~ 3 min

Christianisme, racisme et protection de l’environnement : à première vue, ces trois grandes questions semblent n’avoir presque rien en commun. Mais quand je regarde le style de gouvernement de Jair Bolsonaro, par exemple, le lien devient très évident – et cela me rend très sensible en tant que chrétien.

Le président brésilien Jair Bolsonaro est une figure très controversée sur la scène politique internationale. D’une part, il assouplit les lois sur la déforestation et discrimine la population indigène, et d’autre part, il proclame sa foi en Jésus-Christ. Il est un modèle pour les chrétiens évangéliques, un cauchemar ambulant pour les écologistes et les militants des droits de l’homme. Pour moi, en tant que chrétien, il est difficile de comprendre comment une personne peut croire en Dieu et en même temps apparaître publiquement comme raciste et hostile à l’environnement. Mais un regard sur le passé révèle que Bolsonaro ne fait pas exception.

L’histoire commence en 1492, lorsque Christophe Colomb, au nom de la couronne espagnole, cherche une route maritime directe vers l’Inde et découvre ainsi l’Amérique. La découverte du « nouveau monde » a également suscité l’intérêt du Pape. Dans le but de faire du christianisme la religion mondiale, le pape Alexandre VI a rédigé la bulle Inter Caetera en 1493, dans laquelle il permettait aux chrétiens de s’emparer de tous les domaines qui n’étaient pas gouvernés par un souverain chrétien. Dès lors, l’Espagne a poursuivi l’objectif de conquérir l’Amérique latine et l’Amérique du Sud, de les missionner et de les intégrer dans la domination espagnole. Les objectifs politiques du pouvoir se mêlent à la pensée que la vision du monde hispano-chrétienne est la plus progressiste et la plus supérieure à toutes les autres. Mais la vision du monde de la population indigène d’Amérique du Sud et d’Amérique latine a été façonnée de manière animiste. Cela a aliéné les conquérants et les missionnaires espagnols. Leurs premiers rapports sur les indigènes étaient donc extrêmement racistes du point de vue actuel. La relation des conquérants et des missionnaires avec la population indigène a été ambivalente dès le début. D’une part, les conquérants avaient besoin de la population locale pour des voyages d’exploration à l’intérieur du pays et pour trouver des matières premières pour le commerce. D’autre part, ils ne traitaient pas les indigènes sur un pied d’égalité, même s’ils s’étaient convertis au christianisme. Ce comportement, cependant, contredit le taureau Inter Caetera et les vues de certains missionnaires qui prônent l’égalité de traitement des convertis. L’un d’eux, Bartolomé de las Casas, a défendu avec véhémence l’égalité des droits des indigènes au Mexique. Il est encore considéré aujourd’hui comme l’un des premiers militants des droits de l’homme. Pour moi, il est une grande lueur d’espoir dans ce triste chapitre de l’histoire européenne et américaine.

Les effets du colonialisme peuvent encore être ressentis globalement aujourd’hui, car le colonialisme n’a pas seulement eu lieu sur les continents de ce monde, mais aussi dans l’esprit des gens. Bien que la vision chrétienne du monde ait été remplacée par une vision naturaliste en Europe et aux États-Unis, l’idée de la « suprématie blanche » est restée au cœur de la démarche. Cette idée de supériorité a longtemps été très répandue, en particulier dans le domaine de la protection de l’environnement. Les populations indigènes ont été chassées de leurs terres pour créer des parcs nationaux. Les connaissances traditionnelles sur les animaux et les plantes ont été dévalorisées par rapport aux sciences naturelles occidentales. Les environnementalistes autochtones recevaient des salaires inférieurs à ceux de leurs collègues blancs ou n’étaient même pas autorisés à travailler sur des projets de protection des espèces dans leur propre pays. Certains de ces abus existent malheureusement encore aujourd’hui. En réponse au mouvement « Black Lives Matter », des efforts sont faits au sein de la communauté de protection de l’environnement pour éliminer ces abus une fois pour toutes et pour mieux soutenir les projets de protection de l’environnement de la population locale.

Il faudra probablement attendre un certain temps avant que l’idée de « supériorité blanche » ne disparaisse de l’esprit des gens. Ce que nous pouvons déjà faire aujourd’hui, en tant que chrétiens, c’est de regarder attentivement dès qu’un gouvernement comme celui de Jair Bolsonaro aborde la population indigène de son propre pays avec la même attitude xénophobe qu’autrefois les puissances coloniales européennes. Le président du Brésil peut s’identifier comme un chrétien, mais cela ne lui donne pas le droit de prendre des terres aux indigènes sous le couvert du progrès économique et de saper leurs projets de protection de l’environnement. Tout comme la protection de l’environnement en Occident, le christianisme doit également se demander où, dans ses croyances, l’idée de « supériorité blanche » s’est glissée.

~ 2 min

Frères et sœurs sensibles à la justice sociale, vous a-t-il déjà semblé plus simple d’aimer la requérante d’asile déboutée plutôt que le quasi-fasciste du coin ? Peut-être avez-vous ressenti bien plus d’affinités avec l’écolo de votre potager communautaire qu’avec votre frère en Christ éperdu de tours à moto ?

 

Inégalités sociales et cloisonnements

La persistance du mouvement des gilets jaunes en est une énième démonstration : tout ne tourne pas rond. Notre monde actuel comprend son lot d’incompréhensions et de révoltes, donnant matière à ériger des murs entre diverses catégories de personnes.

Le risque est grand de prendre les maux du siècle pour en faire un problème personnel. Face aux signes continuels d’inégalités frappant nos pays, prenons du recul et penchons-nous sur nos relations plus directes. Mesurons la portée de notre désir d’équité, là où l’on ne pense généralement pas en termes de « justice sociale ».

Il est tentant d’évaluer son prochain à l’aune de nos propres critères. Pourtant, en défendant les causes qui nous paraissent les plus respectables, nous avons toujours autant désespérément besoin du Dieu de miséricorde et de justice que la personne qui ne partage pas notre opinion.

 

Face à cette réalité, attardons-nous sur une vérité relationnelle de l’Évangile :

 

Un premier geste de charité : ôter la poutre de son œil

A force de travailler le bois, Jésus le charpentier en retire une image fort bien sculptée : « Comment peux-tu dire à ton frère : ‘Frère, laisse-moi ôter la paille qui est dans ton œil’, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille qui est dans l’œil de ton frère. » (Lc 6.42)

C’est bien là le premier geste de charité à effectuer: savoir reconnaître ses torts. Avoir de belles idées et de bonnes valeurs ne nous dédouane jamais de la poursuite de l’humilité et de l’intégrité1 . Ces dernières nous invitent alors à interpeller l’autre sans arrogance, dans une démarche fructueuse pour les deux parties.

 

Un amour renversant

Cet aspect est révolutionnaire, ceci avant tout dans les petits détails de nos vies. L’amour mis en pratique ne comprend pas uniquement les actes de bravoure et de compassion retentissants, mais aussi toute forme d’honnêteté avec soi-même.

