~ 2 min

Genève, 30.08.11 – En vue des élections fédérales du 23 octobre prochain, ChristNet lance une prière de 40 jours à partir du 13 septembre. Dans le contexte politique actuel, trop souvent marqué par la polémique, les peurs et la méfiance, les chrétien-ne-s suisses sont encouragé-e-s à prier afin que les candidats et la campagne soient marqués par l’amour.

ChristNet contribue aussi au débat pré-électoral et à la formation d’opinion des chrétiens par un dossier en ligne avec des réflexions et des commentaires politico-bibliques et un débat contradictoire le 6 octobre à Genève.

Emotions ou politique factuelle ?

Les élections fédérales du 23 octobre prochain ne feront pas d’exception : les émotions sont l’un des facteurs décisifs au moment de voter. Certaines études montrent que les Suisses se font beaucoup de soucis. En effet, depuis plusieurs années, se dessine une tendance de méfiance, de repli et de recherche d’appui dans les traditions et la nation.1  Parallèlement, le climat politique s’est envenimé, l’autre étant perçu comme un danger pour l’intérêt commun.

Pour plus d’amour

Depuis dix ans, ChristNet s’engage par la sensibilisation, l’information et la prière pour que l’amour du prochain trouve sa place dans la politique et la société. Aujourd’hui, en vue des élections, ChristNet appelle à la prière afin que Dieu change les cœurs, nous libère de la peur et nous remplisse d’amour, nous (chrétiens) Suisses, jusque dans les affaires politiques.

6 sujets, 40 jours de prière

Par l’action « Prier+Voter2011», ChristNet invite les chrétien-ne-s à prier 40 jours durant (13 septembre au 23 octobre) pour la Suisse et de se préparer personnellement aux élections à venir. 6 samedi de suite, une feuille hebdomadaire sera diffusée comportant une méditation biblique, une analyse politique et des sujets de prière pour chaque jour.

Voici les sujets : 1. Attitude face à l’adversaire politique (13.9.-17.9.) ; 2. Nationalisme et étrangers (18.9.-24.9.) ; 3. L’argent en Suisse (25.9.-01.10.) ; 4. La peur en Suisse (02.10.-08.10.) ; 5. La solidarité et la miséricorde (09.10.-15.10.) ; 6. Les valeurs chrétiennes (16.10.-22.10.).

Dossier en ligne et Forum

Par ailleurs, ChristNet contribue, par un dossier en ligne (www.christnet.ch), au débat pré-électoral et à la formation d’opinion parmi les chrétien-ne-s. En plus de commentaires et prises de position, ce dossier comportera une critique biblique de différentes idéologies politiques.

Le 6 octobre, un ForumChristNet à Genève. Des chrétien-ne-s engagé-e-s en politique affronteront leurs idées lors d’un débat contradictoire sous le titre « Christianisme et partis politiques : Quel ménage font-ils et font-ils bon ménage ?» (titre de travail).

Contact

www.christnet.ch | Samuel Ninck-Lehmann | samuel.ninck@christnet.ch | 022 731 71 83

 


1. Cf. Baromètre des craintes (GfS Zurich www.gfs-zh.ch) et climat psychologique de la Suisse (Demoscopewww.demoscope.ch/pages/pks.cfm).

~ 6 min

Et l’adversaire devint ennemi…

L’approche par rapport aux opposants politiques s’est modifiée au cours des années 90. Bien entendu, des confrontations politiques intenses ont déjà eu lieu à cette époque, mais la dignité de l’opposant était respectée, et le Conseil fédéral constituait un organe fonctionnant par consensus. Aujourd’hui, l’opposant politique est davantage considéré comme un ennemi.

Au début, les attaques d’un politicien contre son adversaire lui servaient principalement à se profiler afin d’obtenir davantage d’attention. Et les médias ont encouragé ce système, sachant que pour l’audimat, la bagarre vaut mieux que le débat. Un jalon dans cette évolution fut l’émission « Arena » de von Filippo Leutenegger à la télévision suisse alémanique entre 1993 et 1999. Comme le nom l’indique, les participants étaient poussés à l’affrontement.

Mépris, insultes, déshumanisation

Aujourd’hui, l’attitude générale à l’égard des élus est marquée par le mépris. Les politiciens sont tournés en ridicule, comme ce fut le cas pour le Conseil fédéral Joseph Deiss lors de l’annonce de son retrait, ou pour Moritz Leuenberger, qui avait été gratifié des ricanements de Christoph Blocher lors d’une conférence de presse. Les Jeunes UDC de Zurich ont publié une bande dessinée dans laquelle certains conseillers fédéraux ont été présentés comme des prostituées, des homosexuels ou des fainéants. Le conseiller national Mörgeli insulte régulièrement ses opposants en les traitant de petit bourgeois, d’illuminé, d’envieux, etc. Il s’est instauré une culture de la dévalorisation de la personne, doublée d’attaques personnelles.

La vilénie est poussée jusqu’à la déshumanisation. L’ancienne cheffe de l’UDC bâloise (et membre du comité suisse) Zanolari a ainsi parlé des « psychologues scolaires et tout ce qui rampe et qui vole parmi eux ». Les affiches électorales présentant la gauche comme des rats (votations sur l’AVS de 2004 et votation genevoise sur la baisse de impôts en 1998) sont autant d’étapes supplémentaires où l’on pourrait établir un parallèle avec la propagande nazie contre les Juifs. Même si, en Suisse, nous sommes encore loin de ce scénario, il n’en demeure pas moins que la déshumanisation est, dans toutes les cultures, un préalable à l’élimination de groupes entiers. Pourtant, devant Dieu nous n’avons pas le droit de nier aux autres leur dignité, car toute personne est créée et aimée par lui.

Dans les débats politiques, ce sont des groupes entiers de personnes qui sont diffamées et dévalorisées (bénéficiaires de l’aide sociale, chômeurs, étrangers). Les Jeunes UDC bâlois ont osé affirmer, dans un clip vidéo et sur des affiches, que le cas typique de bénéficiaire de l’aide sociale est un étranger et un criminel. Dans le même esprit, on attaque la loi antiraciste en arguant du fait qu’elle ne permet pas de s’en prendre à des groupes entiers de la population.

La Weltwoche et, depuis son changement de propriétaire, la Basler Zeitung également, entretiennent ouvertement ce mépris, façonnant ainsi une certaine culture politique et une certaine approche avec les autres.

A mon avis, le mépris de la personne humaine s’observe davantage auprès de la droite politique qu’auprès de la gauche. Mais cette dernière n’est pas innocente non plus : on observe de plus en plus d’attaques verbales contre les riches (Ospel & Cie), et le Black Bloc fait usage de violences depuis de nombreuses années. Malheureusement, la gauche ne s’est jamais vraiment démarquée clairement du Black Bloc.

En cause : la peur et la méfiance

Il me semble qu’il existe une méfiance profonde à l’égard d’autrui. Si l’on en croit le baromètre de la peur, la deuxième peur la plus importante actuellement est celle ressentie face à l’égoïsme de l’ « autre ». Nous semblons éprouver de la peur pour notre propre existence, pour notre liberté et pour nos biens. Cette profonde méfiance est probablement la raison qui explique pourquoi, lorsque je cite les sources de mes arguments, on me répond que « ce sont de toutes façons des mensonges », ou « qu’il ne faut croire à aucune statistique que tu n’aies pas faussée toi-même ». On part ainsi du principe que l’ « autre » est « de toute façon malveillant », voire simplement naïf ou stupide. Il ne s’agit plus des idées ou des actes qui seraient bons ou mauvais, mais des personnes qui en sont les auteurs et que l’on classe chez les bons ou chez les méchants. Il s’agit là d’une rupture fondamentale avec le message biblique, qui parle de péché et également de bénédiction, mais qui ne prononce pas de jugement contre les personnes. La Bible dit que nous avons tous péché et qu’aucun de nous n’est meilleur qu’un autre.

La peur et la méfiance s’expriment souvent sous forme de haine. L’autre est une menace pour moi. Le monde est divisé entre les gentils et les méchants, et nous pensons nous trouver au milieu d’une immense bataille, un peu comme lorsque le conseiller fédéral Blocher avait été évincé du gouvernement, après quoi la Weltwoche avait métaphoriquement évoqué le Crépuscule des dieux, de Wagner, en écrivant : «  Les meilleurs sont dévorés ».

C’est pourquoi, en Suisse notamment, la recherche d’un compromis comme instrument contre l’absolutisme a perdu du terrain. En effet, pour celui qui voit les choses sous l’angle de l’extrémisme, qui est convaincu de la qualité de son émission et du fait que son camp est du bon côté et que l’autre est par conséquent du côté des méchants, se voit dans une lutte nécessaire pour la victoire. Si les autres sont les méchants, il n’y a pas d’égards à avoir pour eux. On observe cet état d’esprit en Suisse, mais aussi par exemple chez le Tea Parti aux Etats-Unis, qui véhicule cette idée absurde de la supériorité face à l’autre de l’action contre les suppôts du mal.

