~ 5 min

Samuel Ninck-Lehmann, co-fondateur et ancien coordinateur de ChristNet, co-auteur de La Suisse, Dieu et l’argent (éd. Je sème), revient sur une approche chrétienne de gérer l’argent. 1

Richesse et pauvreté : le principe de l’égalité

A de nombreux endroits, la Bible parle de l’argent, de richesse et de pauvreté. Depuis des millénaires, l’argent existe et la Bible ne ferme pas ses yeux sur cette réalité humaine. Cependant, Dieu ne préfère pas la richesse à la pauvreté ou vice versa. Il a une prédilection pour les gens. Et parmi les gens, il chérit particulièrement les pauvres. C’est pour cela que Jésus, en venant sur Terre, « s’est dépouillé lui-même » (Philippiens 2.7) et est né dans une étable.

Dans la Bible, l’argent, qui fait partie d’une prospérité intégrale englobant tout l’être humain – relations, santé mentale, physique, spirituelle, biens matériels… –, n’est pas une fin en soi, mais un moyen. Quant à Jésus, il nous le présente comme un maître qui demande notre obéissance totale : « Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon » (Luc 16.13). A nous de maîtriser l’argent et de l’utiliser d’une manière qui réponde au commandement de l’amour (Luc 10.27).

Comment donc aimer Dieu, nous-mêmes et notre prochain avec notre argent ? Selon Paul, c’est le trop-plein des uns qui doit servir à combler le manque des autres et vice versa : « Il n’est pas question de vous réduire vous-mêmes à l’extrémité pour que d’autres soient soulagés, il s’agit simplement de suivre le principe de l’égalité… » (2 Corinthiens 8.13). La prospérité des uns prend donc tout son sens si elle est utilisée pour lutter contre la pauvreté des autres. A contrario, la pauvreté des autres peut trouver un certain sens lorsqu’elle permet de susciter la générosité des uns.

Faire confiance à un Dieu qui pourvoit

La Bible parle d’un Dieu qui pourvoit. Elle raconte des histoires dans lesquelles Dieu montre sa fidélité, aussi dans le domaine matériel. Pensons au peuple d’Israël dans le désert : chaque jour, il reçoit assez pour manger. Evidemment : si Dieu a créé le ciel et la terre et qu’il nous aime et veut que nous allions bien, il se souciera aussi de notre bien-être matériel.

C’est dans ce contexte que Jésus dit : « Ne vous inquiétez pas de ce que vous mangerez pour vivre, ni de ce dont vous habillerez votre corps » (Matthieu 6.28). Si Dieu pourvoit, nous sommes appelés à lui faire confiance. Cela nous libérera de nos peurs, en particulier de la peur de manquer. Il est notre défi de soigner cette relation confiante avec Dieu, autrement dit de chercher son royaume et sa justice. Il pourvoira alors à nos besoins, même matériels. Cherchons donc des situations dans lesquelles nous sommes obligés de faire confiance à Dieu.

Des grâces et de bénédictions à partager

Nous vivons dans une société de surabondance : selon l’Office fédéral de la statistique, un Suisse sur deux gagne plus de Fr. 6’502.-. Sur cette base, le comparateur des revenus en ligne « Global Rich List » permet de déterminer notre position en comparaison mondiale : la moitié de la population suisse fait partie du 0,31% les plus riches du monde. Dans le village global, nous vivons donc dans le coffre-fort de la banque !

Quant à l’origine de notre richesse, elle est ambigüe : n’est-il pas vrai que notre fortune est, entre autres, due à notre exploitation des ressources dans les pays du Sud ? à la fuite de capitaux d’autres pays, en particulier pauvres, vers nos banques ? la pollution engendrée par la fabrication des produits de notre luxe ? au gaspillage et au consumérisme érigé en religion de nos sociétés « développées » ? C’est ce pouvoir inique que Jésus dénonce lorsqu’il parle des « richesses injustes » (Luc 16).