Alors que nous évoluons dans un climat de polarisation, de démesure et d’extrêmes, gardons-nous de mépriser autrui et agissons au contraire pour son bien, même lorsqu’il n’attire pas la sympathie. Jésus le souligne : nos engagements sociaux n’ont de valeur que s’ils sont enracinés dans un cœur et des relations transformés.

 

De Siméon Rapin 2


1.    Inspiré du livre de Tom Holladay, Les relations : le modèle de Jésus, éd. Ourania, 2010.

Image : Steve Buissinne sur Pixabay

 

~ 2 min

D’après un article du Monde en ligne, 3,2 millions de Français sont en risque élevé de burn-out, c’est-à-dire plus de 13% de la population active occupée1. Ces gens sont en train de dépasser leurs limites et risquent de tomber dans un état d’épuisement total, laissant parfois des traces pour le restant de leur vie. De l’autre côté, Christian Bourion, économiste spécialisé dans le domaine du travail, estime que 30% des employés sont atteints de bore-out, à savoir la démotivation totale et la maladie par l’ennui au travail. Si à cela on ajoute encore le mobbing, les conflits, les harcèlements sexuels, le workaholisme, les dénigrements, les inégalités salariales, le monde du travail ne ressemble plus à forcément à un eldorado regorgeant d’opportunités mais à une jungle vraiment dangereuse. Les chrétiens ne sont bien sûr pas épargnés.

De gros espoirs puis la désillusion ?

Et notre société aussi exige beaucoup, note le chercheur Christian Bourion : « Aujourd’hui, les gens veulent que l’emploi soit source d’épanouissement. Nous éduquons nos enfants comme cela, nous leur faisons faire de longues études. Mais lorsque ces derniers arrivent sur le marché de l’emploi, c’est la grosse désillusion. Résultat : il y a encore plus de souffrance. » Il y a une inadéquation entre les aspirations et la réalité. La réalité est la suivante : Dieu a créé l’homme et lui a confié une responsabilité consistant à prendre soin du jardin d’Eden. Or sa chute, sa révolte contre Dieu en Eden, a transformé les conditions de ce travail.

Obéir à un chef bienveillant

Comment vivre alors notre engagement dans le monde du travail en tant que chrétiens à la suite du Christ ? Voici quelques points qui me semblent essentiels.

Notre seul vrai chef, c’est le Christ ! Et il nous dit que son fardeau est léger car il le porte avec nous. Il ne veut sans doute pas nous guider ni au burn-out, ni au bore-out. Si on se sent surchargés ou en perte de sens dans notre travail, nous pouvons parler à notre chef pour obtenir son soutien et sa direction pour comment améliorer cette situation.

La dureté du travail est associée dans la Bible à l’arrivée du péché dans le monde (Genèse 3:17). On peut s’attendre à ce que nous ayons des difficultés à affronter dans ce domaine.

Initier l’espérance à venir

Mais même dans ces difficultés, notre travail peut produire un beau fruit, qui témoigne de l’amour de Dieu au service du monde. Et nous pouvons travailler aussi à ce que le respect et la dignité et de meilleures conditions de travail soient mieux garantis dans ce secteur souvent sans merci.

Et surtout, souvenons-nous qu’un jour Christ viendra supprimer les larmes, la souffrance et la frustration liées au travail !

~ 2 min

Comment la foi peut-elle influencer notre gestion financière ? Samuel partage son expérience. Témoignage.

Attendre sur Dieu…

Avant de travailler en tant que traducteur indépendant, j’ai été employé. Pour des raisons économiques, on m’a congédié après cinq ans. Pendant les deux années suivantes, j’ai eu le privilège de toucher aux prestations de l’assurance chômage. Lorsque je suis arrivé en fin de droit, je ne me voyais pas entrer dans un emploi de solidarité qui m’aurait amené à travailler dans un tout autre domaine sans véritable perspective de pouvoir un jour revenir à la traduction. Je me suis donc décidé de me lancer en tant qu’indépendant.

Mais face à la difficulté d’acquérir mes premiers clients, quels soucis, quelles ruminations nocturnes, quelles craintes existentielles – oui, j’avais carrément peur de mourir ! Face à cette tourmente, j’ai découvert le passage dans Proverbes 30.8 : « Ne me donne ni pauvreté ni richesse, mais accorde-moi le pain qui m’est nécessaire. » J’ai commencé à prier Dieu qu’il me donne la confiance qu’il va pourvoir à mes besoins (ni plus, ni moins). Au fil des semaines, mes peurs se sont petit à petit estompées. Parallèlement, l’acquisition de nouveaux clients rencontrait les premiers succès.

… et faire ce que je peux

Après cette phase de fondation vint celle de la prospérité : mon carnet de commandes se remplissait, mes finances s’équilibraient. Le défi consistait maintenant, toujours fidèle au verset des Proverbes, de ne pas avoir trop, de crainte de me surmener et de m’épuiser, mais d’être content avec ce qu’il me faut pour vivre. Je priais donc Dieu de « fermer le robinet » quelque peu. Ainsi, j’arrivais à un rééquilibrage qui doit toujours à nouveau être trouvé jusqu’à ce jour. Le défi reste donc d’attendre sur Dieu et, en même temps, de faire ce que je peux pour changer ma situation financière.

Paru, de façon abrégé, dans Christianisme aujourd’hui, juillet-août 2018, sous le titre « Ni trop, ni trop peu » (p. 19).

~ 2 min

Qu’est-ce que la vérité ?

La vérité, c’était le thème du dernier Forum « Que de l’intox ?! » de ChristNet le 11 novembre dernier. L’éthicien et théologien Michäel Gonin (HET-Pro) nous a proposé le texte téléchargeable ci-dessous comme base de réflexion. Voici un aperçu du contenu que l’on peut y trouver.

Michaël Gonin cherche à ressortir la richesse du sens de vérité dans les textes bibliques, au-delà de la compréhension classique d’un discours offrant une description adéquate de la réalité. Cette vision n’est pas fausse note l’auteur, mais insuffisante au regard de la vision biblique. Dans cette perspective, la vérité n’est pas le résultat d’un consensus humain, mais correspond avant tout à la vision de Dieu. Les êtres humains sont appelés à la chercher et à se l’approprier. Cependant, dans la Bible, il est souvent parlé de « faux-prophètes » qui s’expriment au nom de la vérité pour plaire aux puissants, mais détournent ainsi le peuple de la volonté de Dieu. La mission prophétique est alors de dire la vérité, et si elle dérange souvent, avant tout elle libère. Dans la perspective biblique, la vérité est ainsi toujours reliée au service de l’autre, à l’amour, et à la recherche de la justice.

