Les forts et les faibles : Où la liberté individuelle a-t-elle ses limites ?

,
~ 4 min

Une étude biblique sur Rom. 14,1 ? 15,13

 

Réflexions introductives

 

A partir du chapitre 14,1 Paul aborde un problème de l’église à Rome. Il est évident qu’il y avait deux groupes en désaccord : les « forts » et les « faibles ». La cause de la querelle était la question des règles diététiques et du respect des jours spéciaux. Le problème n’est pas nouveau, il a déjà été débattu au Conseil de Jérusalem (Actes 15).

 

Avant de nous plonger dans le texte, nous notons deux observations :

 

– Contrairement aux Gal. 4,10 et suivantes et aux Col. 2,16-23, où l’on parle aussi de réglementation alimentaire, Paul se montre très tolérant et généreux envers les Romains. Dans les deux autres lettres, il est conflictuel. Il y a évidemment une différence entre le problème de Rome et celui des Galates et des Colossiens : dans les Colossiens et les Galates, Paul s’oppose aux maîtres de la loi qui prétendent que les règles alimentaires et autres actions spéciales sont obligatoires pour la spiritualité et le salut des hommes. Cela touche au cœur de l’évangile. C’est différent dans l’Epître aux Romains : Ici, le sujet est d’ordre général et s’inscrit dans le cadre des paroles de Jésus : « Ce qu’un homme mange ne le souille pas, mais ce qui sort de son cœur ». Le sujet n’est donc pas la question du salut ou de la voie vers une spiritualité plus élevée, mais simplement des opinions divergentes sur certains aspects de la vie de disciple.

– Alors que les personnes qui ne mangent pas certains aliments ou ne prêtent pas attention à certains jours se considèrent généralement comme les plus spirituels, Paul affirme tout le contraire : les faibles sont ceux qui pensent devoir prêter une attention particulière à certaines choses. Les forts sont ceux qui n’ont pas à le faire. Dans de nombreux conflits actuels, Paul répartirait probablement les rôles différemment de ce qui se fait parfois…..

 

Paul construit son argumentation :

 

1. avant de dire quoi que ce soit, Paul appelle à l’unité (14:3-4, 13, 15:7-13). Évidemment, cela se passait avec les chrétiens de Rome comme cela se passe encore avec nous aujourd’hui : Les forts courent le risque de ridiculiser ou même de mépriser les autres – c’est leur façon d’éviter la pression des faibles : Les rejeter comme des faibles, des arriérés, ou comme ceux qui ne connaissent pas encore la liberté en Christ. Et les faibles ? Ils se battent aussi avec succès, attaquant les forts comme les impies, les mondains et les libéraux. Toujours un argument très efficace dans l’église de Jésus ! Mais dans les deux cas, Paul ne connaît aucune pitié : Celui qui méprise le faible fait de sa liberté un joug pour l’autre. Et celui qui n’accepte pas les forts dans sa liberté veut être plus saint que Dieu, car Dieu l’a accepté depuis longtemps (14:6-12).

 

L’apôtre définit maintenant l’unité (12:5) : les croyants individuels ont le droit de voir certaines choses différemment. Pour Paul, l’unité n’est pas fondée sur l’accord des opinions, mais sur l’acceptation de l’autre dans sa différence. L’unité dans la diversité est sa devise !

 

En 14:23, il présuppose la foi de l’individu comme base de ses actions. Tout ce qu’une personne ne fait pas dans le cadre d’une relation de confiance avec Dieu est un péché. Paul suppose que le chrétien individuel est très capable de décider lui-même ce qui pourrait violer sa relation avec Dieu. Dans l’église, tout ne doit pas être réglé pour tout le monde, car Paul est sérieux sur le fait que l’Esprit habite en chaque chrétien. Il lui accorde sa propre relation, mûre, avec Dieu. 4.

 

Mais maintenant, il fixe des limites à la liberté personnelle : Le compagnon chrétien (14:13ff.). Par amour pour son prochain, Paul préfère limiter sa liberté et faire preuve de considération. Ainsi, d’une part, il met l’accent sur la responsabilité personnelle et l’espace libre, mais d’autre part, il souligne que l’église est un seul corps et que les croyants sont donc indissolublement liés les uns aux autres. Il tient aux deux à parts égales. 5.

 

5 La frontière entre les deux est définie plus précisément : elle est atteinte là où un compagnon chrétien « s’offusque ». Notre terme allemand est ici quelque peu trompeur. Ich stosse mich daran » peut également signifier : Cela m’agace, ou cela ne me convient pas. Mais ce n’est pas ce que Paul veut dire ici, il ne veut plutôt pas tenter qui que ce soit par son comportement d’agir contre sa foi et donc de pécher. Le sujet n’est donc pas une opinion, un « goût » ou quelque chose qui met quelqu’un en colère, mais une relation compromise avec Dieu. Celui qui manipule les autres en disant qu’il « en veut » mais que cela ne compromet en rien sa relation avec Dieu abuse de Paul et doit voir par lui-même comment gérer son ressentiment et sa « rancune ». C’est son problème, son « péché », et non pas le problème de l’autre. 6.

 

6. Paul complète son exhortation par l’exemple de Jésus (15:1-6) et appelle à nouveau à l’unité ((15:7-13).

 

Conclusion :

– Avec les sourires compatissants de la manipulation libérée (forte) ou pieuse et la pression de la très spirituelle (faible), Paul ne connaît qu’une chose : l’acceptation et l’appréciation mutuelles.

 

– Pour Paul (et probablement pour nous…), il y a des choses qui sont éthiquement neutres. Afin qu’elles ne conduisent pas à la division, il présente le code de conduite suivant :

 

1. les choses éthiquement neutres ne doivent pas être déclarées nécessaires pour le salut, et il ne faut pas non plus prétendre que certains comportements sont particulièrement spirituels.

 

2. nul ne doit, par sa conduite, inciter quiconque à agir contrairement à sa conviction de foi. La liberté commandée n’est pas une vraie liberté et ne libère personne.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.