~ 5 min

Il n’y a pratiquement plus de scientifiques sérieux qui en doutent : le climat se réchauffe de plus en plus. Il faut s’attendre à des changements climatiques massifs et à de gros dégâts. Cela entraînera la faim, des flux migratoires et de nombreux décès. Nous ne pouvons plus dire que nous ne savons pas. Matthieu 25 nous rappelle ce qui est important pour Dieu : faire le bien et laisser le mal. Et ne pas omettre de faire le bien dont nous savons qu’il est nécessaire.

Comment expliquer à nos enfants, dans 20 ans, pourquoi nous avons voté contre la loi sur le CO2? Nous croiront-ils si nous leur dirons que nous ne pouvions pas payer le surcoût ? Et s’ils réalisent que nous avons en fait transféré le coût sur eux, nos enfants ?
Pourtant, la loi est précisément conçue pour que ceux qui ne contribuent pas au réchauffement ne doivent rien payer. Nous avons donc le choix. Ou est-ce finalement parce que nous ne voulons tout simplement pas changer nos modes de vie néfastes ?
Les jeunes étaient solidaires des personnes âgées et vulnérables dans la crise de la Corona. Nous ne pouvons pas les oublier lorsqu’il s’agit de leur avenir !

Arguments

La Terre se réchauffe – l’augmentation de la concentration de CO2 en est le principal facteur

Il n’y a pratiquement plus de contre-arguments scientifiquement défendables. Aujourd’hui, même l’Agence internationale de l’énergie, qui a jusqu’à présent misé sur le pétrole, affirme qu’un revirement radical est nécessaire : abandon de nouveaux projets d’extraction pétrolière, des mais des investissements massifs dans les énergies alternatives.

Préserver la création de Dieu

Dieu a créé la terre et a fini par dire que c’était bon ! Que dirions-nous si nous créions une belle œuvre d’art et que quelqu’un d’autre la défigurait ou la détruisait ? Nous en serions attristés ! Que faisons-nous de la création de Dieu, la terre, une œuvre d’art fantastique ? Honorons-nous le Créateur lorsque nous piétinons son œuvre ?

Préserver les moyens de subsistance de nos voisins

Le plus haut commandement est l’amour de Dieu et l’amour du prochain. Mais le réchauffement climatique plonge des milliards de nos prochains dans une détresse extrême : lorsque des plaines fertiles de faible altitude sont inondées, que des catastrophes naturelles détruisent des pans entiers de terre et que des zones encore plus nombreuses deviennent des déserts, la vie n’y est plus possible. C’est pourquoi la protection du climat est la charité en action.

Les dégâts sont déjà importants, et ils seront énormes.

L’Agence fédérale de l’environnement allemande calcule déjà les dommages annuels pour la seule Europe à 20 milliards d’euros aujourd’hui. À l’avenir, il faut s’attendre à un déplacement des zones climatiques, à encore plus de sécheresses, de famines et donc à d’importants flux migratoires. Cela signifie que les coûts en Europe s’élèveront à plus de 100 milliards d’euros par an d’ici trente ans. Au niveau mondial, les dommages s’élèveront à plus d’un billion d’euros par an. Qui peut payer pour cela ?

La loi sur le CO2 est-elle trop coûteuse ? On ne peut pas se le permettre ?

Avec la loi sur le CO2, la famille moyenne paie en fait un peu plus de 100 francs de plus par an. Chacun peut calculer ses coûts nets ici : https://co2-rechner.jglp.ch . En fait, la loi ne sera coûteuse que pour les plus gros producteurs de CO2 (malheureusement, les opposants à la loi ne présentent ces coûts que comme des coûts normaux…).

Mais la plupart des gens peuvent réduire leur consommation de combustibles fossiles s’ils le souhaitent : Le voyage en avion n’est généralement pas obligatoire, il y a 30 ans la plupart des gens allaient en vacances sans avion. Et pour de nombreuses personnes, il serait raisonnable d’utiliser les transports publics ou au moins de se passer d’un SUV. Ainsi, la plupart d’entre nous ont même le choix de payer ou de consommer moins.

Compte tenu des dégâts considérables causés par le changement climatique, il est clair que nous devons être prêts à prévenir ces dégâts ou à en payer le prix.

Injuste ?

Le coût global du réchauffement de la planète se chiffrera en milliers de milliards. Toute personne qui produit du CO2 est en partie responsable et doit donc payer pour les dégâts. Qu’y a-t-il d’injuste là-dedans ? Existe-t-il un moyen plus équitable que de faire payer les pollueurs pour les dommages ?

Inefficace ? Mais quoi d’autre ?

Seules les interdictions sont plus efficaces que les taxes incitatives. Mais les milieux qui s’opposent à la loi sur le CO2 sont généralement très opposés aux interdictions. Les opposants soulignent également qu’il serait préférable de s’en remettre au progrès technique. Mais c’est ce que nous faisons déjà, et au rythme actuel, nous sommes loin d’atteindre les objectifs nécessaires. Et le progrès technique n’est pas le fruit du hasard, mais de la demande de produits plus efficaces sur le plan énergétique. Et cette demande supplémentaire sera obtenue en rendant les combustibles fossiles plus chers. Se contenter d’attendre revient à faire l’autruche.

Volontariat – pas suffisant et pas non plus juridiquement défendable

Jusqu’à présent, nous avons compté sur l’action volontaire. Les preuves que cela ne suffit pas ont été produites depuis longtemps : les émissions de CO2 ne diminuent guère, et une bonne partie de l’amélioration est due à la délocalisation de la production industrielle à l’étranger.

Si des vandales endommagent une voiture, nous trouverions acceptable que la police demande simplement au contrevenant de payer une partie des dommages, s’il le souhaite ? Ceci est contraire à toute compréhension de la loi. La réparation d’un dommage infligé ne doit pas être volontaire. Pourquoi certains devraient-ils payer ou diminuer la pollution, et d’autres pas ?

« Il ne sert à rien que la Suisse aille de l’avant seule »

Si, cela servirait : Chaque tonne de CO2 économisée est utile ! En dirait-on autant dans d’autres domaines personnels, par exemple le tri des déchets, le passage aux transports publics, la consommation d’eau, etc. Devrions-nous nous comporter de manière égoïste parce que la contribution de chaque individu est trop faible ? Non, nous partageons tous la responsabilité ; Dieu nous demande de faire ce qui est juste, et pas seulement quand les autres le font aussi !

De plus, les grands pays avancent plus vite que nous : Les États-Unis de Joe Biden sont désormais plus ambitieux que la Suisse, l’UE vise également la neutralité climatique en 2055, et des dizaines de pays ont déjà décidé d’interdire les moteurs à essence dans les 15 prochaines années.

Les intérêts financiers de l’industrie pétrolière comme principal moteur de la contre-campagne

Comme cela a été démontré dans le monde entier, l’industrie pétrolière est l’un des principaux acteurs du mouvement de déni du climat. Ainsi, elle finance également une grande partie de la contre-campagne en Suisse, visible sur www.klimagerecht.ch. Derrière elle se trouve Avenergy, l’association des importateurs de pétrole. Cependant, ces intérêts particuliers n’ont aucune légitimité pour influencer la population en leur faveur. Cela signifie que des dommages considérables sont causés au grand public. Il est donc bien que le vote sur l’initiative sur la transparence se dessine, car elle exige que le financement des partis et des campagnes de votation soit divulgué !

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.