 

Mais au coeur du développement de l’auteur, c’est la nature même de cette vérité qui est présentée, à savoir Jésus, Dieu qui s’est révélé en tant qu’être humain. Il n’est alors plus possible de concevoir la vérité comme un système de pensée, car elle ne peut se découvrir qu’au travers d’une relation vécue dans la confiance. C’est ainsi, note l’auteur, que le christianisme offre une vision de la vérité qui devrait mettre à l’abri d’une posture identitaire : nous ne possédons pas la vérité, mais nous témoignons de la vérité que nous avons découverte à travers notre relation au Christ.

Verite-ForumChristNet-MGonin_PostFORUM

~ 3 min

Le royaume de Dieu : un état éphémère

Quelqu’un a dit un jour : « Jésus a prêché le royaume de Dieu. L’Église est venue » L’Église n’est pas le Royaume de Dieu sur terre. Au centre de la proclamation de Jésus de Nazareth se trouvait la nouvelle que partout où les gens s’orientent vers Dieu, des règles différentes s’appliquent, un monde nouveau voit le jour et disparaît à nouveau, ce qui est éphémère, mais façonne les personnes concernées pour toujours.

Le Sermon sur la Montagne est la « charte » du Royaume de Dieu. Là où les gens s’alignent en fonction de cela, le Royaume de Dieu a lieu. Et disparaît aussi à nouveau : c’est un État, pas une institution. Cela se passe là où Dieu le veut. Il ne peut être enregistré.

Matthieu raconte la parabole des ouvriers de la vigne (chap. 20, 1-16) pour éclairer un aspect de ce Royaume de Dieu. Là où Dieu est au centre, il n’y a plus de lien entre la récompense et la performance.

Les Suisses abolissent l’envie

L’idéaliste en moi, le théologien, le chrétien, le rêveur et le réaliste dit : « Le revenu de base inconditionnel fait de cette idée une réalité. Jésus l’a eu le premier. À l’avenir, nous nous abstiendrons de juger les gens en fonction de leurs performances ; nous les jugerons selon qu’ils apportent quelque chose à l’économie nationale ou non. Nous pourrions même, enfin, abolir le terrible mot « handicap », qui en principe n’attribue une valeur qu’aux personnes qui peuvent fonctionner. À cet égard, le flyer de cette journée est très bien fait : nous créons un morceau de paradis sur terre – certainement dans un sens protestant.

C’est pourquoi je suis favorable à ce que nous essayions. Nous avons besoin d’une nouvelle compréhension de l’économie. Elle a surtout besoin d’une nouvelle image de soi pour nous, les Suisses. Le BGE ne fonctionne que comme un projet commun. Imaginez que nous, les Suisses, abolissions l’envie !

Que l’idée soit financièrement viable ou non, qu’elle conduise à plus d’État ou moins – beaucoup de choses ont été dites à ce sujet et encore plus ont été revendiquées. Personne ne le sait vraiment. Moins de bureaux, moins d’autorités – ce serait bien. Mais personne ne sait comment ce serait vraiment.

Une occasion manquée

Mes doutes proviennent d’une toute autre considération. Je me suis fortement engagé en faveur de l’intégration des jeunes depuis des années. En 2000, nous avons fondé la Job Factory à Bâle ; en 2013, la société PerspectivePlus à Neuchâtel. Les jeunes doivent être intégrés à la puissance du marché. Nous voulons nous éloigner de l’emploi et nous orienter vers le client. Dans nos efforts pour intégrer les jeunes, il est crucial qu’ils comprennent que l’économie a besoin d’eux. Qu’ils peuvent apporter quelque chose à notre société. Qu’ils devraient apprendre à se tenir debout.

Beaucoup d’entre eux ne comprendraient pas pourquoi ils devraient faire un effort, pourquoi ils devraient être restreints pendant une période de formation, si on leur donnait simplement Fr. 2500. On ne le leur enseignerait pas parce qu’ils ne sont pas capables de se projeter mentalement dans l’avenir. Ils ne se rendraient probablement compte que vingt ans plus tard qu’ils ont manqué quelque chose. Et il serait alors trop tard.
Un engagement pour nous, les Suisses

Mais cela peut fonctionner. Comment puis-je le savoir ? Je vis déjà avec un revenu de base. Depuis plus de 30 ans. En 1977, des amis ont fondé une communauté. …une communauté appelée « Don Camillo ». Nous vivons dans la tradition des couvents. Nous le faisons à Berlin, Bâle, Berne et Neuchâtel. Dans tous ces endroits, nous sommes une partie reconnue de l’Église protestante et nous travaillons en étroite collaboration avec elle.

Nous prions les prières des heures – comme dans un monastère. Nous partageons nos revenus et les redistribuons – en fonction des besoins. Cela nous permet de lancer des projets qui sont trop importants. Le fait que nous partagions l’argent est une conséquence de la vie commune et de la foi commune. Nous vivons de nos propres revenus, mais de nombreux amis soutiennent nos projets – ils partagent aussi. Ce n’est pas si compliqué. J’ai discuté avec mes collègues de la question de savoir si le revenu de base que tout le monde a avec nous est inconditionnel. Nous sommes incertains. Tous ceux qui travaillent avec nous aiment beaucoup travailler.

Je crois que le BGE peut fonctionner. Mais il faudrait une base solide. Un engagement commun. La question centrale pour moi est de savoir si nous, en tant que Suisses, l’avons ou l’avons encore.

Questions secondaires

Enfin, une observation de la parabole de Jésus, qui n’a rien à voir avec la récompense et l’accomplissement.

Le propriétaire du vignoble n’est pas seulement généreux. Il est aussi un très mauvais planificateur. Il passe toute la journée à embaucher de nouveaux travailleurs. Honnêtement, je ne sais pas quoi répondre à cela. Je pense que les questions sur l’argent et les salaires, sur le trop et le trop peu ne sont pas si importantes. Se pourrait-il que nous nous occupions constamment de questions secondaires ?


Heiner Schubert est pasteur et membre de la Communauté Don Camillo à Montmirail NE. www.doncamillo.org

Présentation et dessins de Heiner Schubert au ChristNetForum « Unconditional Basic Income – Heaven on Earth », le 21 mai, à Zurich.

~ 4 min

Témoignage de Roger Zürcher, ingénieur agronome actif dans la coopération internationale, texte tiré de son blog Titunaye.

Une histoire renversante

J’ai eu le privilège inattendu de participer à une formation à l’agriculture de conservation au Zimbabwe en novembre 2014, pays que je n’avais jamais visité et où je ne connaissais personne. Ce voyage a été renversant sur plusieurs points. J’ouvre ici une petite parenthèse: J’ai toujours aimé les renversements qui existent dans le Royaume de Dieu, « The Upside-Down Kingdom », comme on dit en anglais.

La formation était organisée par Foundations for Farming (appelé auparavant « Farming God’s Way »). Cette structure a été fondée par un paysan Zimbabwéen, Brian Oldreive, d’origine anglaise, qui a un parcours tout à fait atypique et « renversant ». Il était un grand producteur de tabac (sur plusieurs milliers d’hectares), qu’il cultivait de manière conventionnelle (c’est à dire en utilisant les techniques les plus courantes, avec labour et produits chimiques). Un jour, il a décidé de devenir disciple de Jésus-Christ. Lors d’une nuit d’insomnie, il a compris que son travail n’était plus en adéquation avec sa nouvelle vie. Il ne voulait plus produire du tabac, un produit qui asservit les gens. Il décida donc de cultiver du maïs.

