Archive d’étiquettes pour : world

~ 4 min

La crise

Depuis un certain temps, l’Allemagne est en proie à une crise économique. Dans le même temps, de plus en plus de grandes entreprises menacent de déplacer leurs emplois à l’étranger si les coûts de la main-d’œuvre ne sont pas réduits. Comme toujours, il y a plusieurs explications à la crise :

– Certains disent que les travailleurs travaillent trop peu et obtiennent trop. Et il est bien trop facile de ne pas travailler du tout, disent-ils, ce qui est la cause des coûts de sécurité sociale toujours plus élevés.

– Les autres soulignent que l’économie n’a plus du tout pour but de créer des emplois, mais que les actionnaires ne font que pousser leurs entreprises à des coûts les plus bas possibles et à des profits les plus élevés possibles. Ainsi, de plus en plus de personnes quittent la vie active.

Selon le pouvoir d’information des représentants, l’une ou l’autre théorie est plus ou moins connue du public.

Les valeurs

La CDU, qui est favorisée dans les prochaines élections, parle depuis un certain temps de vouloir politiser à nouveau selon des « valeurs ». C’est là que les lignes de faille dans les visions du monde apparaissent. La droite (et aussi de nombreux chrétiens conservateurs) suggère que la gauche (à partir des « 68 ») n’a plus de valeurs. Elle ignore qu’il s’agit simplement de valeurs différentes, et dans certains cas, pas du tout pires et sans doute moins matérialistes. Les valeurs que la CDU met au premier plan sont le « travail » et la « fiabilité ». Elle se rapproche ainsi des « valeurs chrétiennes ».

J’ai des doutes sur ce dernier point. Bien sûr, le droit accorde plus d’importance à certaines valeurs morales comme le mariage, mais malheureusement, il ne fait pas grand-chose pour leur permettre de s’exprimer. Bien sûr, il est plus critique à l’égard de l’avortement. Mais l’invocation générale des « valeurs chrétiennes » me semble être plus un réflexe de défense et de repli contre la « menace islamique » qu’un réel contenu. Le contenu de la doctrine chrétienne inclut également la solidarité et la justice sociale. Le programme électoral de la CDU est foulé aux pieds. Bien entendu, leur souci justifié de créer des emplois est lié à la solidarité. Mais trop de « mesures » désolidarisantes sont trop facilement qualifiées de « croissance économique » et pour cela de « soulagement des caisses de sécurité sociale endettées ».

– Dans le cas de l’assurance maladie, une prime de capitation doit être introduite à la place des primes liées au revenu. Que vous soyez riche ou pauvre, tout le monde paie le même prix. Les pauvres devront payer des suppléments importants.

– La nature généralement contraignante des conventions collectives de travail doit être affaiblie. Cela permettra de rendre la main-d’œuvre « moins chère » et de créer plus d’emplois. Mais les emplois créés suffiront à peine à vivre et seront souvent pris par des Polonais qui exigent encore moins…

– Le ministre désigné des finances, Paul Kirchhof, a également déjà proposé l’introduction d’un impôt forfaitaire, c’est-à-dire le même pourcentage d’imposition que l’on soit riche ou pauvre.

Il est suggéré que ces mesures sont maintenant nécessaires pour générer plus d’emplois et de croissance, mais que tout le monde sera mieux plus tard. Aux États-Unis et en Angleterre, qui pratiquent cette politique depuis 25 ans, nous avons constaté qu’elle ne fonctionne pas : les pauvres se sont appauvris, le salaire moyen des travailleurs aux États-Unis est resté le même pendant 30 ans, et les prestations de l’État ont été réduites en même temps. Le taux de chômage a officiellement baissé, mais les salaires des pauvres suffisent à peine à vivre.

Ces politiques se sont donc révélées futiles, car les politiques économiques et sociales doivent avant tout servir ceux qui en ont le plus besoin. Mais apparemment, la politique de la CDU ne repose pas sur cette maxime. Elle ne pense guère aux pauvres, à la solidarité et à la justice. Sa seule maxime semble être la croissance, c’est-à-dire l’accumulation de la richesse. Comme cela est bibliquement faux, il est logique que ces valeurs ne mènent à rien. Ils veulent créer des emplois uniquement par la croissance, plutôt que par une création consciente d’emplois par le renoncement et le partage. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un véritable changement d’attitude. Cela vaut également pour les actionnaires, qui doivent être prêts à créer des emplois même s’ils ne peuvent pas réaliser un profit maximum. Mais les politiques de la CDU, au contraire, visent à libérer des opportunités de profit en réduisant les coûts. L’égoïsme est légitimé, les gens ne sont que des facteurs de coût, le fait qu’ils aient alors assez pour vivre n’est pas important.

Nous ne pensons bien sûr pas que le gouvernement SPD représente aujourd’hui les « valeurs chrétiennes » par opposition à la CDU. Mais lorsque l’on parle de valeurs chrétiennes, il faut aussi aborder les valeurs les plus fondamentales comme la charité et la solidarité. Nous devons définir ce qui est réellement l’objectif de la politique. Parler de valeurs devient autrement une erreur d’étiquetage. ChristNet a déjà publié quelques textes sur ce sujet (voir site web) et, à partir de l’hiver prochain, se tournera de plus en plus vers le thème des valeurs et des objectifs de la politique.