C’est ce qui explique mon malaise par rapport au nouveau spectacle Arena de Filippo Leutenegger. Il mise à nouveau sur la lutte et la confrontation au lieu de privilégier le débat d’idées pour convaincre les autres. La question fondamentale est de savoir ce que nous voulons vraiment : un divertissement de bas niveau où les protagonistes ne font qu’asséner des slogans, et où le gagnant est celui qui réussit à distiller les insinuations les plus provocatrices, ou une discussion politique véritable et orientée vers les solutions ? Les politiciens intéressés par le combat dans l’arène qualifient les débats de mièvreries. Le respect de la personne est-il devenu une notion étrangère pour eux ?

Et nous, les chrétiens ?

En tant que chrétiens, nous devons exiger la tenue de débats politiques objectifs. L’amour du prochain exige le respect face à l’adversaire politique. Il n’y a pas de « méchant », il n’y a que des êtres humains que Dieu aime de manière égale. A nous de manifester cet amour, et de faire preuve d’humilité si, sur l’un ou l’autre point, nos adversaires ont raison. Avons-nous peur de perdre le cap si nous ne voyons plus le monde de manière manichéenne, en noir et blanc ?

Un autre point à relever est celui de notre rapport avec la vérité : en politique aussi, nous devrions exiger la vérité. Trop souvent, la propagande qui précède les scrutins est empreinte de mensonges ou de déformations grossières (ce qui revient au même) afin d’inciter la population à la peur. Dans le cadre de l’initiative sur l’équité en matière fiscale, j’ai posé des questions ciblées au secrétariat de l’UDC, mais je n’ai obtenu que des réponses évasives dans un premier temps, puis après une relance, plus rien du tout…

Une idée serait d’instaurer un monitoring de la vérité. Sous quelle forme ? Qui y participerait?

Et qu’en est-il de nous ? Combien de fois renonçons-nous à faire suffisamment de lumière sur certains faits et énonçons-nous des hypothèses comme des vérités ?


Photo by Jacob Morch on Unsplash

~ 5 min

Semaine 6 – 16-22 octobre

Méditation

« En somme, trois choses demeurent : la foi, l’espérance et l’amour, mais la plus grande d’entre elles, c’est l’amour.» (1 Corinthiens 13.13)

Trois attitudes et valeurs fondamentales ont survécu à 2000 ans de chrétienté et survivront également à notre temps : la foi, l’espérance, l’amour. La Foi en un Dieu trinitaire qui dépasse notre pensée et nos capacités humaines (1 Cor 2.5 ; Jean 15.5) ; l’Espérance comme ferme conviction des réalités spirituelles que nous ne voyons pas (encore) avec nos yeux (Hébr 11.1) ; et l’Amour. L’Amour se caractérise par la constance, la bonté, la générosité, l’humilité, le respect d’autrui, la bienveillance, la patience, la volonté de pardonner; il est empreint de justice et de vérité (selon 1 Cor 13.4-6).

Les chrétiens savent qu’il est impossible de vivre ces réalités par ses propres forces. C’est plutôt le Saint Esprit qui les aide à être à pied d’œuvre quotidiennement (Gal 5.18) afin de pouvoir accomplir les œuvres que Dieu a préparées pour eux (Eph 2.10). Une manière de voir la vie assurément génératrice de sens !

Réflexions politiques

La foi, l’espérance et l’amour ont aussi leur place en politique. La foi en un Dieu trinitaire nous préserve de vouloir prendre nous-mêmes la place de Dieu. Cette humilité nous amène à prendre conscience que nous devrions laisser tomber les technologies que nous ne pouvons ni dominer ni contrôler.

L’espérance dans les possibles de Dieu nous encourage, malgré les rapports de force dominants-dominés et les scénarios catastrophe pour notre avenir, à propager de nouvelles façons de penser et d’agir au lieu de nous résigner anxieusement.

Et l’amour nous aide à travailler en collaboration amicale avec l’adversaire politique et à l’estimer. L’Amour n’est donc pas d’abord un sentiment, mais plutôt un travail relationnel – accompagné d’un engagement en temps et en argent (et qui implique de renoncer à faire encore plus d’argent).

Cela vaut donc la peine de faire de la politique de manière tout à fait engagée et non de façon hésitante : tant lors de votations ou de travaux bénévoles que dans le cadre d’une fonction politique.

Questions

– En politique, à quoi est-ce que je crois ?

– En politique, qu’est-ce que j’espère ?

– Comment est-ce que j’exprime mon amour en politique ?

Sujets de prière1

– Dimanche 16 octobre : La communion – Esaïe 11.6-92
Aide-nous, Suisses, à garder à l’esprit cette vision d’une communion faite de réconciliation et de la cultiver tous les jours.

– Lundi 17 octobre : La vérité – Jean 8.323
Aide-nous, Suisses, à vivre aujourd’hui dans la vérité, celle qui nous rend libre par Toi, et de porter cette vérité dans nos actions politiques.

– Mardi 18 octobre : L’amour – Romains 12.204
Aide-nous, Suisses, à traiter nos adversaires politiques avec estime, dans un esprit constructif et miséricordieux, de manière à ce qu’ils puissent Te reconnaître en nous.

– Mercredi 19 octobre : La justice – Luc 4.17-205
Aide-nous, Suisses, à apporter, dans nos églises et dans la politique, tes projets divins pour une société pleine de justice.

– Jeudi 20 octobre : L’égalité – Galates 3.286
Aide-nous, Suisses, à vivre dans le cadre de nos églises le modèle d’une communauté égalitaire et de l’amener dans notre société.

– Vendredi 21 octobre : La liberté – Jean 8.34-367
Aide-nous, Suisses, à reconnaître les structures qui nous asservissent, à les dénoncer et, libérés par Toi, à les vaincre, au lieu de rester prisonniers de ces structures marquées par le péché.

– Samedi 22 octobre : La vie – Jean 11.25-26 8
Aide-nous, Suisses, à faire l’expérience de la vie éternelle en relation avec Toi et à inviter d’autres personnes à vivre cette vie, spécialement dans le monde politique.

Lien

Dossier : « N’aie pas peur, petit troupeau ! »

http://www.christnet.ch/Home.aspx?docid=656&lang=fr&topmenu=Switzerland

 


1. La communion, la vérité et l’amour, la justice et l’égalité, la vie et la liberté sont les 7 valeurs de base de la pyramide des valeurs WDRS (« Développement des villages, régions et villes basé sur des valeurs  » ; voir www.insist.ch)

2. Esaïe 11.6-9 : «le loup vivra avec l’agneau, la panthère paîtra aux côtés du chevreau. Le veau, le lionceau et le bœuf à l’engrais seront ensemble, et un petit enfant les mènera au pré. Les vaches et les ourses brouteront côte à côte, et leurs petits auront un même gîte. Le lion et le bœuf se nourriront de paille. Le nourrisson s’ébattra sans danger près du nid du cobra, et le tout jeune enfant pourra mettre la main dans l’antre du serpent. On ne commettra plus ni mal ni destruction sur toute l’étendue de ma montagne sainte. Car la terre sera remplie de la connaissance de l’Eternel comme les eaux recouvrent le fond des mers. »

3. Jean 8.32 : «Vous connaitrez la vérité et la vérité fera de vous des hommes libres.» 

4. Romains 12.20 : «Mais voici votre part : Si ton ennemi a faim, donne-lui à manger. S’il a soif, donne-lui à boire. Par là, ce sera comme si tu lui mettais des charbons ardents sur sa tête »

5. Luc 4.17-20 : «et on lui présenta le rouleau du prophète Esaïe. En déroulant le parchemin, il trouva le passage où il est écrit : l’Esprit du Seigneur repose sur moi parce qu’il m’a désigné par l’onction pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé pour proclamer aux captifs la libération, aux aveugles le recouvrement de la vue, pour apporter la délivrance aux opprimés et proclamer l’année de grâce accordée par le Seigneur. Il roula le livre, le rendit au servant et s’assit. Dans la synagogue, tous les yeux étaient braqués sur lui. »

6. Galates 3.28: « Il n’y a plus de différence entre les juifs et les non-juifs, entre les esclaves et les hommes libres, entre les hommes et les femmes. Unis à Jésus Christ, vous êtes tous un »

7. Jean 8.34-36 : «Vraiment, je vous l’assure, leur répondit Jésus, tout homme qui commet le péché est esclave du péché. Or un esclave ne fait pas partie de la famille, un fils, lui, en fait partie pour toujours. Si donc, c’est le Fils qui vous donne la liberté, alors vous serez vraiment des hommes libres »

8. Jean 11.25-26 « Je suis la résurrection et la vie, lui dit Jésus. Celui qui place toute sa confiance en moi vivra, même s’il meurt. Et tout homme qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »

~ 4 min

Semaine 5 – 9-15 octobre

Méditation

« Faites donc du règne de Dieu et ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus. » Matthieu 6.33

Jésus nous promet de s’occuper de nous afin que nous soyons libres pour construire le Royaume de Dieu. Notre première priorité doit être notre amour envers Dieu et notre prochain. Cela implique aussi que nous veillions à faire la justice et non pas que nous rechercherions à assouvir nos propres intérêts (Esaïe 25). Si nous nous soucions constamment de notre propre bien-être et de celui de notre pays, Dieu ne peut pas nous utiliser, ni même nous en tant que pays car« toutes ces choses, les païens [les nations] s’en préoccupent sans cesse… » (Matt. 6.32)

 

Dieu nous met surtout en garde contre l’accumulation des richesses : pas seulement parce que notre cœur s’attache à ces richesses mais justement parce que nous n’avons plus de temps pour notre prochain et sommes obsédés par nos propres intérêts.