Être fidèle à la terre

Malheureusement, il n’avait pas d’expérience dans cette culture, et les récoltes étaient mauvaises. A tel point qu’il a dû demander aux banques de lui prêter plus d’argent. Ces dernières étaient d’accord, à condition qu’il revienne à la production de tabac, la culture pour laquelle il était compétent, selon elles. Il a refusé et a finalement tout perdu: sa ferme et ses terres. Il a ensuite cherché du travail à Harare et finalement trouvé une ferme à louer, mais dont les terres étaient dans un état catastrophique, totalement érodées. Il a essayé tout de même de faire du maïs dans ces conditions, mais les rendements étaient faibles et il produisait à perte. La situation était critique à nouveau. Dans son désespoir il s’est alors tourné vers Dieu en lui demandant de lui enseigner comment cultiver. Etrange requête pour un paysan de génération en génération.

La forêt respecte le sol

Dieu lui a alors dit (ou lui a inspiré l’idée) d’aller en forêt. Priant dans la nature il a eu le sentiment que Dieu lui disait d’observer ce qu’il voyait. Il a réfléchi au fonctionnement de la forêt, un écosystème naturel ou « divin ». Deux principes lui sont alors apparus qu’il désignera comme les « principes de respect du sol » :

  1. Non-labour : les arbres poussent sans labour, la terre n’a pas besoin d’être retournée pour que les graines poussent.
  2. Couverture permanente du sol : la terre est couverte en permanence par des feuilles mortes et du matériel végétal en train de sécher ou se décomposer.

Brian a alors tenté d’appliquer ces principes dans ses champs. Le principe du non-labour existe depuis les années 1930 en agriculture sous le nom « d’agriculture de conservation » (approche aujourd’hui promue par la FAO1 ). Mais la méthode développée par Brian va plus loin que ce qui est généralement compris sous ce terme.

Des principes à partager

Il a commencé par un seul hectare et, encouragé par les résultats, s’est lancé ensuite dans deux hectares de maïs cultivés sans labour et avec du mulch (litière végétale). Les résultats étaient tellement bons qu’il réussissait à faire des bénéfices qui compensaient les pertes faites sur le reste de la ferme. Il a ensuite étendu sa méthode à l’ensemble du domaine et a même racheté des terres aux voisins pour finalement cultiver 3’500 hectares sans labour.

C’est là que Dieu lui a dit : « Je ne t’ai pas montré cela pour que tu t’enrichisses, mais pour que tu le partages avec tout le monde, et les pauvres en particulier ». Brian a donc commencé à organiser des cours pour les paysans et mis en place des champs de démonstration. Les résultats étaient excellents : les rendements dépassaient les 10 tonnes par hectare, alors que souvent les paysans récoltent dix fois moins, – mais ne duraient pas quand les équipiers de l’organisation quittaient la zone. Quel était le problème?

Apprendre à faire du bénéfice

L’équipe de Foundations for Farming s’est rendu compte que les paysans ne manquaient pas de connaissances techniques, mais du savoir permettant d’implanter ces connaissances pour en faire une activité rentable. Brian demanda alors à Dieu de lui révéler comment sortir de là, et la réponse était: « Apprendre à faire du bénéfice ». Pour cela, quantre principes sont à respecter:

  1. on time : faire les choses à temps, non pas en retard ; c’est particulièrement important pour le semis et le sarclage.
  2. at standard : respecter les normes de qualité ; par exemple, la plante doit pouvoir se développer correctement.
  3. without wastage : la pratique des feux de brousse, par exemple, est un gaspillage incroyable de ressources qui partent en fumée, sans parler de la destruction de la structure du sol.
  4. with joy : la joie permet de dégager l’enthousiasme ; elle vient aussi d’une attitude reconnaissante et permet de rester en communion avec le Créateur.

En apparence, ces principes sont assez simples, mais ils sont tout aussi révolutionnaires que les principes de respect du sol.

Imiter la nature, respecter la Création

J’ai été émerveillé de constater à quel point les participants des différents pays africains présents à la formation étaient enthousiasmés par la méthode « Farming God’s Way ». Plusieurs d’entre eux ont même témoigné qu’ils vont démissionner un jour de leur poste dans leur organisation pour se consacrer à l’agriculture! Cela ne va pas forcément faire plaisir à leur employeur actuel, mais quel renversement! Dans un contexte où les emplois à durée indéterminée sont rares, il est vraiment surprenant d’entendre ce discours! Moi-même d’ailleurs, j’ai ma petite idée derrière la tête concernant la culture d’un lopin de terre…

Je suis étonné par la sagesse ou la façon de faire de Dieu. Depuis toujours, l’imitation de la nature a été un moteur pour l’innovation. Dans cet exemple au Zimbabwe, c’est par cette méthode qu’un « simple » paysan, conduit par Dieu, a compris comment être fidèle à la terre et comment restaurer des sols qui avaient été maltraités.

Lectures

Pour plus de renseignements, voyez le site suivant: http://www.foundationsforfarming.org.

D’autres méthodes existent, qui imitent aussi la nature, comme la permaculture : http://www.permaculture.ch/la-permaculture/.


1. Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (« Food and Agriculture Organization of the United Nations »).

~ 5 min

Contribution à la célébration de la Journée du Chouf-nüt 2012 à la Heiliggeistkirche de Berne.

Zachée rencontre Jésus, Lc 19,1-10 NGÜ

Quelle transformation ! Découvrons comment ce Zacchaeus se transforme. Zacchaeus vit dans la ville frontalière de Jéricho. C’est le chef des douanes. La société le regarde avec mépris comme un homme qui ramasse l’argent avec des pratiques déloyales, qui empoche un énorme salaire aux dépens des autres. La thésaurisation est son affaire. De plus, en tant que chef des douanes, il s’occupe des païens, ce qui est une épine dans le pied des Juifs pieux. En tant que larbin de l’occupant romain, il est ostracisé dans sa société.

Sa position pourrait le rendre autosuffisant et fermé, riche et rassasié. Mais non, c’est tout à fait différent. Quand il entend que Jésus marche dans la ville, dont il a entendu parler, il est curieux. Sa curiosité le pousse à se frayer un chemin à travers la foule et à trouver une place pour lui sur le mûrier. Il y monte dans l’espoir d’avoir une vue privilégiée de ce qui s’y passe, au sens où : Voir mais ne pas être vu.

Jésus continue à travers Jéricho, son objectif, Jérusalem, est bien en vue. Mais, de manière inattendue, il se laisse arrêter. Il se dirige tout droit vers Zachée, il semble bien le connaître, lui et sa nostalgie, et s’adresse à lui par son nom : « Zachée, descends vite ! Je dois être un invité dans votre maison aujourd’hui ».

