Archive d’étiquettes pour : stress

~ 4 min

Le « temps de travail usuel » n’a cessé de diminuer au cours du siècle dernier. Alors qu’il y a cent ans, les Suisses devaient travailler bien plus de 50 heures par semaine, la durée moyenne du travail a atteint 42 heures en 1993 et s’est stabilisée à 41,7 heures depuis 2003. On pourrait donc penser qu’un peu plus ne ferait pas de mal.

Travaillons-nous vraiment moins ?

Le renversement de tendance vers plus de travail a déjà eu lieu depuis longtemps : Sous la pression des prestataires de services financiers, le conseiller fédéral Schneider-Ammann a décrété début 2016 que les employés, s’ils ont un revenu annuel brut, bonus compris, d’au moins 120 000 francs et qu’ils peuvent décider eux-mêmes dans une large mesure de leur emploi du temps (et si l’entreprise est soumise à une convention collective de travail), « ne doivent plus enregistrer leur temps de travail ». Cela signifie, dans la plupart des cas, ne plus pouvoir enregistrer – et donc devoir travailler « jusqu’à ce que ce soit fini ». Mais fini est rarement le cas, car tant qu’il n’y a pas de barrières, on peut sans problème attribuer encore plus de tâches aux employés. Des centaines de milliers de personnes en Suisse travaillaient déjà plus longtemps que « l’usage dans l’entreprise », mais il y en a désormais encore plus.

Toujours plus dense, toujours plus rapide

A cela s’ajoute l’augmentation massive de l’intensité du travail : au cours des dernières décennies, le travail s’est fortement intensifié. Les temps morts n’existent presque plus. De plus en plus de personnes ne travaillent plus qu’en « mode urgence ». L’urgence a pris le dessus. Des personnes âgées m’ont déjà avoué à plusieurs reprises qu’elles étaient heureuses de ne plus travailler. Autrefois, ils travaillaient certes plus d’heures, mais de manière régulière et « une chose à la fois ». Aujourd’hui, tout le monde ne fait que « s’accrocher ».

Ce stress permanent n’est pas dû au hasard : afin d’optimiser le retour sur investissement (ROI) – le rendement du capital – pour les actionnaires, les entreprises cotées en bourse suppriment régulièrement des postes. Elles veulent alors répartir le travail entre les employés restants. Si un retour sur investissement de 5 pour cent était bon auparavant, il doit être de 30 pour cent aujourd’hui. Nous nous sommes habitués à cela et à ses conséquences et trouvons cela tout simplement normal. Mais dans une situation de concurrence, cette pression « d’en haut » contraint également de nombreuses autres entreprises à la même « réduction des coûts », comme Migros qui, en l’espace de deux décennies, a divisé par deux le nombre d’employés par surface de magasin.

Les baisses d’impôts mènent à une spirale

Peut-être aussi sous l’impression que nous travaillons dur et que « l’État » ne doit pas « tout nous prendre », nous avons régulièrement approuvé de nouvelles baisses d’impôts dans les cantons, avec pour conséquence que des postes ont ensuite été supprimés dans les écoles et les hôpitaux, de sorte que le stress dans ces domaines est devenu insupportable. Les classes plus grandes rendent le travail des enseignants encore plus difficile. Aujourd’hui, de moins en moins de jeunes gens bien formés veulent faire ce travail, il y a désormais une pénurie d’enseignants dans certaines disciplines, ce qui entraîne à son tour des classes plus grandes. Et dans les hôpitaux, on parle depuis longtemps de pénurie de personnel soignant. Aucune autre branche ne compte autant d’abandons : selon l’Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI), 46 pour cent quittent leur profession, un tiers avant l’âge de 35 ans. Souvent parce qu’ils sont épuisés.

Poussés à l’épuisement

La conséquence de tout cela est un nombre croissant de burn-out, mais qui ne dérange pour l’instant que les réassureurs. Entre 2012 et 2020, les incapacités de travail pour raisons psychiques ont augmenté de 70%. Le Job Stress Index montre une augmentation constante du nombre de personnes travaillant dans des conditions critiques jusqu’en 2020. Environ 30 pour cent des personnes sont aujourd’hui plutôt ou très épuisées sur le plan émotionnel. Les restructurations et les changements permanents y contribuent également.

Si, dans ces circonstances, l’organisation patronale demande maintenant que nous travaillions encore plus et de manière plus flexible pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, cela est hautement anti-humain. Cela pousserait encore plus de personnes à l’épuisement, et ce ne sont même pas les entreprises qui devraient payer les pots cassés, puisque le Conseil fédéral rechigne à reconnaître le burnout comme une maladie du travail. Les coûts de la santé et les primes AI ont également augmenté en raison de l’usure de ces personnes.

L’alternative : plus de temps et de relations au lieu d’encore plus de « prospérité ».

La « pénurie de main-d’œuvre qualifiée » ne peut être combattue qu’en réduisant nos exigences en matière de poursuite de l’augmentation de la prospérité. Nous devons nous demander si nous avons vraiment besoin d’un véhicule tout-terrain (SUV) ou d’un home cinéma encore plus grand.

Si nous avons moins de personnel qualifié, notre économie et donc notre prospérité croîtront effectivement un peu moins vite. Est-ce vraiment un problème ? Nous devons faire une pause et nous poser la question fondamentale de savoir ce dont nous avons vraiment besoin : D’une « prospérité » encore plus grande ou d’une vie moins frénétique, dans laquelle nous avons aussi le temps d’être présents pour nos enfants ou de trouver un espace pour la contemplation. De ce point de vue, il faut saluer le fait que les universitaires puissent eux aussi travailler à temps partiel et ne doivent pas « en guise de punition » rembourser les frais d’études. Pourquoi leurs enfants ne devraient-ils plus guère voir leurs parents ? Doivent-ils être envoyés dans des crèches simplement parce que leurs parents ont fait des études ?

L’éducation et la relation – c’est la base de notre société. Nous ne devons pas sacrifier ces activités de base à la légère.


Cet article a été publié pour la première fois le 01 mars 2024 sur Insist Consulting.
Photo de Verne Ho sur Unsplash