« >

 

Aussi longtemps que nous vivons dans ce monde, nous avons effectivement des peurs humaines. Toutefois, nous ne sommes pas seuls. Jésus nous dit : « … Courage ! Moi, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16.33)

Réflexions politiques

La Suisse devient de plus en plus riche mais elle est remplie de crainte quant à son propre bien-être et se cramponne à sa prospérité. D’un point de vue politique, la Suisse place en priorité la croissance économique et l’accumulation des richesses. D’après Matthieu 6.33, est-ce que cette attitude ne ferait pas de nous une nation païenne ?

Lors de débats publics, la « peur de manquer » fait tenir des propos agressifs face aux groupes de personnes dans le besoin (sans emploi, rentiers AI, demandeurs d’asile, le Sud pauvre etc.) Il règne un climat de méfiance envers notre prochain, surtout, si ce dernier est dépendant de l’argent de nos impôts.

Aussi, la peur de la criminalité a beaucoup augmenté durant la dernière décennie bien que statistiquement guère plus de crimes n’aient été commis (à l’exception de certaines catégories de violence). A ceci s’ajoutent les médias qui jouent un rôle important : dans la guerre à l’audimat et au tirage, les scènes d’horreur figurent en première page. Nous aussi, chrétien-ne-s, nous nous laissons contaminer par cette peur fébrile et avons une image faussée de l’être humain selon laquelle notre prochain voudrait de toute façon nous causer du tort. Pourtant la Bible croit que les chrétiens et les non-chrétiens sont capables du bien (et du mal) (Romains 2.14ss.).

Questions

·                    A quel moment mon attitude envers mon prochain est-elle empreinte de méfiance ? A tort ou à raison ?

·                    A quel moment est-ce que je place mes intérêts ou ceux de la Suisse au-dessus des besoins de ceux qui sont moins bien lotis ?

Sujets de prière

– Dimanche 9 octobre : Jean 16.331
Aide-nous, Suisses, à t’exprimer notre peur, à Te la déposer et à être confiant-e-s, c’est à dire à Te faire confiance et à croire que Ton amour est plus fort que notre peur.

– Lundi 10 octobre : Romains 2.142
Aide-nous, chrétien-ne-s suisses, à avoir une conception de l’homme qui soit correcte ; protège-nous d’une certaine arrogance chrétienne et de la fausse croyance selon laquelle les non-chrétiens seraient fondamentalement moins bons que nous.

– Mardi 11 octobre : Luc 10.25-373
Aide-nous, Suisses, à déposer devant Toi la peur et la méfiance que nous pouvons éprouver face à notre prochain et nos concitoyens.

– Mercredi 12 octobre : Luc 10.334
Aide-nous à percevoir réellement la détresse et les besoins de nos concitoyens ; aide-nous à surmonter nos barrières et nos préjugés et à apprendre à connaître véritablement notre prochain.

– Jeudi 13 octobre : Romains 13.35
Aide-nous à reconnaître que l’Etat n’est pas un ennemi qui veut nous imposer des restrictions mais que nous formons l’Etat tous ensemble ; aide-nous à contribuer au bien-être de chacun.

– Vendredi 14 octobre : Matthieu 6.326
Aide-nous à reconnaître que Tu nous donnes toujours en suffisance et que nous pouvons nous consacrer à la justice de Dieu sans être préoccupés par notre bien-être personnel.

– Samedi 15 octobre : Matthieu 25.357
Aide-nous, Suisses, à considérer les étrangers d’abord comme des humains qui sont tout autant aimés par Toi. Aide-nous à ne pas seulement revendiquer leur intégration mais aussi à y contribuer.

Liens

Gouverner par la peur ou par l’espérance? http://www.christnet.ch/Home.aspx?docid=957&lang=fr&topmenu=Politics

 


1. Jean 16.33 : «Il fallait que je vous dise aussi cela pour que vous trouviez la paix en moi. Dans le monde vous aurez à souffrir bien des afflictions. Mais courage ! Moi, j’ai vaincu le monde. »

2. Romains 2.14 : « En effet, lorsque les païens qui n’ont pas la loi de Moïse accomplissent naturellement ce que demande cette Loi, ils se tiennent lieu de loi à eux-mêmes, alors qu’ils n’ont pas la Loi. »

3. Luc 10.30-37 : « …Mais qui donc est mon prochain ? En réponse, Jésus lui dit : Il y avait un homme qui descendait de Jérusalem à Jéricho, quand il fut attaqué par des brigands. […] »

4. Luc 10.33 : «Mais un Samaritain qui passait par là arriva près de cet homme. En le voyant il fut pris de pitié. »

5. Romains 13.3: « Car ce sont les malfaiteurs, et non ceux qui pratiquent le bien, qui ont à redouter les magistrats. Tu ne veux pas avoir peur de l’autorité ? Fais le bien, et l’autorité t’approuvera. »

6. Matthieu 6.32 : «… Mais votre Père, qui est aux cieux, sait que vous en avez besoin »

7.  Matthieu 25.35 : « Car j’ai souffert de la faim et vous m’avez donné à manger. J’ai eu soif et vous m’avez donné à boire, j’étais un étranger et vous m’avez accueilli chez vous. »

 

~ 4 min

Semaine 4 – 2 – 8 octobre

Méditation

« Le jeûne qui me plaît est celui qui consiste à détacher les liens de la méchanceté, à délier les courroies de toute servitude, à mettre en liberté tous ceux que l’on opprime et à briser toute espèce de joug. … Oui, alors la justice marchera devant toi, et la gloire de l’Eternel sera l’arrière-garde. » Esaïe 58.6-8

Le mot « jeûner » dans le langage populaire signifie « ne pas manger pendant un certain temps, se priver de plaisirs ». Mais dans ce texte, dans lequel Esaïe décrit le « vrai jeûne », il s’agit de bien plus. Il parle de personnes qui vivent dans la misère fût-ce à cause de traitements injustes ou pour d’autres raisons. « Ne te détourne pas de ton prochain » – c’est un message clair !

 

Réflexions politiques

Dans un contexte politique où  « être radin, c’est bien » et dans lequel prédomine une mentalité de vainqueurs, la Bible nous donne comme mission de chercher des solutions qui servent à nos prochains en souffrance (dans notre pays ou dans le monde). Cela implique par exemple d’obtenir l’égalité salariale entre les hommes et les femmes pour le même travail fourni ; de percevoir des taxes là où certaines personnes accèdent facilement à la fortune afin de soulager le sort des moins aisés ; d’intervenir en faveur du commerce équitable en prenant garde d’acheter des aliments produits et négociés de façon équitable ; mais aussi de s’engager pour des lois du commerce international qui soient justes.

En conséquence, nous pouvons également exercer une pression sur les parlementaires pour lesquels nous votons.

Questions

·         Comment puis-je investir (une partie de) mes richesses afin de pouvoir en faire bénéficier les plus pauvres ?

·         Dans quels domaines puis-je acheter des produits du commerce équitable (et payer plus cher) au lieu d’acheter des produits  bon marché chez un grossiste ?

·         Vais-je me renseigner sur le/la politicien-ne que je souhaite élire, pour savoir notamment si il/elle est saisi-e par la miséricorde de Dieu ?

 

Sujets de prière

·         Dimanche 2 octobre : Esaïe 58.61
Montre-nous, chrétien-ne-s suisses, les personnes autour de nous qui sont opprimées – p.ex. des personnes appartenant à un certain groupe que le monde dévalorise – et montre-nous comment nous pouvons les délivrer de cette oppression.