En fait, c’est plutôt impudent de la part de Jésus de s’inviter comme ça. C’est ce qu’il fait, obtenir quelque chose, se faire servir un bon repas ? En tout cas, Zacchaeus est heureux et accepte rapidement l’offre. « Quoi ? Il veut venir à moi, alors que tout le monde me méprise pour mon travail et mon mode de vie de pécheur ? ! »

C’est une auto-invitation insultante.

Restons un instant sur l’auto-invitation de Jésus. Il fait simplement un pas direct vers Zachée, il lui montre qu’il est important pour lui et qu’il veut entrer dans sa vie, qu’il veut être en communion avec lui. Zachée ne ressent pas cela comme une intrusion dans sa sphère privée, mais comme une offre qu’il accepte volontiers.

La situation me rappelle quelque chose que j’ai moi-même vécu : Dans mon appartement, toute la salle de bains a dû être arrachée et refaite à l’improviste. J’étais donc assis là sans douche, et parfois même sans toilettes ni eau du robinet ! Et que pouvais-je faire d’autre que de frapper à la porte de mes voisins. « Bonjour, je peux venir prendre une douche avec vous ? » Il m’a suffi d’approcher audacieusement mes voisins et de m’inviter à prendre une douche chez eux. J’ai dû admettre mon besoin et ma dépendance et espérer leur simplicité et leur générosité. Cette auto-invitation quelque peu embarrassante était une bonne occasion de créer une relation. Il y avait toujours une bonne occasion de discuter – la situation désagréable a créé un pont avec mes voisins.

Une telle auto-invitation insolente peut vraiment créer la rencontre, peut provoquer un changement dans les relations, comme Jésus et Zachée.

Quel changement !

Et quel changement cela a apporté à Zachée ! Le fait que Jésus vienne à lui, « doit rester avec lui » comme le dit le texte original grec, le fait complètement tomber de ses chaussettes. Lui, l’exclu social, le prisonnier de son mode de vie luxueux, rencontre en Jésus Dieu, « l’ami de la vie ». Dieu, devant lequel le monde entier est comme une poussière sur la balance, comme une goutte de rosée (Sg 11, 22), se tourne en Jésus vers ce Zachée. Parmi les masses, Jésus l’appelle par son nom, le prend personnellement au sérieux, dans toutes les situations compliquées de sa vie. Et cela conduit à un tournant radical dans sa vie.

Zachée, dont le travail consiste à travailler avec des chiffres et à utiliser des astuces pour obtenir quelques pour cent de plus pour lui-même, est soudain confronté à la source débordante de la vie. Et cela déclenche en lui une cascade de générosité :

« Je donnerai la moitié de ce que je possède aux pauvres, et si j’ai extorqué quelque chose à quelqu’un, je le lui rendrai au quadruple ».

Zachée, qui voulait autrement s’emparer de tous les pourcentages possibles, se trouve soudain confronté à autre chose que la logique des nombres, car il compte devant Dieu lui-même.

Il ne veut pas seulement rembourser le montant qu’il a escroqué aux autres, comme l’exige la loi de Moïse, mais quatre fois (400% !). Il ne veut pas seulement donner la dîme (10%) de ses revenus aux pauvres, comme l’exige la loi religieuse juive, mais bien plus, de son propre chef. – Dans la Suisse d’aujourd’hui, nous n’avons même pas atteint 0,7 %.

Zachée redonne quatre fois, il pulvérise un peu de la justice de Dieu dans les quatre directions. Il a été libéré de la logique de la thésaurisation parce qu’il a rencontré celui qui tient la plénitude de la vie prête pour tous. Il n’a pas besoin de continuer à en accumuler pour lui-même. Il a de l’expérience : Les meilleures choses de la vie sont gratuites : Rencontre, appréciation, affection. Zachée connaît une véritable explosion de générosité parce qu’il a rencontré l’ami de la vie qui, dans sa grâce – le latin gratia – fait des dons sans limites.

Fils d’Abraham

Ce n’est donc probablement pas une coïncidence si Jésus appelle Zachée « fils d’Abraham ». En premier lieu, cela signifie qu’il n’est pas exclu du peuple de l’alliance de l’Ancien Testament parce que Jésus lui permet de trouver un moyen de se repentir. Mais quand j’entends « Abraham », j’entends aussi les récits de la Genèse qui décrivent Abraham comme un hôte extraordinairement généreux. Vous connaissez sans doute la célèbre icône russe de Roublev, qui représente les trois hommes mystérieux qu’Abraham héberge. En eux, il a rencontré Dieu – les chrétiens ont plus tard vu en eux une prémonition de la rencontre avec le Dieu unique en trois personnes. Par sa générosité et son hospitalité, Abraham a donné de l’espace à Dieu, il a rencontré l’ami de la vie. Et ce, d’une manière si intime que les Saintes Écritures des deux Testaments et même le Coran l’appellent lui-même « ami de Dieu » (Jc 2, 23 ; Is 41, 8 ; Sourate 4, 125). Abraham aussi a échappé à la logique du nombre par la générosité de sa foi :

Dieu lui a dit : « Regarde vers le ciel et compte les étoiles, si tu sais les compter. Et il lui dit : « Tes descendants seront si nombreux » (Gn 15, 5). C’est une entreprise désespérée que de compter les descendants qui lui sont promis aussi nombreux que le sable de la mer et les étoiles du ciel. Bien qu’il soit matériellement riche, Abraham doit reconnaître son impuissance devant Dieu. Malgré son âge et sa stérilité, Abraham a cru à la promesse de Dieu et est devenu une bénédiction et un donneur de vie pour beaucoup.

Ami de la vie

La rencontre avec l’ami de la vie, à qui Zachée et Abraham ont offert l’hospitalité dans leurs maisons, a déclenché une véritable explosion de générosité, un feu d’artifice de dons.

Ils ont tous deux vécu quelque chose de ce que le poète libanais Khalil Gibran a mis dans les mots suivants :

« Ils donnent, comme le myrte qui dégage son parfum dans la vallée là-bas.
Par leurs mains, Dieu parle,
et de ses yeux, il sourit à la terre. »


Janique Behmann est assistante pastorale à l’église catholique d’Ittigen (BE).

 

~ 17 min

Les étrangers dans la Bible et dans la politique suisse

Les étrangers et les étrangers dans la Bible

La Bible, vieille de plus de 2000 ans, a-t-elle encore quelque chose à apporter à la politique migratoire actuelle ? Certes, il existe de nombreuses questions complexes dans le domaine de la migration auxquelles la Bible ne permet pas de répondre. Mais ce qu’elle dit sur les attitudes fondamentales et l’image de l’homme par rapport aux « étrangers » et aux « étrangers » vaut la peine d’être examiné de près encore aujourd’hui. Dans la première partie de ce texte, les déclarations bibliques sont sommairement résumées, dans la deuxième partie, les positions des principaux partis suisses sont présentées, et dans la troisième partie, elles sont évaluées.

