Comprendre la santé de manière plus globale

, , ,
~ 3 min

Le ForumChristNet de samedi dernier, 9 mars 2024, à Berne, s’est aventuré dans le domaine de la santé sous le titre « Santé publique : Entre acquis et dérives », s’est attaqué à un sujet particulièrement brûlant. Trois exposés présentant des approches différentes du sujet ont débouché sur des questions et des discussions entre les intervenants et les participants.

Le fait que le système de santé soit à la dérive est un thème récurrent dans l’opinion publique. Selon le Dr Severin Lüscher, député au Grand Conseil et médecin de famille dans le canton d’Argovie, cela se voit par exemple au nombre d’interventions traitées par les Chambres fédérales. Alors qu’il n’y en avait que 100 en 2001, ce nombre s’élève aujourd’hui à 600 par an. Le président de la commission sociale et de la santé du Grand Conseil argovien a cité « l’exigence, le comportement de consommation et la démesure » comme l’un des nombreux domaines problématiques. La politique de santé crée de mauvaises incitations, « tout le monde trompe tout le monde ». Après avoir payé leur franchise, les assurés et les patients se comportent comme dans un self-service sans caisse à la sortie. Les fournisseurs de prestations facturent le plus de prestations possible. Le forfait par cas n’y change rien. Les assurances laissent les négociations tarifaires aller à vau-l’eau et la politique s’est engagée à « maîtriser les coûts » tout en veillant à l’augmentation des frais généraux et des activités non productives. « Qu’en est-il du sens et de l’efficacité personnelle chez les soignants et les soignés ? », a demandé Lüscher à la fin de son exposé. Selon lui, le système de santé ne peut rien changer au fait que la vie est finie. « La spiritualité, la religiosité et la foi dans le contexte de la santé et de la maladie sont-elles une affaire privée ou un besoin fondamental, ou les deux ? »

Thomas Wild, directeur de la formation et de la formation continue en aumônerie, soins spirituels et psychologie pastorale (AWS) à l’Institut de théologie pratique de l’Université de Berne, a également commencé son exposé par les « attentes élevées envers le système de santé ». Elles se manifestent également dans la stratégie de politique de santé 2020-2030 du Conseil fédéral. Elle ne tient pas compte des dilemmes éthiques et de l’urgence de la prise en charge en dehors des soins, c’est-à-dire de la dissolution des réseaux privés. La définition de la maladie dans la Bible est très large. Elle englobe aussi bien la faiblesse physique que les blessures psychiques, l’épuisement et l’exclusion sociale – des aspects qui font certes l’objet d’une attention accrue aujourd’hui, mais qui ne pourront plus guère être couverts de manière adéquate par le système de santé à l’avenir en raison du manque de ressources financières et humaines. L’ancien aumônier de l’hôpital de l’Île à Berne a constaté que l’aumônerie chrétienne devait justement permettre d’aborder des thèmes qui sont occultés, ignorés ou tabous dans la société et les institutions, et a plaidé pour un engagement fort de l’Église dans les questions de santé.

Le Dr Ursula Klopfstein a également plaidé pour une médecine plus globale. A l’aide de différentes études, elle a montré l’importance d’une activité physique régulière en relation avec le microbiome – l’ensemble des micro-organismes qui s’agitent dans et sur l’être humain – et comment sa santé se répercute non seulement sur le métabolisme ou les processus inflammatoires, mais aussi sur le psychisme. C’est pourquoi les médicaments ne sont pas les seuls à jouer un rôle important dans le maintien de la santé, mais aussi une alimentation saine et l’exercice physique. Pour cette ancienne infirmière, aujourd’hui médecin et chargée de cours dans le domaine des soins à la Haute école spécialisée bernoise, les questions suivantes se posaient donc : « Comment passer d’un système de maladie à un système de santé ? » et « Comment réussir à convaincre la société d’adopter une approche globale sans devenir une dictature de la santé et sans discriminer les groupes vulnérables ? ».

1 réponse
  1. Alain Schaeffer
    Alain Schaeffer dit :

    La comparaison avec l’assurance accident dont on ne parle pas dans les médias indiquant qu’il n’y a visiblement pas de problème de ce côté (de coûts, de primes) confirme qu’à l’inverse d’une maladie, l’accident,  »toute atteinte dommageable, soudaine et involontaire, portée au corps humain par une cause extérieure extraordinaire » selon sa définition administrative n’entraîne pas le même recours aux soins qu’une maladie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.