~ 2 min

S’il s’agit vraiment de familles, il faut autre chose

Pour aider les familles qui en ont vraiment besoin, différentes mesures peuvent être prises : Augmenter les allocations familiales, subventionner plus efficacement les crèches, construire des logements moins chers, subventionner les primes d’assurance maladie ou accorder aux parents le temps nécessaire après la naissance et pour s’occuper de leurs enfants. Il n’y a en fait aucune raison d’aider les familles par le biais de déductions fiscales. En effet, grâce à la progression de l’impôt, les déductions aident ceux qui gagnent le plus. En d’autres termes, c’est exactement le contraire de ce qui doit être réalisé. Même la classe moyenne, qui n’a jusqu’à présent que peu bénéficié de subventions, ne s’en tire pas mieux avec des déductions qu’avec des subventions. Les politiciens ont tendance à se battre contre « la politique de l’arrosoir ». La proposition est encore pire : la majorité des voix va à ceux qui n’en ont pas du tout besoin, et ceux qui ont vraiment du mal à s’en sortir n’ont rien du tout … sauf peut-être encore moins si les prestations doivent être réduites en raison de la perte de recettes fiscales. Car les 380 millions de francs de pertes fiscales doivent être compensées en fin de compte.

Étonnamment, les partisans trouvent cette somme d’argent, dont la majeure partie a été jetée par la fenêtre, tolérable, contrairement au congé de paternité « inusable », qui ne coûte à la Suisse que 230 millions de francs. Contrairement au projet de loi fiscale, le congé de paternité donne l’air, juste après la naissance, nécessaire pour que le délai strict accordé aux parents prenne un bon départ. Ce n’est pas sans raison que Katja Schönenberger de Pro Juventute a déclaré dans l' »Arena » que les mères sont soumises à une énorme pression après la naissance. Ils ont en fait besoin de soins pour eux-mêmes pendant cette période. « Et en ce moment même, ils devraient être les seuls responsables d’un nourrisson ? ».

Il est grand temps de discuter de la manière dont la politique familiale fonctionne réellement. Parce que ceux qui parlent de la famille ne sont pas toujours ceux qui aident vraiment les familles.

Photo by Irina Murza, Unsplash

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.