AT : « Vous avez été des étrangers… »

Tout d’abord, quelque chose à propos du terme : le terme hébreu ger désignait les « étrangers » libres résidant en permanence en Israël, ou les membres d’autres peuples qui dépendaient des Israélites dans certaines régions. La plupart des lois des cinq livres de Moïse utilisent ce terme. Le terme nakhri inclut les étrangers au sens général du terme qui ne résident que temporairement avec le peuple d’Israël, principalement pour des raisons économiques. Apparemment, contrairement au premier groupe, ils n’avaient guère besoin d’être protégés par la loi1. L’abondance des dispositions de la loi concernant les gerim, les étrangers, je vais essayer de la résumer très sommairement :

1. la même loi appliquée aux étrangers qu’aux Israélites : Ils avaient en grande partie les mêmes droits et devoirs 2, ils pouvaient et devaient respecter le sabbat tout aussi bien 3, et ils étaient presque égaux dans le domaine cultuel également 4. Les Israélites étaient obligés de soutenir les étrangers qui s’appauvrissaient tout autant que leurs compatriotes 5. Il est surprenant de constater à quel point ils sont souvent mentionnés, alors qu’ils ne sont pas un sujet dans les collections de droit mésopotamien, par exemple. 6

Avec les veuves et les orphelins, les étrangers faisaient manifestement partie des personnes économiquement et socialement faibles en Israël. Ils avaient besoin de la protection de la loi contre l’exploitation et les excès 7.

3) En termes économiques, le glanage est mentionné à plusieurs reprises. Les fermiers avaient pour ordre de ne pas récolter leurs champs, leurs vignes et leurs oliveraies de manière trop abondante, afin qu’il reste quelque chose pour les veuves, les orphelins et les étrangers, et qu’ils puissent subvenir à leurs besoins8. Dans le 5e livre de Moïse, il est en outre mentionné que la dîme devait servir à subvenir aux besoins des lévites ainsi qu’à ceux des pauvres (veuves, orphelins et étrangers)9.

La justification de ces commandements est donnée d’une part par l’affirmation lapidaire « Je suis le Seigneur ton Dieu », mais souvent – surtout en ce qui concerne l’interdiction d’exploiter et de tirer profit des étrangers – également par la référence « pour vous, vous étiez étrangers en Égypte » 10. Les gens n’étaient donc pas censés supprimer leur « origine migratoire ». Au contraire, cela faisait partie de leur identité : « La terre ne doit pas être vendue pour de bon ; car la terre est à moi et vous n’êtes que des étrangers et des demi-citoyens avec moi » 11. Ils devaient ainsi développer une compréhension de la situation des étrangers et être ainsi inspirés à la solidarité.  Déjà les ancêtres Abraham, Isaac et Jacob, ainsi que Moïse, savaient ce que cela signifiait de vivre en terre étrangère avec un autre peuple 12.

Ce n’est qu’à l’époque des Juges et des Rois qu’Israël passe du statut de nation de migrants à celui de nation de conquérants. David s’émerveille de la mesure dans laquelle Dieu a assujetti les peuples étrangers à lui13. Salomon utilise les étrangers comme main-d’œuvre d’accueil dans ses gigantesques projets de construction14.

Dans les livres prophétiques, la peur des étrangers est d’abord présentée comme très réelle et bien fondée. Si le peuple d’Israël ne respecte pas son alliance avec Dieu, il est menacé que des étrangers deviennent les acteurs du jugement de Dieu, qu’ils le dominent, assurent le rendement de leurs champs et volent leurs objets de valeur15, et comme nous le savons, cela s’est effectivement produit. D’autre part, les actions impitoyables et immorales des Israélites contre leurs étrangers est l’une des raisons pour lesquelles Dieu leur annonce le jugement 16.

Après tout, on ne peut pas nécessairement présumer que nous, les Suisses, sommes issus de l’immigration, ce qui justifie le traitement miséricordieux que les Israéliens réservent à leurs étrangers. Y a-t-il néanmoins des indications que ces dispositions nous concernent également ? L’étude du Nouveau Testament est ici instructive. Tout d’abord, la Lettre aux Hébreux est un bon point de départ, car elle reprend de nombreux motifs de l’Ancien Testament.

NT : « Etrangers et voyageurs dans le monde ».

L’ancêtre Abraham devient ici le modèle de la foi. La foi lui a permis de vivre « comme un étranger dans la terre promise comme dans une terre étrangère » sous des tentes, « car il attendait la ville avec les solides murs de fondation que Dieu lui-même avait prévus et construits » 17 L’image que les patriarches et le peuple d’Israël ont d’eux-mêmes en tant qu’étrangers est donc également transférée ici aux disciples de Jésus. L’image des migrants ou des pèlerins en route vers la vraie patrie est développée dans les versets suivants 18 Paul se voit lui aussi comme quelqu’un qui vit dans un pays étranger 19.

De même, l’auteur de la Première Épître de Pierre s’adresse « aux élus qui vivent comme des étrangers dans la dispersion, dans le Pont, en Galatie, en Cappadoce, dans la province d’Asie et en Bithynie » 20. Il les exhorte, alors qu’ils sont étrangers, à vivre une vie de piété. Ils sont rachetés de leur « mode de vie insensé hérité des pères (…) par le précieux sang du Christ, l’Agneau sans tache ni défaut ». On a l’impression qu’ici la confession de Jésus et la nouvelle éthique qui en découle font des chrétiens « des étrangers et des voyageurs dans ce monde »21qui appartiennent en fait à un monde nouveau.

Et Jésus lui-même ? Il ne parle pas beaucoup des étrangers, mais là où il le fait, il est assez provocateur. Pour illustrer le commandement d’aimer son prochain, Jésus raconte la parabole du bon samaritain, donnant ainsi l’exemple au maître de la loi d’un étranger méprisé parmi les samaritains : « Va et fais de même » 22. Jésus retourne ici le commandement d’aimer son prochain en Lévitique 19, 33-34, qui dit : « L’étranger qui séjournera chez toi sera considéré comme un indigène, et tu l’aimeras comme toi-même ». Jésus va encore plus loin dans Matthieu 25 : dans la parabole des brebis et des chèvres, il s’identifie complètement aux plus faibles et aux plus méprisés parmi les hommes. Il est le nu, le malade, le prisonnier, l’étranger et le sans-abri à qui les « moutons » ont fait du bien. « Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait !  » Et les « chèvres » l’ont ignoré sous la forme de ces méprisés 23.

La Bible nous lance donc de nombreux défis dans le domaine de la politique et de l’éthique des migrations, et le Nouveau Testament montre que c’est aussi un aspect de notre identité : nous comprendre en tant qu’étrangers et qu’habitants d’ici, sur le chemin d’un foyer meilleur et éternel. Une telle compréhension de nous-mêmes me semble être la condition préalable pour traiter avec les migrants dans notre pays. Elle nous aidera à les considérer comme nos voisins et, pour ainsi dire, comme des camarades de destin, et à les traiter avec compassion.

