Archive d’étiquettes pour : banque

~ 2 min

Les Papiers de Panama ont une fois de plus montré à quel point les institutions suisses sont impliquées dans des transactions financières non transparentes dans le monde entier. Les journalistes d’investigation de l’ICIJ 1 ont trouvé plus de 34.000 constructions de boîtes aux lettres avec des connexions suisses.

Voici une déclaration de ChristNet et ci-dessous une déclaration de Micah Global, le réseau international de StopPoverty.

La connexion suisse n’est pas surprenante

Il n’est pas surprenant que certains intermédiaires financiers suisses soient impliqués dans l’affaire des Papiers Panama. Depuis des années, les institutions suisses critiquent le manque de transparence dans le traitement des impôts et des fonds publics étrangers. Depuis les années 2000, également dans les milieux chrétiens. Le livre La Suisse, Dieu et l’argent, publié en 2013 par StopArmut et ChristNet, par exemple, montre que la Suisse est un paradis pour le blanchiment d’argent, les fonds de potentats et l’argent de la fraude fiscale en raison de son secret bancaire et de la distinction artificielle entre la fraude fiscale (légale) et la fraude fiscale (criminelle). Ce n’est qu’à la suite de pressions étrangères que les autorités suisses ont été prêtes à assouplir partiellement le secret bancaire en 2014.

Manque de perspicacité et peur

L’attitude des autorités suisses sur ces questions se caractérise par un manque de perspicacité et la crainte de pertes économiques. C’est ainsi que le ministre des finances Ueli Maurer a réagi aux documents de Panama, défendant même la pratique des comptes offshore et affirmant qu’il ne fallait pas priver les riches d’opportunités d’investissement 2 . Et dès l’automne 2014, le ministre de l’économie Schneider-Ammann a commenté le sujet des comptes offshore comme suit : « L’optimisation fiscale est très suisse » 3 . Le fait que ce soit précisément l’argent injuste des pays en développement qui manque dans les domaines de l’éducation et de la santé ne semble pas être une préoccupation centrale de la Suisse officielle.

Demandes et prières

Concrètement, nous demandons à la politique suisse de créer la transparence et la justice,

  • d’inclure les avocats (et pas seulement les intermédiaires financiers) dans le devoir de diligence ;
  • introduire un registre des ayants droit économiques de toutes les entreprises.

En tant qu’organisations chrétiennes et face à une grande résistance, nous sommes conscients que l’action proactive et la véritable perspicacité sont une question de changement d’attitude qui peut dépasser notre force humaine. C’est pour cela que nous prions,

  • que de plus en plus de Suisses sont conscients de la réalité de l’économie offshore et la prennent au sérieux ;
  • que la crainte des désavantages économiques cède la place à la confiance dans les soins de Dieu ;
  • qu’il existe une volonté croissante de subordonner notre intérêt personnel à une gestion transparente et équitable de l’argent ;
  • que le Parlement est prêt à prendre des mesures concrètes à cette fin.

1 : Consortium international des journalistes d’investigation, rédacteur en chef des Papiers du Panama.

2 : Tagesanzeiger, « Le ministre des finances Maurer défend la culture offshore », 8.4.2016. tagesanzeiger.ch/economy/panama-papers/finanzminister-maurer-verteidigt-offshorekultur/story/22686528, consulté le 30.5.2016.

3 : Blick, « ‘L’optimisation fiscale est très suisse' », 12.9.2014. blick.ch/news/politik/bundesrat-johann-schneider-ammann-defended-snickety-badly-of-the-company-tax-optimizing-is-very-Swiss-id3122588.html, consulté le 30.5.2016.