·         Lundi 3 octobre : Esaïe 58.72
Montre-nous, chrétien-ne-s suisses, où se trouvent les nécessiteux dans notre entourage proche ou d’ailleurs –p.ex. les personnes âgées, les personnes avec un revenu modeste – afin que nous puissions leur donner ce dont ils ont besoin.

·         Mardi 4 octobre : Esaïe 58.83
Montre-nous, chrétien-ne-s suisses, les blessures de notre peuple : les doutes quant à la bienveillance de nos dirigeants, la peur pour nos enfants et nos petits-enfants, la peur concernant nos pensions de retraite.
[Donne ces soucis au Seigneur.]

·         Mercredi 5 octobre : Psaume 25.74
Pardonne-nous – moi, ma famille et notre pays – nos attitudes impitoyables et sans miséricorde, [énumérer des exemples concrets] ; nous sommes dépendants de Ta miséricorde pour pouvoir survivre.
[Prends le temps de vivre un processus de repentance – pour toi et les responsables.]

·         Jeudi 6 octobre : Luc 10.255
Donne-nous, Suisses, des yeux pour voir ceux qui se sont fait agresser et aide-nous à faire ce qui est dans nos cordes pour les aider à vivre ; aide-nous afin que nous puissions faire des pas décisifs pour instaurerdes lois justes dans notre pays ; aide-nous aussi à écouter les suggestions des étrangers.

·         Vendredi 7 octobre : Luc 15.206
Aide les politiciennes et politiciens suisses à faire de la place à la compassion.
[Dans la parabole, le père a accueilli le fils perdu avec beaucoup de compassion – « il fut pris d’une profonde pitié pour lui». Sois ouvert à ce que le Seigneur met en mouvement dans ton for intérieur.]

·         Samedi 8 octobre : Matthieu 5.77
Aide-nous, Suisses, à comprendre plus profondément cette vérité : une attitude miséricordieuse nous ouvre à Ta miséricorde.
Si tu es compatissant, tu récolteras une grande promesse – tu feras toi-même l’expérience de la compassion.

 


1. Esaïe 25.6 : «Le jeûne qui me plaît est celui qui consiste à détacher les liens de la méchanceté, à délier les courroies de toute servitude, à mettre en liberté tous ceux que l’on opprime et à briser toute espèce de joug. »

2. Esaïe 58.7 : « C’est partager ton pain avec ceux qui ont faim, et offrir l’hospitalité aux pauvres sans abri, c’est donner des habits à ceux que l’on voit nu, ne pas te détourner de ton prochain. »

3. Esaïe 58.8 : « Alors, comme l’aurore, jaillira ta lumière, ton rétablissement s’opérera bien vite. Oui, alors la justice marchera devant toi, et la gloire de l’Eternel sera l’arrière-garde. »

4. Psaume 25.7 : «Ne tiens plus compte de ce péchés de ma jeunesse, de mes fautes passées, mais traite-moi selon ta grâce, ô Eternel, toi qui est bon ! »

5. Luc 10.25 et suivants : Parabole du bon samaritain – le plus important des commandements.

6. Luc 15.20 : «Il se mit donc en route pour se rendre chez son père. Comme il se trouvait encore à une bonne distance de la maison, son père l’aperçut et fut pris d’une profonde pitié pour lui. Il courut à la rencontre de son fils, se jeta à son cou et l’embrassa longuement. »

7. Matthieu 5.7 « Heureux ceux qui témoignent de la bonté, car Dieu sera bon pour eux. »

~ 4 min

Semaine 3 – 25 septembre – 1 octobre

Méditation

« Il a aussi le pouvoir de vous combler de toutes sortes de bienfaits : ainsi vous aurez en tout temps et en toutes choses, tout ce dont vous avez besoin, et il vous en restera encore du superflu pour toutes sortes d’œuvres bonnes, ainsi qu’il est écrit : On le voit donner largement aux indigents. Il demeure pour toujours approuvé par Dieu. » (2 Cor. 8.10).

Qui de nous ne se soucie pas de temps à autre de savoir s’il a assez d’argent ? S’il peut ou non se permettre telle ou telle dépense ? Si son argent suffit pour couvrir ses besoins élémentaires ? Nous n’avons pas besoin de nous faire de souci. Dieu est celui qui pourvoit. Il nous offre tout. Il ne veut pas seulement nous couvrir de cadeaux, mais Il veut que tous en profitent. Au travers de nous. Il nous donne assez afin que nous puissions généreusement partager avec les nécessiteux. Il en résulte alors une situation de « gagnant-gagnant » : les nécessiteux obtiennent ainsi les moyens de subsistance nécessaires et nous pouvons en tirer parti. La richesse – et surtout l’avidité susceptible de l’accompagner – peut en effet nous séparer de Dieu. En nous séparant de nos richesses, nous les remettons à la bonne place et nous nous délivrons de l’obstacle qui nous empêche de vivre une vie en abondance.

Réflexions politiques

« C’est l’économie, idiot ! » Cette phrase de la campagne électorale de Clinton est devenue proverbiale. Elle signifie que celui qui veut gagner les élections doit mettre l’économie au centre de sa campagne. Une politicienne qui ne promet pas de croissance économique ne peut pas gagner. En Suisse, la sécurité financière est tout en haut de la liste des priorités.

Tous les pays (ou presque) ne peuvent qu’envier le niveau de vie que la Suisse a atteint. Ce pays est en outre l’un des centres financiers les plus importants. C’est un cadeau, une responsabilité mais aussi un danger ; et ce danger se manifeste lorsque nous nous sacrifions pour maintenir ce niveau de vie. C’est le cas lorsque nos banques engrangent des bénéfices malpropres tous azimuts alors que la politique se contente de sourire béatement sans prendre de mesures (secret bancaire, « too big to fail » etc.)

Le fait que des entreprises pilotent la politique en donnant aux partis plusieurs millions de francs est aussi un sujet très délicat. La Suisse est le seul pays démocratique qui ne connaît pas de régulation sur le financement des partis.

Le texte biblique en introduction montre que nous ne devons pas laisser le dieu Mammon donner le ton. Notre seul chef est au ciel. Il peut remplacer notre peur du « pas assez » par une passion pour le partage, même jusqu’en politique.

Questions

·           Quelles sont les valeurs que je sacrifie sous prétexte de vouloir garder le bien-être de la Suisse ?

·           Quels actes empreints de générosité est-ce que je pourrais promouvoir politiquement ?

Sujets de prière

·         Dimanche 25 septembre : 1 Timothée 6.181
Aide-nous, Suisses rassasiés, à placer les besoins des nécessiteux au-dessus de l’augmentation de notre niveau de vie.

·         Lundi 26 septembre : Jérémie 22.132
Aide-nous, Suisses, à dire oui à des pratiques légales et morales du commerce, et bénis particulièrement les banques et les sociétés de matières premières qui suivent ces pratiques et se privent ainsi de plus gros bénéfices.

·         Mardi 27 septembre : Lévitiques 19.153
Aide-nous, Suisses, afin que l’argent des riches ne puisse pas acheter l’influence politique et procure personnellement aux démunis une voix forte et solide au parlement.

·         Mercredi 28 septembre : Matthieu 6.244
Aide-nous, Suisses, à utiliser les marchés pour le bien-être des personnes et puisses-Tu renverser les marchés là où ces derniers sont devenus un dieu.

·         Jeudi 29 septembre : Matthieu 6.335
Sois Celui qui pourvoit pour nous, donne tout ce dont nous avons besoin dans notre pays – la paix et la prospérité nécessaires à la vie – et donne-nous la confiance que Tu vas le faire.

·         Vendredi 30 septembre : Esaïe 25.4 6
Nous te demandons la protection pour les personnes qui souffrent des conséquences des spéculations – sur la nourriture et les matières premières – menées par des sociétés dont le siège est en Suisse ; mets en lumière ces rapports complexes entres les marchés mondiaux et qui souvent dépassent l’entendement de nos politiciens.

·         Samedi 1er octobre : Amos 5.247
Nous te demandons que la voix de la justice prévale dans les débats politiques sur la baisse des impôts, la fraude fiscale et la concurrence fiscale.