Positions des parties suisses sur la politique migratoire

Comment les partis suisses envisagent-ils la politique migratoire dans la perspective des élections de 2011 ? Les programmes actuels des partis montrent beaucoup de choses auxquelles il fallait s’attendre, mais aussi des choses surprenantes.

SVP 24 : contre le « laisser-aller

Dans sa prise de position, l’UDC reconnaît que « les Suisses cohabitent pacifiquement avec une proportion comparativement très élevée d’étrangers. Et inversement, la majorité des étrangers se conforment sans problème à notre système juridique ».

Cependant, le parti se plaint que la négligence en matière d’asile au sein du FDJP a encore augmenté sous le successeur de Christoph Blocker. L’exécution des expulsions est insuffisante et les procédures d’asile sont trop longues, notamment en raison des diverses possibilités de réexamen et de recours. Un autre obstacle à un « système d’asile approprié » pour le parti est « les profiteurs tels que les travailleurs sociaux, les travailleurs humanitaires et les avocats spécialisés en matière d’asile ». Ils ne développent guère d’élan pour s’attaquer au problème plus efficacement, mais font plutôt partie du problème eux-mêmes. De plus, les organes judiciaires sapent délibérément les dispositions légales et même la volonté du peuple ».

L’UDC exige donc que seules les procédures de première instance avec possibilité de recours soient menées et que la loi sur l’asile, plus stricte, soit également appliquée de manière cohérente dans les cantons. L’UDC exige en outre : « Les commissions dites de secours dans les différents cantons ne font que semer la confusion et doivent être supprimées. Elle veut également lutter contre les décisions de justice « qui sapent le droit d’asile accepté par le souverain ». Ce qu’elle entend précisément par là n’est pas clair.

Elle veut également renégocier la libre circulation des personnes et réintroduire des quotas, en affirmant que l’immigration massive en Suisse est un fardeau de plus en plus lourd. L’initiative d’expulsion doit être mise en œuvre « sans si ni sans mais ». La naturalisation devrait coûter quelque chose, être liée à des conditions telles que la maîtrise des langues nationales et n’être accordée qu’à titre d’essai.

SP25 : pour l’égalité des droits et des chances

Le PS publie un document de discussion sur le thème « Patrie et migration » sur Internet. À plus long terme, elle aimerait acquérir la souveraineté sur l’interprétation de ces questions. Selon les auteurs, la patrie est une chose que nous créons ensemble et qui ne peut être déléguée aux politiciens. Bien sûr, les immigrants doivent respecter les règles qui s’appliquent ici, mais ils doivent également bénéficier des mêmes droits et possibilités démocratiques et sociaux que les Suisses. Le parti relie habilement cette question à d’autres revendications sociales-démocrates, comme des salaires suffisants pour vivre. Car ceux qui doivent travailler 16 heures par jour n’ont plus l’énergie nécessaire pour un cours de langue. Les auteurs reconnaissent que la coexistence de cultures différentes entraîne des frictions, mais qu’en fin de compte, l’acceptation mutuelle augmente. Il est également clair que « la Suisse ne peut pas offrir une place et un moyen de subsistance à tous les pauvres du monde. Il est donc d’autant plus urgent de mener une politique économique et de développement qui soutienne les pays pauvres au lieu de les exploiter et qui promeuve la démocratie au lieu de faire des affaires avec des dictateurs ». Selon le PS, les étrangers sont des criminels supérieurs à la moyenne. Toutefois, il ne s’agit pas d’une question de couleur de peau, mais plutôt de la place d’une personne dans la société et des perspectives qui s’offrent à elle. Il demande des quartiers mixtes, des écoles avec des structures de jour et un soutien à l’apprentissage de la langue pour tous les enfants, des salaires minimums, plus de juges pour enfants et, si nécessaire, plus de policiers. Des mesures d’accompagnement sont nécessaires pour la libre circulation des personnes. Il faut aussi se battre pour des logements abordables. Le parti s’engage également à l’équilibre social et matériel, ce qui est nécessaire pour que tous puissent mener une vie libre et autodéterminée.

FDP 26 : « Dur mais juste ».

Le FDP a élaboré des fiches d’information sur divers sujets, notamment sur la politique des étrangers et la politique d’asile. Ici, le principe du parti est « Dur mais juste ». La politique migratoire au sens du FDP « dit oui à l’immigration par la libre circulation des personnes et limite en retour l’immigration en provenance des pays tiers ». Cependant, trop de personnes de pays tiers viennent encore chez nous, notamment dans le cadre du regroupement familial, a-t-il dit. C’est pourquoi le FDP réclame des règles plus strictes en matière de regroupement familial. Dans le cadre de sa politique d’intégration, le PRD demande une application cohérente du système juridique suisse : « Il ne faut pas jouer avec notre système juridique et nos lois. Toutes les violations doivent être punies rapidement et sévèrement. Toute personne qui souhaite vivre ici est la bienvenue, à condition que notre culture et nos valeurs soient respectées. Ceux qui ne s’y conforment pas doivent en assumer les conséquences ». Concrètement, pour le FDP, cela signifie des sanctions rapides et cohérentes, l’expulsion des grands criminels, la formation des imams en Suisse et la surveillance des organisations extrémistes.

Pour le FDP, la libre circulation des personnes est un modèle réussi avec quelques effets secondaires problématiques. Afin d’y remédier, elle propose une série de mesures.

En matière de politique d’asile, elle appelle à la cohérence afin de dissuader les faux réfugiés. Les réfugiés reconnus doivent obtenir un permis d’établissement dans les mêmes conditions que les autres étrangers originaires de pays tiers qui ne sont pas entrés dans le pays via le système d’asile. Les procédures d’asile doivent être raccourcies autant que possible.

Sous la rubrique « Exiger et promouvoir l’intégration », le PFP propose des normes minimales uniformes et un contrôle des résultats dans toute la Suisse. Les accords d’intégration devraient tenir les étrangers responsables : Ceux qui ne s’intègrent pas devraient être sanctionnés. Seules les personnes véritablement intégrées devraient être naturalisées. Pour ce faire, des critères stricts de naturalisation et leur examen systématique seraient appliqués. Les lois strictes à cet effet sont en place. Mais quiconque reçoit une fois le passeport suisse doit être considéré comme suisse.

CVP 27 : pour « immigration contrôlée

Le PDC commence son « Document de base sur la migration » en faisant le point sur la situation : l’immigration a fourni à la Suisse une main-d’œuvre et une croissance économique dont elle a un besoin urgent. Malgré la forte proportion d’étrangers, le niveau des salaires est élevé et le chômage est faible. Néanmoins, la migration entraîne également des problèmes tels que la criminalité commise par les étrangers, une mauvaise intégration ou un chômage relativement élevé parmi les étrangers, des différences religieuses et culturelles, qui ont conduit à un « débat sur l’Islam », ainsi que des lacunes dans la politique de naturalisation et d’asile.

