté et que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres,

arrêtent la Constitution que voici

Responsabilité envers la Création et les générations futures, esprit de solidarité, une communauté jugée au bien-être de son membre le plus faible : les valeurs formulées ici sonnent aujourd’hui encore avec une surprenante actualité. Alors que la crise climatique risque de forcer des millions de familles à quitter leur foyer dans le monde, que les nations tendent déjà aujourd’hui à se replier sur elles-mêmes dans la peur de l’autre et de manquer, osons-nous croire encore que « le peuple et les cantons suisses » gardent en priorité ces valeurs inscrites dans leur texte fondamental ? Nous pouvons en tout cas chacune et chacun contribuer par notre vote à ce que ces valeurs de justice, d’entraide et de paix ne soient pas que des mots vides, mais une réalité. Nous croyons que c’est également le projet de Dieu pour l’humanité tel que révélé dans la Bible, auquel il nous appelle toutes et tous à participer.

Pour fonder ce choix davantage sur la réalité et moins sur la communication souvent fallacieuse des campagnes politiques, nous recommandons encore deux outils utiles pour connaître le réel positionnement des partis et des candidats :

  • Smartvote : en 31 ou 75 questions, cet outil présente les candidats et partis les plus proches de vos opinions. https://www.smartvote.ch
  • Ecorating : plusieurs ONG actives en faveur de l’environnement ont collaboré pour évaluer chaque parti et candidat de la précédente législature en fonction de son engagement réel sur les questions environnementales lors de leurs votes au parlement. https://ecorating.ch/
~ 2 min

La démission de Nicolas Hulot annoncée le 8 septembre dernier sur les ondes de France Inter a bousculé la société française et même au-delà. On peut l’entendre encore dénoncer une politique insuffisante de « petits pas », déplorer sa solitude au gouvernement et le manque de soutiens citoyens, ou encore présenter la responsabilité collective de la problématique. Les nombreuses « marches pour le climat » qui ont succédé témoignent cependant d’une conscience publique toujours plus forte des enjeux. Malgré cela, l’ampleur des difficultés annoncées restent difficilement supportables.

Le constat d’une injustice climatique

Début octobre les spécialistes du climat du GIEC le rappellent dans un nouveau rapport : les menaces sont non seulement fortes – sécheresses et famines en régions fertiles, chute de la biodiversité, millions de réfugiés climatiques, tensions sociales – mais aussi inégalement réparties. Ceux qui vont le plus en souffrir sont les pays qui ont le moins contribué au réchauffement, le moins bénéficié à l’amélioration des conditions de vie liée au développement industriel, et les plus vulnérables aux instabilités climatiques. C’est le constat pesant d’une injustice climatique1 .

Alors que ces constats semblent si lourds, qu’on peut si facilement basculer dans les sentiments d’impuissance ou d’indifférence face à des défis si globaux, quelles ressources pouvons-nous trouver en Christ pour affronter la situation dans l’amour et la paix ? Comment trouver dans notre foi en lui la part que nous sommes appelés à mettre en œuvre?

Espérance de restauration

Ce contexte peut nous faire recevoir de manière particulièrement forte les paroles de l’apôtre Paul :

« Or nous savons que, jusqu’à maintenant, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’accouchement. Et ce n’est pas elle seule qui soupire, mais nous aussi, qui avons pourtant dans l’Esprit un avant-goût de cet avenir, nous soupirons en nous-mêmes en attendant l’adoption, la libération de notre corps. » (Romains 8:21-22)

Ce passage nous montre non seulement une souffrance partagée entre l’humanité et la Création dans son ensemble, mais aussi une espérance commune : la nouvelle naissance de notre monde, sa restauration, qui concerne l’humanité mais aussi la Création entière. Dieu nous donne ainsi une parole pour nous faire passer de la peur à la paix et même à la joie. Nous pouvons alors être plus disponibles pour chercher et manifester ce monde nouveau déjà initié en Jésus.

Ainsi, luttons contre l’indifférence et le désespoir, et faisons route avec nos contemporains pour plus de solidarité climatique, pour le respect envers la Création, en portant le témoignage d’une espérance en un monde restauré, que toute la Création désire, et qui viendra. Pour cela, demandons chacune et chacun au Seigneur à quelle place et quelles actions concrêtes il nous appelle.

 


Tribune parue sous la rubrique « Regards » dans Christ Seul (mensuel des Eglises évangéliques mennonites de France), n° 1093, décembre 2018, www.editions-mennonites.fr.

1.  Sur cette même problématique, une « déclaration pour la justice climatique » a été signée à Winterthour en novembre 2018 à l’occasion de la journée annuelle de StopArmut, traduite et publiée en français sur le site de la FREE : https://lafree.ch/index.php?option=com_k2&view=item&id=5258:conference-stoppauvrete-2018-une-declaration-pour-la-justice-climatique-a-lire-ici&Itemid=607