 


1. 1 Timothée 6.18 : «Recommande-leur de faire le bien, d’être riche en œuvres bonnes, d’être généreux et de partager avec les autres. »

2. Jérémie 22.13 : « Malheur à celui qui bâtit sa maison par l’injustice et qui ajoute des pièces à l’étage en violant l’équité, qui fait travailler son prochain pour rien, sans lui donner ce que vaut son travail. »

3. Lévitiques 19.15 : « Vous ne commettrez pas d’injustice dans les jugements. Tu n’avantageras pas le pauvre, et tu ne favoriseras pas le grand ; tu jugeras ton prochain selon la justice. »

4. Matthieu 6.24 : « Nul ne peut en même temps être au service de deux maîtres, car ou bien il détestera l’un et aimera l’autre, ou bien il sera dévoué au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir en même temps Dieu et l’Argent. »

5. Matthieu 6.33 : « Faites donc du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus. »

6. Esaïe 25.4 : « Car tu es un refuge pour celui qui est pauvre et une forteresse pour l’indigent dans sa détresse. Tu es un sûr abri contre la pluie d’orage et tu es notre ombrage au temps de la chaleur. »

7. Amos 5.24 : « Mais que le droit jaillisse comme une source d’eau, que la justice coule comme un torrent puissant ! »

~ 4 min

Semaine 2 – 18-24 septembre

Méditation

« Tu n’exploiteras pas l’étranger qui vit dans ton pays et tu ne l’opprimeras pas, car vous avez été vous-mêmes étrangers en Egypte. » Exode 22.20

« C’est dans la foi que tous [les héros de la foi] sont morts sans avoir reçu ce qui leur avait été promis. Mais ils l’ont vu et salué de loin, et ils ont reconnu qu’ils étaient eux-mêmes étrangers et voyageurs sur la terre. » Hébreux 11.13

A des dizaines de reprises, l’Ancien Testament ordonne de protéger les étrangers. Pour Dieu, les étrangers font partie de ceux qui ont le plus besoin de protection. La raison de cette protection est expliquée par le fait qu’Israël aussi a été étranger (cf. ci-dessus). Or, Jacob était un immigrant économique en Egypte avec ses fils (Gen. 42ss.).

L’attitude de Dieu envers l’étranger transparaît encore plus clairement dans le Nouveau Testament : Dieu rejoint Sa Création en tant qu’étranger incarné en Jésus (Jean 1.11).

Jésus appelle ses disciples à être étrangers au même titre que lui : comme lui, ils sont dans le monde, mais non pas du monde (cf. Jean 17:11.14). Le passage de l’Epître aux Hébreux (cité ci-dessus) illustre cette réalité de manière très nette. En tant que «voyageurs sur terre» nous autres chrétien-ne-s suisses sommes des étrangers dans notre pays ! Ceci nous rendra humbles et nous donnera une compréhension particulière pour nos contemporains étrangers.

Jésus a été clair : grâce à son amour, il nous permet de vaincre nos peurs de l’étranger. Il est certain que Dieu ne nous abandonnera pas si nous suivons son commandement en accueillant l’étranger le cœur ouvert.

Réflexions politiques

Dans le contexte politique actuel, le sujet des étrangers et presque toujours abordé d’un point de vue négatif : surpopulation étrangère, chômage, manque d’intégration, criminalité. Ceci exprime des angoisses que la politique se doit de considérer pour autant qu’elles soient justifiées par les faits. Malheureusement, les aspects positifs ne sont évoqués que rarement : enrichissement culturel (musique), innovation (Nicolas Hayek), joie de vivre, mets (kebab !) etc.

Dans ce contexte, le peuple suisse a fortement durci la politique des étrangers ces dernières années.1 Aujourd’hui, des efforts sont même fournis pour abroger la loi contre le racisme. La seule raison logique pour une telle mesure serait de pouvoir dénigrer, impunément, des populations entières. Pourtant, en tant que chrétien-ne-s, nous ne devrions pas juger une personne selon ses origines.

Questions

·        Qu’est-ce qui me fait peur par rapport aux étrangers ? Que me fait plaisir ?

·        Comment puis-je vivre l’hospitalité divine face aux étrangers ? Personnellement, avec mon Eglise, en politique ?

Prière

§         Dimanche 18.9. : Jean 1.112
Aide-nous, chrétien-ne-s suisses, à mieux comprendre ta nature « étrangère » dans le monde et en Suisse ;merci d’être venu à nous.

§         Lundi 19.9. : Hébreux 11.133
Aide-nous, chrétien-ne-s suisses, à mieux ressentir d’être étrangers en Suisse et, malgré cela, à nous décider d’être « dans » la Suisse.

§         Mardi 20.9. : Exode 22.204
Aide-nous, chrétien-ne-s suisses, à nous identifier avec nos contemporains étrangers ; donne-nous des rencontres génératrices de confiance.

§         Mercredi 21.9. : Jean 13.85
Aide-nous, Suisses, à déposer notre suffisance, à ne plus croire que nous (Suisses, chrétiens etc.) serions meilleures et nos arguments infaillibles ; apprends-nous discuter de façon humble et factuelle.

§         Jeudi 22.9. : Mathieu 25.356
Aide-nous, Suisses, à ouvrir nos cœurs, nos maisons et notre pays pour les étrangers, afin d’honorer Toi et Ton nom.

§         Vendredi 23.9. : Philippiens 3.4-5,7-87
Aide-nous, Suisses, à ne pas nous enorgueillir pour notre origine, mais que nous puissions te « gagner, le Christ ».

§         Samedi 24.9. : Jérémie 29.78
Aide les étrangers en Suisse à être reconnaissants pour leur pays d’accueil et à s’engager dans la prière et par des actions concrètes en faveur de la Suisse.

 


1. Loi sur l’asile et les étrangers, interdiction des minarets, initiative pour le refoulement…

2. Jean 1.11 : « Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas accueilli. »

3. Hébreux 11.13 : « C’est dans la foi que tous ces gens [les héros de la foi] sont morts sans avoir reçu ce qui leur avait été promis. Mais ils l’ont vu et salué de loin, et ils ont reconnu qu’ils étaient eux-mêmes étrangers et voyageurs sur la terre. »

4. Exode 22.20 : « Tu n’exploiteras pas l’étranger qui vit dans ton pays et tu ne l’opprimeras pas, car vous avez été vous-mêmes étrangers en Egypte. »

5. Jean 13.8 : « Jésus répondit à Pierre : Si je ne te lave pas, il n’y a plus rien de commun entre toi et moi. »

6. Mathieu 25.35,40 : Jésus dit : « J’étais un étranger, et vous m’avez accueilli chez vous… Vraiment, je vous l’assure : chaque fois que vous avez fait cela au moindre de mes frères que voici, c’est à moi-même que vous l’avez fait. »

7. Philippiens 3.4-5,7-8 : « Si quelqu’un croit pouvoir se confier en ce qui vient de l’homme, je le puis bien davantage : … je suis Israélite de naissance, de la tribu de Benjamin, de pur sang hébreu… Toutes ces choses constituaient, à mes yeux, un gain, mais à cause du Christ, je les considère désormais comme une perte. Je vais même plus loin : tout ce en quoi je pourrais me confier, je le considère comme bon à être mis au rebut, afin de gagner le Christ. »

8. Jérémie 29.7 : « Recherchez la prospérité de la ville où je vous ai déportés et priez l’Eternel en sa faveur, car de sa prospérité dépend la vôtre. »

~ 4 min

Semaine 1 – 13-17 septembre

Méditation

« « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ! « … Après avoir entendu ces paroles, ils s’esquivèrent l’un après l’autre, à commencer par les plus âgés… » (Jean 8.7,9). En effet, les pharisiens et les scribes réalisent qu’ils ont tous péché.

Même nous, croyants, nous ne sommes pas automatiquement « bons ». Nous aussi, nous continuons à pécher et avons besoin d’être pardonnés. C’est pour cela que Jésus lavera les pieds de ses disciples et les exhortera à en faire autant les uns pour les autres (Jean 13). La Bible nous enseigne que nous devons haïr le péché, mais aimer le pécheur…jusqu’à aimer notre ennemi (Matt. 5.44). De même pour l’adversaire politique : il est avant tout une personne aimée de Dieu. Nous devons l’aimer à notre tour, c’est à dire le regarder comme une créature de Dieu. Lui aussi cherche probablement à faire le bien, mais au plus profond de lui il est sous l’emprise de la peur (comme nous), ce qui peut engendrer des attitudes stériles.

 

Réflexions politiques

L’attitude face aux adversaires politiques s’est modifiée au cours des années 1990. Elle est aujourd’hui davantage marquée par le mépris. Les adversaires sont tournés en ridicule, comme ce fut le cas pour le Conseiller fédéral Joseph Deiss lorsqu’il annonça sa démission. Le conseiller national Christoph Mörgeli insulte régulièrement ses opposants en les traitant de petit bourgeois, d’illuminé, d’envieux, etc. Et les Jeunes UDC zurichois ont publié une bande dessinée dans laquelle certains conseillers fédéraux sont présentés comme des prostituées, des homosexuels ou des fainéants. Certaines affiches politiques présentent les opposants comme des rats ou des corbeaux.

