La Bible comme guide pour le renouveau social

,
~ 5 min

Ne sommes-nous pas toujours préoccupés par l’état de notre société ? Les valeurs fondamentales comme l’honnêteté et la responsabilité sont en déclin. Nos téléviseurs crachent de la violence, des banalités et des obscénités. Nous vivons dans un monde de griefs.

Dans le Sermon sur la Montagne, Jésus a dit que ses disciples pouvaient et devaient faire quelque chose contre les maux.

Pour ce faire, il a utilisé l’image du sel et de la lumière. Vous êtes le sel de la terre… vous êtes la lumière du monde », dit-il à ses disciples (Mt 5, 13-16). Le sel était utilisé pour conserver les aliments. Le sel a un pouvoir de conservation. Jésus a appliqué ce simple fait à nos vies. Il voulait que ses disciples soient comme le sel pour le monde ; ils devaient avoir une influence préservatrice sur ceux qui les entouraient tout au long de leur vie. Le mot figuratif de lumière est similaire. Lorsqu’il n’y avait pas d’électricité, la ménagère a allumé une lampe à pétrole alors qu’il faisait nuit. Elle l’a placé au milieu de la pièce sur un endroit surélevé afin que la flamme puisse répandre sa lumière dans toute la pièce. Jésus voulait que ses disciples soient de telles lumières dans les ténèbres. L’obscurité est ici synonyme d’impiété et de désorientation. Les disciples du Christ doivent apporter la lumière dans l’obscurité de leur environnement et donner une orientation.

Comment les chrétiens peuvent-ils être sel et lumière et contribuer au renouvellement de la société ?

La Bible nous donne des directives pratiques et des exemples utiles. Il nous aide à examiner notre société de manière critique et nous fournit des réponses de Dieu. La Bible a été écrite dans des situations similaires à la nôtre. De nombreux textes bibliques ont été donnés en réponse à des maux sociaux. Les gens à qui la parole de Dieu a été adressée à l’époque étaient tout aussi préoccupés par l’état de la société dans laquelle ils vivaient que nous le sommes aujourd’hui. Eux aussi se demandaient ce qu’il fallait faire face aux griefs.

L’une des choses les plus importantes que nous puissions faire – et que nous devons faire – est de développer une attitude critique.

L’apôtre Paul, dans Romains 12:1-2, nous appelle à développer une attitude socialement critique. Il invite ses lecteurs à ne pas adopter sans discernement les schémas de pensée de leur culture. L’apôtre indique ainsi qu’il s’inscrit, comme Jésus, dans une tradition prophétique qui ne s’est pas contentée d’adopter le statu quo sans critique, mais l’a soumis à la critique de la révélation de Dieu. Il faut dire tout de suite qu’il ne s’agit pas d’un « non », mais d’une attitude critique envers le monde.

Les meilleurs exemples d’une attitude à la fois critique et constructive sont donnés par les prophètes de l’Ancien Testament. Ils aimaient leur peuple d’un amour passionné, et en même temps, ils étaient leurs critiques les plus sévères.

Un exemple de l’attitude des prophètes se trouve dans Esaïe 2:6-8. Esaïe a critiqué ses contemporains pour avoir couvert le pays de sorciers et de devins (Esaïe 2:6). Dans le même souffle, il a critiqué le matérialisme débridé. Ton pays est plein d’argent et d’or et de trésors innombrables » (Is 2,7). (Ésaïe 2:7). Enfin, il s’est également retourné contre l’idolâtrie. Il se plaint que le pays est rempli d’idoles et que chacun adore son propre travail (Esaïe 2:8).

Les prophètes de l’ancien Israël ont établi une critique de la société basée sur la révélation de Dieu. Ils n’étaient pas des idéalistes au sens strict du terme, mais se savaient poussés par l’Esprit de Dieu. Ils ne s’excusent pas d’avoir défendu Dieu comme étant le seul vrai, ni de ses exigences envers l’individu et la société juive. Ce qui est remarquable dans leur critique sociale, c’est son équilibre. Aucun prophète ne s’est spécialisé, pour ainsi dire, dans les transgressions morales et a ainsi laissé de côté les autres griefs. Isaïe a soumis son peuple à une critique globale. Le spiritisme et le matérialisme sont dénoncés, ainsi que l’idolâtrie.

