Qui est miséricordieux envers le Samaritain ?

, , ,
~ 3 min

Pourquoi les chrétiens en particulier devraient défendre les soins.

Pas seulement un travail difficile comme beaucoup d’autres

Ma mère a été infirmière toute sa vie. Ce n’est que pendant la période où elle nous élevait, moi et mes trois frères et sœurs, qu’elle a interrompu son activité professionnelle. Au cours de sa carrière, le manque de personnel et les contraintes de temps ont entraîné un stress croissant, une surcharge de travail et une qualité de soins insatisfaisante. Bientôt, ma mère a commencé à chercher des emplois dans des maisons de retraite où la pression était un peu moins forte. Plus tard, elle est allée jusqu’à n’accepter que des tâches de nuit pour éviter la menace du surmenage, de l’épuisement et de la frustration. Finalement, quelques mois avant son départ à la retraite, elle était tellement épuisée physiquement et mentalement qu’elle n’a vu d’autre issue que de demander une retraite anticipée. Elle n’a pas eu la force de se mettre en congé de maladie et d’accepter la confrontation avec son employeur et les éventuels experts médicaux. Le prix à payer est une réduction de la pension pour le reste de sa vie.

L’urgence infirmière est incontestable

Lorsque l’initiative sur les soins infirmiers a été déposée en 2017 par l’Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI), l’urgence infirmière était en partie controversée. On s’est demandé si la pénurie de personnel infirmier nécessitait une intervention politique. Aujourd’hui, après presque deux ans de pandémie, personne ne prétend que le marché du travail dans le secteur des soins infirmiers va se corriger. La pénurie de personnel qualifié et la surcharge de travail des infirmières et infirmiers sont devenues trop évidentes. La seule question qui reste est de savoir comment. Comment remédier à la crise des soins infirmiers ? Les exigences du texte de l’initiative sont-elles adéquates ou est-ce que la contre-proposition du Parlement est-elle suffisante ?

Comment améliorer les conditions ?

La contre-proposition ne reprend qu’une seule des trois améliorations demandées : Grâce à une offensive de formation, davantage de personnes seront attirées par les professions infirmières. Toutefois, cela ne sera pas d’une grande utilité si le problème des départs précoces de la profession n’est pas abordé : Un tiers des personnes qui quittent la profession ont moins de 35 ans. Afin de ne pas perdre ces personnes à l’avenir, l’initiative sur les soins infirmiers exige, outre les salaires, l’amélioration du ratio de soins (nombre de patients par infirmière). Cet objectif doit être atteint par une rémunération appropriée des services infirmiers. En outre, les possibilités de développement professionnel devraient être améliorées (aujourd’hui, par exemple, il n’existe pas de parcours menant du spécialiste en soins infirmiers au médecin).

Pas au détriment des pays voisins plus faibles

Le problème du manque de personnel infirmier (il y a aujourd’hui bien plus de 10 000 postes vacants, soit plus que dans n’importe quelle autre profession) est toutefois bien plus important. En raison du vieillissement progressif de notre société, 70 000 soignantes et soignants supplémentaires seront nécessaires dans les années à venir. Au lieu de former elle-même suffisamment de personnel qualifié, la Suisse – comme tant de pays occidentaux – s’est servie chez les plus faibles. Aujourd’hui déjà, un tiers du personnel soignant en Suisse est étranger. La Suisse, pays riche, laisse les pays pauvres, principalement ceux de l’UE, payer les frais de formation du personnel infirmier, puis leur arrache le personnel qualifié. Cela exacerbe la pénurie de personnel déjà précaire dans ces pays.

Les soins infirmiers – une compétence essentielle de Jésus

Pour les chrétiens, d’autres questions désagréables se posent, car Jésus-Christ était et est connu pour ses guérisons. Pas seulement pour les guérisons spectaculaires et publiques des paralysés et des aveugles. Plus remarquables encore, peut-être, sont les moments où il s’est tranquillement occupé des laissés-pour-compte : lorsqu’il a rencontré la Samaritaine au puits de Jacob, lavé les pieds de ses disciples ou raconté la parabole du bon Samaritain. Cela a marqué ses disciples jusqu’à aujourd’hui. Il n’est donc pas surprenant que l’histoire des soins infirmiers dans notre Occident soit indissociablement liée à l’histoire de l’Église.

Et une compétence clé de l’église ?

Dans ces circonstances, j’ai un peu honte que nous, chrétiens, n’ayons pas défendu beaucoup plus tôt des soins infirmiers forts. Qu’est-ce qui nous occupait au point de ne pas remarquer le sort des malades et des personnes en difficulté ? Ou avons-nous perdu notre proximité avec les soins bien plus tôt ? Que s’est-il passé à l’époque où nous avons délégué la prise en charge des malades à l’État et à des prestataires de services professionnels ? Avons-nous ainsi également renoncé à notre responsabilité de disciples de Jésus envers les malades ? Si c’est le cas, c’est l’occasion de prendre à nouveau nos responsabilités et de défendre les infirmières et les patients : avec un oui le 28 novembre 2021 et avec notre soutien et miséricorde qui vont au-delà.


Sources :
Texte de l’initiative : https://www.pflegeinitiative.ch/media/files/2021/09/2021-06-07-def-Initiativtext-f.pdf
Argumentation : https://www.initiative-soins-infirmiers.ch/arguments/
Contre-proposition avec comparaison : https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/berufe-im-gesundheitswesen/gesundheitsberufe-der-tertiaerstufe/vi-pflegeinitiative/vi-pflegeinitiative-gegenvorschlag.html
Etude Unia concernant la situation du personnel soignant : https://www.unia.ch/fr/monde-du-travail/de-a-a-z/secteur-des-services/soins-accompagnement/resultats-des-enquetes-sur-les-soins
Etude OBSAN sur les départs professionnels : https://www.obsan.admin.ch/fr/publications/2016-les-professionnels-de-la-sante-sorties-de-leur-profession

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.