A gauche, les attaques verbales ciblent les riches (p.ex: M. Ospel) et le Black bloc pousse jusqu’au recours à la violence. Malheureusement, seule une partie de la gauche s’en démarque clairement. Ainsi, une culture de la dévalorisation de la personne, doublée d’attaques personnelles, s’est installée. Souvent, on part du principe que l’« autre » est « de toute façon malveillant », voire simplement naïf ou stupide. Il ne s’agit plus d’idées ou d’actes qui seraient bons ou mauvais: leurs auteurs sont tout simplement classés « bons » ou « méchants ».

Pourtant, devant Dieu nous n’avons aucun droit de nier aux autres leur dignité, car toute personne est créée et aimée par Lui. La Bible parle ouvertement du péché et de la grâce sans pour autant remettre en cause l’amour réservé aux êtres humains. Bien plus : elle nous met face à un miroir et affirme que nous ne sommes pas meilleurs que les autres (Rom. 3.10).

 

Questions

·        Comment est-ce que je parle de ceux qui ont un avis politique différent ?

·        Quand ai-je intercédé pour la dernière fois en faveur d’un adversaire politique ?

 

Sujets de prière

·        Mardi 13 septembre : Jean 8.71
Aide-nous, Suisses, à ne pas chercher de bouc émissaire, mais à comprendre les aspects structurels derrière une problématique et à en chercher une solution bonne pour tous.

·        Mercredi 14 septembre : Matthieu 5.442
Aide-nous, Suisses, à ne pas voir l’autre comme un danger, mais à croire que Dieu pourvoira à nos besoins.

·        Jeudi 15 septembre : Romains 5.83
Aide-nous, Suisses, à ne pas classer les gens en « bons » et « méchants », mais à déposer notre peur d’autrui et à voir en chacun une personne aimée de Dieu.

·        Vendredi 16 septembre : 2 Timothée 1.74
Aide-nous, Suisses, à ne pas laisser la place aux peurs et au mépris, mais ouvre nos yeux et oreilles à ta force, ton amour et ton intelligence ; fais que les voix de la crainte et du dédain ne soient pas écoutées.

·        Samedi 17 septembre : Matthieu 5.21+225
Garde-nous, Suisses, d’utiliser la violence comme moyen politique, y compris pour amener le bien ; envoie Ton Esprit dans nos cœurs et protège la Suisse.

 


1. Jean 8.7 : « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ! »

2. Matthieu 5.44,45 : « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. Ainsi vous vous comporterez vraiment comme des enfants de votre Père céleste, car lui, il fait luire son soleil sur les méchants aussi bien que sur les bons, et il accorde sa pluie à ceux qui sont justes comme aux injustes. »

3. Romains 5.7,8 : « Mais voici comment Dieu nous montre l’amour qu’il a pour nous : alors que nous étions encore des pécheurs, le Christ est mort pour nous. »

4. 2 Timothée 1.7 : « Dieu nous a donné un Esprit qui, loin de faire de nous des lâches, nous rend forts, aimants et réfléchis. »

5. Matthieu 5.21,22 : « Vous avez appris qu’il a été dit à nos ancêtres : ‘Tu ne commettras pas de meurtre. Si quelqu’un a commis un meurtre, il en répondra devant le tribunal.’ Eh bien, moi, je vous dis : Celui qui se met en colère contre son frère sera traduit en justice. Celui qui lui dit ‘imbécile’ passera devant le tribunal, et celui qui le traite de fou est bon pour le feu de l’enfer. »

~ 13 min

Sous ce titre provocateur, j’aimerais mettre en évidence la séduction qu’exercent les idées de la droite conservatrice et nationale sur une partie des chrétiens en particulier évangéliques. J’aimerais montrer comment ces idées qui semblent bibliquement acceptables contredisent en fait la bible. Je tenterai d’expliquer comment ces idées essayent de coloniser l’enseignement biblique et les Églises. Ce thème est tout à fait d’actualité car Jean-Marie Le Pen s’est souvent montré à l’Église et Christophe Blocher invoque le nom de Dieu dans certaines de ses déclarations1

 

Comment définir et identifier les idées de la droite conservatrice et nationale ?

Il est évidemment difficile de répondre de façon exhaustive à la question dans ce texte car la droite conservatrice et nationale est une frange très large et complexe du champ politique et comporte en son sein diverses tendances et mouvements parfois même en conflit entre eux. Je me baserai pour cette réflexion sur la droite conservatrice et nationale actuelle en particulier sur les discours et idées qu’on trouve dans une frange de l’UDC ou du Front National en France. Je tenterai de définir quelques idées que je confronterai directement aux textes bibliques en montrant comment ils semblent faussement dans la ligne de la Bible.

Xénophobie, chauvinisme et décadence nationale

La première idée que l’on retrouve dans la droite conservatrice et nationale est l’importance de la nation2 qui mène souvent au racisme, à la xénophobie et à l’antisémitisme. Cette idée séduit certains chrétiens, car ils peuvent penser que les étrangers venant en Suisse ont d’autres religions ou valeurs, ce qui déchristianiserait automatiquement la Suisse (ou la France). Cela abonderait dans le sens de beaucoup de textes l’ancien testament demandant aux Israélites de se séparer3 des peuples païens vaincus afin de ne pas se laisser « contaminer » par leurs pratiques religieuses différentes. De même, nous pourrions prendre des versets de 2. Corinthiens4 « ne formez pas avec les incroyants un attelage disparate… » etc. A tout cela est lié aussi le thème de la décadence nationale soi-disant due à la pénétration de personnes ethniquement différentes qui aurait pour conséquence de changer l’identité de la nation ce provoquerait sa disparition5.

 

A tout cela, il faut tout d’abord dénoncer une très grande hypocrisie car selon cette thèse, tout le mal proviendrait uniquement de l’extérieur comme si le simple croyant ou l’Église n’en était nullement responsable. Pourtant, Jésus, dans un de ses enseignements qui a heurté les pharisiens, a affirmé que ce qui souille l’Homme provient de l’intérieur, en particulier du cœur6. On ne peut donc pas dire que ce sont simplement des choses provenant de l’extérieur qui peuvent détruire la foi ou déchristianiser une nation. En effet, le chrétien doit reconnaître ses propres erreurs et péchés et pas seulement accuser le monde extérieur d’en être coupable. Cette thèse d’extrême droite cache aussi l’arrogance de penser que sa nation est meilleure que les autres et que tous les maux proviennent uniquement de l’extérieur. Cela empêche de se remettre fondamentalement en question et donne une image naïve et féerique d’une Suisse originellement pure et sans péché, ce qui est anti-biblique, « car tous ont péché et privés de la gloire de Dieu »7. C’est vrai qu’il y a déchristianisation de la société occidentale, mais peut-on en accuser exclusivement les influences provenant de l’extérieur ? Comment de plus affirmer une supériorité morale d’une ethnie ou d’une nation à la lumière de ces textes de la Bible ? Il est vrai que notre pays a reçu la grâce de Dieu à travers le libre accès à la Bible ou l’œuvre de Réformateurs (avec des pages sombres, je l’admets), mais nous ne l’avons nullement mérité par nos propres œuvres.

Pour ce qui est de la thèse d’une soi-disant décadence, il faudrait distinguer entre une décadence de type spirituel comme le fait de s’éloigner de Dieu ou d’aller contre les valeurs judéo-chrétiennes et l’idée de décadence dont parle la droite conservatrice et nationale. Le premier phénomène existe. On peut l’illustrer par le fait que dans l’ancien testament, les israélites s’éloignent de la loi et vivent de façon dissolue, avec encore une montée de la violence, de la corruption, de l’oppression sociale, 8etc. En revanche, la droite conservatrice et nationale parle de la décadence de la nation due selon elle aux étrangers, francs-maçons, etc. Elle idolâtre la nation, alors que les prophètes de l’ancien testament ne sont pas xénophobes, mais dénoncent les violations de la Loi par les israélites. La décadence nationale dont parle la droite conservatrice et nationale n’a donc rien avoir avec l’éloignement de Dieu de son peuple. Comme précédemment, il y a ici une hypocrisie à dénoncer, car il est simpliste de dire que tous les maux de la société viennent de l’extérieur et en particulier des étrangers et de la mondialisation. Le fait de choisir de suivre Dieu ou non, dépend finalement de nous-mêmes et non pas exclusivement d’une influence extérieure. Finalement, je ne trouve rien dans la Bible qui demande absolument de sauvegarder l’unité nationale et de lutter contre de prétendues influences étrangères néfastes. Il ne faut donc pas confondre le patriotisme avec la fidélité à Dieu. D’ailleurs ce n’est pas l’unité nationale qui sauve ou qui permette de maintenir la l’unité du pays, mais plutôt les enseignements de la Bible concernant l’amour du prochain, la solidarité, etc. qui contribuent à maintenir le lien social.