D’ailleurs, la Bible nous met en garde, en soulignant que notre richesse comporte une part de malédiction : celle d’avoir déjà goûté aux plaisirs de l’abondance (Luc 6.24) et d’être éloignés du Royaume de Dieu. Pensons à la parole de Jésus concernant le chameau et le trou d’aiguille (Luc 18.25). Nous sommes mis devant le défi de détacher activement notre cœur de l’argent et de nous attacher à Dieu et à notre prochain, entre autres, par le partage de notre temps, de notre amour, de nos compétences et… de nos biens matériels.

Pas de pauvres parmi nous ?

Encore faut-il que nous soyons prêts à partager. Ceci est étroitement liée à notre capacité au contentement : lorsque je suis content avec un certain budget, le surplus qui m’est donné est libéré pour une autre utilisation. Paul savait être content : « Je sais vivre dans la pauvreté et je sais vivre dans l’abondance » (Philippiens 4.12). Le plus grand obstacle au contentement est l’envie et la jalousie : nous nous comparons à ceux et celles qui sont mieux lotis que nous-mêmes. Cette tendance humaine est grandement renforcée, dans notre société, par la publicité et le culte des célébrités.

Afin de fortifier notre esprit de contentement, rappelons-nous que nous ne pourrons rien « emporter du monde » (1 Timothée 6.7), pratiquons la reconnaissance de ce qui nous est confié, établissons un budget de base qui couvre nos besoins élémentaires en décidant que cela nous suffit et en étant prêts à renoncer au surplus. Jésus invite plusieurs personnes à tout vendre et à le donner aux pauvres. Par là, il fait écho au commandement biblique de base concernant l’utilisation des biens matériels : « En fait, il ne doit pas y avoir de pauvres parmi vous » (Deutéronome 15.4).

Implications sur la politique

La France a le cinquième PIB au monde, et la Suisse se situe au 10e rang mondial. Depuis 1990, le PIB par habitant a plus que doublé. Nous devenons donc toujours plus riches ! Cependant, la pauvreté persiste : env. 10% des Suisses adultes ont de la peine à joindre les deux bouts et, en France, les aides sociales ont coûté EUR 755 milliards en 2016 tout en laissant beaucoup de gens pauvres.

Et que donc penser du fait qu’au niveau mondial, 50% de la population détient moins que 1% de la fortune? Certes, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté a fortement diminué (1981-2012 : de 1100 à 147 mios.). C’est un sujet de reconnaissance. Mais trop de personnes restent dépendantes d’une aide extérieure pour pouvoir simplement vivre.

Dans ce contexte, la Suisse et la France ont de la peine à mettre en place des politiques de redistribution qui permettraient un rééquilibrage: au niveau national, les politiques de baisses d’impôts et d’austérité grèvent les budgets du social, de l’éducation et de la santé publique. Au niveau international, l’aide publique au développement est sous pression : au lieu de s’approcher des 0,7% du PIB prônés par l’ONU pour éliminer la pauvreté, celle-ci a baissé, en Suisse à son plus bas niveau depuis 2013 (0,46%).

Voilà de vrais défis pour les chrétiens: comment être témoins de Jésus, amis des pauvres ? Commençons par aborder le sujet dans nos Eglises et de soutenir des pétitions qui traitent de ces questions. En tant que citoyens, les chrétiens peuvent poser la lutte contre la pauvreté comme critère lors des élections. De même, lorsque nous votons sur des sujets touchant à la politique fiscale ou la coopération internationale. Pour cela, il est essentiel de s’informer. Quant aux politiques chrétiens, prions pour leur engagement sans compromis en faveur du principe de l’équité. Pour que notre « surplus serve à combler le manque des autres ».

Lectures

  • La Suisse, Dieu et l’argent, dossier Vivre n° 36, Je sème, St-Prex, 2013.
  • Roser Dominic, Suffisance – Réflexions sur une gestion chrétienne de l’argent. ChristNet, Genève, 2007.
  • Jacques Blandenier, Les pauvres avec nous, dossier Vivre n° 26, Je sème, Genève, 2006.
  • www.stoppauvrete.ch – mouvement évangélique de lutte contre la pauvret

1. Article paru, légèrement modifié, dans Christianisme aujourd’hui, juillet-août 2018, sous le titre « Un portefeuille géré à la lumière de la Bible » (pp. 18-19).