La Bible est un guide très pratique pour une critique sociale constructive. Ceux qui la prennent au sérieux ne peuvent pas accepter le statu quo sans remettre en question.

Mais une attitude critique ne suffit pas.

Les chrétiens doivent faire ce que dit la Bible. Dans la bible, il est constamment demandé aux croyants de faire le bien (par exemple Mt 5,16 ; 2Ti 3,17 ; Ep 2,8-10). Il est maintenant d’une importance fondamentale de ne pas confondre la grâce avec l’action ou le travail. La réconciliation avec Dieu est une pure grâce. C’est sur la base de la mort de Jésus Christ qui a souffert pour nous. Elle est accessible par la foi et l’acceptation du Christ comme Seigneur, et non par l’action. Dans le Nouveau Testament, l’image suivante apparaît : En ce qui concerne l’acceptation par Dieu, il est dit : « Par la grâce, vous avez été sauvés par la foi ». (Eph 2:8). En ce qui concerne ce que Dieu veut faire de la vie de ceux qui ont reçu son salut, il dit : « Nous sommes ses créatures, créées en Jésus-Christ pour faire dans nos vies les bonnes œuvres que Dieu a préparées pour nous à l’avance » (Eph 2:10). (Eph 2:10).

La foi en Jésus-Christ, le Fils de Dieu, libère les gens pour qu’ils fassent ce qu’ils sont censés faire. La liberté chrétienne n’est pas un laissez-passer, mais une libération de l’esclavage de l’égocentrisme destructeur pour pouvoir faire la volonté de Dieu. La foi pousse à l’action ; dans l’amour de Dieu et du prochain, elle démontre sa vitalité. Dieu ne nous tient pas pour responsables des causes des maux de la société, car la plupart ne sont pas le résultat direct de nos actions. Nous sommes pris dans un contexte plus large de structures pécheresses. Mais nous sommes coupables si nous acceptons la poursuite des griefs et ne faisons rien pour y remédier.

Mais que pouvons-nous faire concrètement ?

J’aimerais esquisser quelques réflexions : Le plus important est que nous commencions – même si c’est la fameuse goutte d’eau dans l’océan ! Le meilleur endroit pour commencer est l’amour. L’amour, l’amour, l’amour ! Il n’est pas nécessaire d’être un expert pour aimer. L’amour est versé dans nos cœurs par l’Esprit Saint (Rm 5, 5).

Nous avons également une responsabilité politique. Être sel et lumière à notre époque signifie aussi participer au processus politique. Ne rien faire, c’est accepter les choses telles qu’elles sont. C’est pourquoi nous ne pouvons pas laisser les élections et les votes aux « autres ». Si notre compréhension de la démocratie se limite à distinguer entre 25 marques de dentifrice au supermarché, nous devons nous demander si nous avons compris ce que Jésus nous a appelés à faire.

Nous devons également nous montrer critiques envers nous-mêmes et remettre en question notre mode de vie. Pourvu que nous nous considérions comme des chrétiens engagés ? par exemple, notre comportement de consommateur parle-t-il au nom de notre foi ? Nageons-nous en même temps ou sommes-nous une alternative ? Si nous consommions moins sans critique, cela changerait l’ordre du marché. Les stratèges du marché et les publicitaires se feraient pousser des cheveux gris, car ils ne craignent rien tant que les gens cessent d’être influencés par leurs campagnes publicitaires ineptes. Imaginons : Quand il s’agit de publicité, les gens s’éteignent tout simplement ! Qu’ils se déchaînent avec leurs banalités ? on s’en fout ! Cela mettrait quelque chose en route. La question est de savoir qui va la lancer.


Photo by Jannis Edelmann on Unsplash

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.