L’autoritarisme

Une valeur revenant souvent dans les discours de la droite conservatrice et nationale est l’autoritarisme. L’idée est qu’il faut un régime fort pour protéger la collectivité contre les agressions extérieures ou pour plus de sécurité au niveau intérieur. Il y a ici une sorte de fascination ou d’idolâtrie du chef9 sensé assurer l’unité de la nation et lui donner une direction claire. Cela a souvent pour conséquence le rejet du système politique actuel et le désir de changer les institutions au niveau fondamental. Dans l’extrême droite, on considère que la démocratie est une forme d’anarchie qui dissout la nation dans l’individualisme. Dans le cas des mouvements de la droite nationale actuels, on pourrait citer comme exemple l’insistance constante de l’UDC de se référer au peuple comme ultime instance de décision en stigmatisant systématiquement la classe politique. Ce qui a l’air en apparence innocent s’oppose de fait à la séparation fondamentale des trois pouvoirs (exécutif, judiciaire et législatif) ainsi de la constitution et des droits fondamentaux qui devraient garantir les droits individuels face au collectif. C’est une sorte d’idolâtrie des droits populaires10. La base de la démocratie suisse implique le pluralisme, la séparation des pouvoirs et non un système où les votations populaires seraient érigée en dogme absolu et accumulerait tous les pouvoirs.

 

Il est vrai que le système démocratique doit être critiqué, notamment pour qu’il puisse s’améliorer. Une majorité de citoyens pourrait dicter aux autres leurs conditions, ce que redoutait déjà Tocqueville11. Néanmoins, je n’ai jamais vu dans la Bible des passages demandant aux Israélites d’avoir un régime autoritaire ou conseillant aux Chrétiens de déléguer tout leur pouvoir à un leader charismatique ou un conseil restreint ressemblant à un politburo « à la soviétique ». Dans l’ancien testament, Dieu condamne d’ailleurs l’attitude des Israélites voulant un roi comme les autres nations12 et les sauve par des leaders charismatiques choisis pour un temps seulement13. Dans le nouveau testament, Jésus se présente à ces disciples comme celui qui les sert et non comme quelqu’un d’autoritaire qui les écrase14. Cet autoritarisme mène aussi à un idolâtre du chef, ce que par là- même Dieu condamne, quand il dit que les Israélites le rejettent en voulant un roi. Nous voyons donc que l’autoritarisme prôné par l’extrême droite contredit la bible et ouvre la porte à l’idolâtrie du chef. Remarquons encore l’aspect purement matérialiste de l’autoritarisme. L’extrême droite fait confiance à un homme, alors que la Bible nous demande de faire confiance à Dieu et d’avoir une relation personnelle avec lui.

Glorification et nostalgie du passé

Un autre grand mythe de la droite nationale et conservatrice consiste à dire que le passé était globalement meilleur et que nous vivons à l’heure actuelle une sorte de décadence nationale due par exemple aux juifs, aux musulmans, à l’afflux d’immigrés ou à la jeunesse consommant de plus en plus de drogues et s’habillant de façon de plus en plus frivole. Cette glorification du passé pourrait tout à fait faussement trouver des fondements bibliques. En lisant de façon simpliste l’apocalypse, le chrétien pourrait être porté à croire que la fin du monde est proche et que celui-ci est entièrement aux mains du Diable, ce qui donne une image extrêmement pessimiste et sombre pour l’avenir. Cela amène une vision très simpliste où le passé semblerait meilleur à cause de ces prévisions apocalyptiques.

 

La glorification du passé est pourtant erronée pour plusieurs raisons. La première est que les œuvres de l’Église ayant permis une amélioration de l’avenir sont complètement négligées. Peut-on mettre dans les poubelles de l’histoire la fondation de la Croix- Rouge, l’Armée du Salut ainsi que toutes les œuvres de Calvin, Luther, Saint- Augustin, Thomas d’Aquin, etc. Ces personnes et événements ont pourtant permis des progrès sociaux et spirituels notables dont nous récoltons les fruits encore aujourd’hui. Voudrait-on glorifier le passé comme le Moyen- Age où l’illettrisme empêchait de lire la bible ? Pourquoi glorifier les années 60’ ou 50’ en pensant qu’elles étaient soi-disant meilleures car il n’avait pas de punks ou de fumeurs de joints ? Je ne pense pas que les textes de la bible nous invitent à la nostalgie d’un passé perdu imaginaire, mais plutôt à construire le royaume de Dieu et la préparer la seconde venue du Christ15. Remarquons d’ailleurs que retourner au jardin d’Eden n’est pas la finalité de l’Apocalypse. En revanche, on y parle d’une ville avec des habitants et Dieu en leur milieu16. La glorification et la nostalgie du passé ne peuvent donc pas être considérées comme une valeur biblique. Nous ne devrions donc pas être attirés par elle. Le chrétien nostalgique du passé est dominé par le pessimisme, et vit dans la peur de l’avenir, alors qu’il devrait reconnaître la toute puissance et la souveraineté de Dieu, malgré les difficultés actuelles17.

Croyance en un complot central mondial visant à contrôler le monde

Cet élément est souvent présent dans les discours de la droite conservatrice et nationale. Certains pensent qu’il s’agit des juifs qui contrôleraient les rouages du pouvoir ou de l’économie. D’autres pensent qu’il s’agit des francs-maçons. Cela se traduit souvent par un discours anti-establishment en disant que les politiciens sont tous pourris et tous les mêmes avec l’idée qu’ils se connaissent tous entre eux et prennent leurs décisions sur le dos du peuple. Cette idée de centralité et d’universalité d’un complot peut tout à fait correspondre à l’image que nous pouvons avoir du diable. Cela ouvre la question présente dans le nouveau testament de savoir qui est l’antéchrist.

Malgré d’apparentes similitudes, il n’est pourtant pas possible de mettre sur le même plan l’action de Satan décrite dans la bible et l’idée d’un complot universel et anti-national qu’affirme la droite conservatrice et nationale. En effet, en regardant la bible et l’histoire, notamment la question de la signification du chiffre de la bête (666), nous constatons que l’antéchrist a été l’empereur romain Néron, l’Église catholique, voire même ironiquement la Migros qui « ruinait » les épiciers des années 30 et 40 en Suisse comme ce que disaient certains à cette époque. Deuxièmement, Satan attaque aussi l’individu et les Églises, et son action ne se réduit pas seulement au plan politique ou institutionnel.

La deuxième objection est qu’il est réducteur d’avoir une vision aussi simpliste de la politique et des politiciens. S’il y avait un complot de cette taille, il n’y aurait plus alors de conflits politiques ou de divisions dans l’élite politique.

 

La troisième objection à cette vision est qu’elle oublie le rôle de Dieu en particulier sa souveraineté face à Satan. Ce dernier est toujours soumis à Jésus. Cette vision est donc à nouveau simpliste et toute humaine, car c’est nous avons à faire à une lutte entre humains et réduite à un niveau politique. D’ailleurs, il faut se demander où est la dimension spirituelle, de repentance, etc. En effet, le combat spirituel contre le mal ne doit pas seulement être tourné vers des ennemis physiques extérieurs, mais demande aussi une réflexion et un travail sur soi, par la sanctification et la remise en question de ses propres comportements et valeurs face à Dieu. Finalement, être tout le temps concentré sur un complot « satanico-politique » empêche de se rendre compte de la souveraineté de Dieu et du progrès de l’évangile dans nos vies et dans le monde qui nous entoure. Je ne pense pas qu’il soit biblique de se lever chaque matin avec l’obsession d’un complot universel à combattre. Il serait beaucoup plus sain de chercher Dieu, s’ouvrir à Lui et voir ses œuvres et reconnaître sa souveraineté pour en recevoir un encouragement.

Conclusion

Nous voyons donc à travers les constats ci-dessous que les affirmations principales et les fondements de la droite conservatrice et nationale entrent en contradiction flagrante avec les enseignements des textes de la Bible. Cette discussion montre tout d’abord la différence de fondement entre les idéologies de cette droite et la bible. La bible a pour fondement Dieu et demande que l’on se rapproche de lui, alors que la droite conservatrice et nationale se fonde sur la nation et le groupe ethnique. C’est de là que tout commence à diverger. La droite conservatrice et nationale fait l’apologie de l’autorité et de l’obéissance, alors que Dieu se présente comme un Dieu juste et qui fait grâce. Il y a certes des aspects « terribles » comme la punition des israélites dans l’Ancien Testament, mais il est difficile de réduire cela à de l’autoritarisme pur. Pour ce qui est du passé, la mécanique est inverse, car Dieu agit pour l’avenir. Rappelons ici que les prophètes prédisent l’avenir du peuple d’Israël et la venue du Christ, alors que la droite nationale et conservatrice tire son fondement des mythes du passé. L’approche est donc complètement différente. Finalement, l’obsession du complot contredit la théologie du Dieu souverain malgré les circonstances difficiles de son peuple. Ce dernier point met en évidence la nature réelle de la droite nationale et conservatrice : elle reste matérielle en ne considérant que l’humain, ce qui exclut le Dieu de la bible.

Bibliographie

CHEVALLIER, J-J. (1970), Les grandes œuvres politiques de Machiavel à nos jours, Paris, Armand Colin, pp. 217-234.

ROBERTSON, D. (1985) Dictionnary of politics, Hammondsworth, Middlesex, England, Penguin books ltd.

 

Thomas Tichy, 17 janvier 2005

 


1. Le lien entre le Front National et l’UDC n’est pas forcément évident. Pourtant, leurs thèmes de compagne sont similaires : immigration, insécurité, contestation du système et de « l’establishment » politique, valeurs traditionnelles, etc. A la fin des années 80, le mouvement Vigilance à Genève a essayé (en vain) d’inviter J-M Le Pen à Genève et certains de ces membres sont allés aux fêtes annuelles du FN. Ces mêmes personnes dirigent aujourd’hui la section UDC de Genève (source : Les dossiers du Canard, pp. 96-97, mars 1990). Le FN, dans un communiqué de presse officiel (22 oct. 2003), se félicite de la percée de l’UDC aux dernières élections fédérales (http://www.frontnational.com/quotidien_detail.php?id_qp=101&art=1). Le site du FN contient une liste de liens dont l’UDC fait partie.

 

2. Historiquement, on considère que le nationalisme émerge avec la révolution française. La gauche de l’époque rejette la noblesse et l’inégalité des classes pour dire, en gros, que tous les français sont égaux et frères (fraternité). Avec l’évolution sociale, la bourgeoisie ayant pris le pouvoir lors de la révolution, une nouvelle opposition demande que tous les Hommes soient frères. C’est ainsi que la gauche de l’époque glisse dans l’internationalisme en demandant une fraternité dépassant les frontières de la France. Le nationalisme passe donc de la gauche à la droite ce qui est encore à peu près le cas aujourd’hui. Une illustration de ceci peut être l’affaire Dreyfus où le nationalisme est passé de gauche à droite.

3. Esdr. 10: 2-11; Né. 13: 23-31. Lv. 20: 23-26.

4. 2. Co. 6: 14.

5. Les 2 textes de base du programme de l’UDC sont intéressants à évoquer pour illustrer mes propos : http://www.svp.ch/file/Plattform_franz.pdf. p. 40, l’introduction suggère que la proportion élevée (plus que chez nos voisins) est globalement négative (abus du droit d’asile, criminalité, etc.). Autre exemple :

Prendre soin du droit de citoyenneté (Juillet 2001)http://www.svp.ch/file/f2001.01Integrationspapier.doc

6. Marc 7:18. Il (Jésus) leur dit: Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l’homme ne peut le souiller?

7. Rm. 3: 23.

8. Am. 2: 6-16; Mi. 6: 9- 7: 6. Os. 4: 1-14.

9. On parle aussi du „Führerprinzip“ comme modèle d’organisation des partis d’extrême droite. L’idée de « Führerprinzip » ou sous sa forme atténuée de leader charismatique pourrait se retrouver dans n’importe quel parti ou mouvement dans lequel le président où le comité central ne sont jamais critiqués publiquement, où les désaccords sont considérés comme une trahison et où finalement tout est uniforme. Notons que ce type de phénomène se retrouve aussi à gauche avec le concept du « centralisme démocratique ».

10. L’UDC demande par exemple que les naturalisations se fassent par vote populaire, un peu comme si le peuple était infaillible, en affichant un mépris pour les procédures administratives. Celles-ci, quoique imparfaites, garantissent par exemple l’égalité de traitement et sont beaucoup plus prévisibles.

http://www.udc.ch/index.html?&page_id=1176&node=67&level=1&l=3

Rappelons encore ici que cette approche était l’apanage des penseurs de l’extrême -droite française comme Charles Maurras (1868-1952) ou du constitutionaliste allemand Karl Schmitt (1888-1985) impliqués par la suite dans la collaboration ou le nazisme. http://en.wikipedia.org/wiki/Carl_Schmitt

11. ROBERTSON, D. (1985) Dictionnary of politics, Hammondsworth, Middlesex, England, Penguin books ltd pp. 78-79.

12. 1. S. 8: 7.

13.  V. livre des Juges ex: Jg. 4.

14. Luc 22: 24-27: 24 Il s’éleva aussi parmi les apôtres une contestation: lequel d’entre eux devait être estimé le plus grand?25 Jésus leur dit: Les rois des nations les maîtrisent, et ceux qui les dominent sont appelés bienfaiteurs.26 Qu’il n’en soit pas de même pour vous. Mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert.27 Car quel est le plus grand, celui qui est à table, ou celui qui sert? N’est-ce pas celui qui est à table? Et moi, cependant, je suis au milieu de vous comme celui qui sert.

15. Mt. 6: 33-34. 2 Pi. 3: 12.

16. Ap. 21: 1-2.

17. 1. Pi. 1: 6-7. Et 1. Pi. 5: 9-11.

Photo by Sam Carter on Unsplash

~ 3 min

40 jours de prière : pour une Suisse où l’amour se manifeste

Avant les élections fédérales (23.10.11) ChristNet lance une campagne de prière de 40 jours : «Prier+Voter2011». Seul l’Esprit Saint peut pousser les Suisses à donner plus d’importance à la miséricorde qu’à leurs peurs et à élire des candidats en fonction. As-tu envie d’une Suisse où l’amour se manifeste ? Alors participe à ce mouvement de prière avant les élections !

Emotions ou politique factuelle ?

Lors des votations, les émotions sont décisives. Les agences de marketing en sont conscientes et préparent les campagnes en tenant compte de cette réalité. Les émotions et les peurs présentes sont exploitées et, si possible, renforcées. Les élections fédérales du 23 octobre ne feront pas exception. Des émotions à exploiter, il y en a. Voici les soucis principaux des Suisses : les «étrangers», l’énergie nucléaire et la préservation de notre opulence.

Depuis les années 1990, le «Baromètre des craintes» (Institut GfS) est à la hausse et, depuis dix ans, le climat psychologique de la Suisse (Institut Demoscope) reflète une tendance à se méfier davantage, à se replier sur soi et à rechercher de l’appui dans les traditions et la communauté nationale. Ces peurs ont contribué à envenimer le climat politique, l’autre étant perçu comme un danger pour le bien commun.

La peur et l’argent

Parallèlement, Mammon est puissant en Suisse : nous dépensons plus d’argent par habitant pour les campagnes politiques qu’aux Etats-Unis, par exemple. Il a été démontré que la propagande électorale développe d’importants effets : nous autres, êtres humains, avons tendance à écouter les arguments qui sont criés avec le plus de force. Nous croyons ceux qui confirment notre vision du monde et proposent des solutions faciles. Seule une perception simple du monde nous donne la fausse garantie que des solutions prétendument simples sont à portée de main…

Depuis dix ans, ChristNet s’engage par la sensibilisation, l’information et la prière pour que l’amour du prochain trouve sa place dans la politique et la société. Parfois, on a l’impression que la sensibilisation et l’argumentation en faveur de l’amour du prochain n’a pas l’effet souhaité. Si Dieu n’ouvre pas les cœurs, l’argument de l’amour peut, même parmi des chrétiens, tomber dans un terrain infertile. Dès lors, prions Dieu afin qu’Il nous transforme par son Esprit et qu’Il nous libère, nous (chrétiens) Suisses, des griffes de la peur.

Prier pour plus d’amour

Dès ses débuts, ChristNet s’est fondé sur la prière et a mis sur pied des Groupes de prière régionaux. Ces élections fédérales sont une période importante pouvant inspirer un véritable mouvement de prière. Le Parlement et le Conseil fédéral jouent un rôle prépondérant dans le sort de notre pays. Prions pour que les citoyens élisent des candidats qui s’engagent en faveur des plus faibles, sans peur pour leur propre bien, sans crainte des «méchants» et sans arrogance nationale.

«Prier+Voter2011», c’est une prière de 40 jours du 13 septembre au 23 octobre. Chaque samedi, ChristNet proposera une feuille hebdomadaire avec une méditation biblique, une analyse politique et un sujet de prière pour chaque jour. Certains thèmes seront mis en lien avec des articles de fond sur www.christnet.ch.

Voici les 6 thèmes hebdomadaires :

1.         L’adversaire politique

2.         Nationalisme et étrangers

3.         L’argent en Suisse

4.         Les peurs en Suisse

5.         Solidarité, miséricorde et justice

6.         Valeurs chrétiennes