Le PDC est « engagé dans une immigration contrôlée et gérée ». Le PDC appelle donc à de nouvelles mesures ciblées, à des négociations et à des révisions partielles des lois. Elle rejette « les exigences et les mesures irréalistes et irréalisables qui conduisent à la xénophobie ou qui sont préjudiciables à la coexistence des populations étrangères et nationales ».

ou sont préjudiciables à la coexistence des populations étrangères et suisses », ainsi que des appels à la Suisse pour qu’elle fasse cavalier seul en matière de politique migratoire. Parmi les mesures concrètes proposées par le parti figurent des lois contre les mariages forcés et les mariages organisés, ainsi que la preuve de ressources suffisantes pour le regroupement familial. Dans le cas des personnes qui ne peuvent pas être intégrées ou qui sont difficiles à intégrer, il convient de créer si possible « une incitation (financière) à quitter le pays ».

L’extension des permis de séjour des citoyens de l’UE devrait être examinée de près et le versement des allocations de chômage devrait être limité. Le PDC est également favorable à ce que le permis d’établissement soit lié à un test linguistique, à des accords d’intégration et à des règles d’admission pour les enseignants, ainsi qu’à des restrictions et conditions de naturalisation.

En matière de politique d’asile, le régime d’urgence doit être appliqué de manière cohérente, les procédures doivent être raccourcies et les expulsions doivent être effectuées rapidement. Afin d’améliorer l’intégration sur le marché du travail, le PDC propose des programmes d’emploi et l’obligation pour les RAV de mettre les réfugiés reconnus sur un pied d’égalité avec les ressortissants suisses ou d’autres étrangers. Des contrôles accrus, un plus grand nombre de policiers et une expulsion systématique dans les cas graves devraient contribuer à lutter contre les abus et la criminalité. Enfin, en matière de politique de migration étrangère, la Suisse devrait coopérer plus étroitement avec l’UE et, par le biais de partenariats migratoires, avec les pays d’origine et augmenter l’aide aux personnes déplacées dans la région d’origine.

Parti des Verts 28 : pour une « politique humaine ».

Les Verts sont partisans d’une « politique de migration ouverte et humaine ». Ils demandent une loi sur l’intégration visant l’égalité des chances et le respect de la diversité culturelle, une loi plus libérale sur les étrangers qui ne fasse pas de distinction entre les citoyens de l’UE et ceux des pays tiers, et des permis de travail pour toutes les personnes travaillant correctement en Suisse, y compris les sans-papiers.

Ils sont également favorables à une naturalisation plus facile pour les étrangers de la deuxième génération et à une naturalisation quasi automatique pour ceux de la troisième génération. Le parti souhaite une politique d’asile efficace et équitable ; éventuellement aussi des quotas de réfugiés, comme le demande le HCR. Enfin, le parti souhaite que le gouvernement fédéral soutienne les organisations et associations à but non lucratif dans le domaine de la migration.

PPE : pour la lutte contre la pauvreté sur le terrain

A la mi-septembre, le PPE a adopté une résolution intitulée « 10 thèses sur la politique de migration »29, dans laquelle il recommande d’utiliser la marge de manœuvre existante en matière de libre circulation des personnes afin de maîtriser les effets négatifs. Comme d’autres partis et comme le chef du département, le PPE demande des procédures d’asile plus rapides et plus de ressources pour l’exécution des expulsions. La coopération en matière de migration et la coopération au développement devraient être liées et l’aide au retour devrait être étendue. Le parti ne veut pas d’une amnistie générale pour les sans-papiers, mais dans certains cas, un permis de séjour devrait être accordé, surtout si des enfants et des jeunes scolarisés sont concernés. Les chrétiens persécutés devraient se voir accorder l’asile. Et, comme par le passé, les quotas devraient être admis de temps en temps en dehors de la procédure d’asile. L’intégration signifie exiger et encourager, un permis d’établissement ne devrait être accordé que sur présentation d’une preuve d’intégration, l’État offrant en contrepartie des cours et d’autres aides. La naturalisation devrait être facilitée pour les deuxième et troisième générations. L’initiative d’expulsion est inefficace car la plupart des crimes sont commis par des étrangers sans permis de séjour. Ceux qui ont des perspectives dans leur pays d’origine ne prennent pas le risque d’émigrer, c’est pourquoi la Suisse devrait porter sa coopération au développement à 0,7 % de son PIB.

UDE 30 : pour une intégration volontaire

L’UDE s’engage en faveur d’une Suisse humanitaire qui apporte une aide aux personnes dans le besoin. Elle s’oppose à la régularisation des Sans-Papiers. Les immigrants illégaux et ceux qui n’ont pas de véritables motifs d’asile devraient être systématiquement expulsés. La position de l’UDE sur l’intégration est la suivante : « Selon l’UDE, l’intégration ne signifie pas nier ou rejeter ses racines ou son identité, mais simplement accepter et respecter consciemment et volontairement le mode de vie et les règles du jeu du pays d’accueil, ainsi que faire un effort actif pour communiquer dans la langue du pays d’accueil sous sa propre responsabilité ». L’intégration ne peut pas être imposée d’en haut, mais doit être poursuivie de manière volontaire, le pays d’accueil devant créer des conditions cadres appropriées. Dans le pays d’accueil, la liberté de croyance et de religion doit s’appliquer dans le cadre de la constitution et de la loi.

Un problème croissant dans la rencontre avec d’autres cultures est l’insuffisance de l’identité propre des Suisses. « C’est pourquoi, selon l’UDE, un engagement clair en faveur de la fondation chrétienne et d’une vie active et crédible de la foi chrétienne dans le Dieu de la Bible par notre peuple et notre société est la seule réponse efficace à l’islamisation croissante de l’Europe et de la Suisse ». Elle préconise donc le renforcement de sa propre identité comme « une condition préalable à la capacité d’intégrer les étrangers ; le manque d’identité provoque l’insécurité et la peur de l’étranger ». Il prévoit des cours de langue et d’intégration pour les immigrés, un soutien actif à l’intégration des secondsos dans la vie scolaire et professionnelle, et des accords d’intégration facultatifs.

Évaluation

L’UDC : difficile comme prévu

Comme prévu, l’UDC adopte la position la plus dure à l’égard des demandeurs d’asile et des étrangers ; elle ne veut pas non plus leur accorder de soutien dans la procédure d’asile suisse compliquée. Dans l’ensemble, leur attitude envers les étrangers est dominée par le scepticisme et la méfiance, ce qui correspond probablement à l’état d’esprit d’une grande partie de la population sur cette question. A ce stade, il convient de faire quelques remarques sur le style de l’UDC : la force du parti réside dans ses déclarations et ses polémiques, mais cela se fait souvent au détriment de la précision. Ainsi, elle fait de nombreuses affirmations sans les étayer. Juste deux exemples : « De plus, les organes judiciaires sapent délibérément les réglementations légales et même la volonté du peuple » 31 et « Les enquêtes montrent : Plusieurs millions de personnes voudraient immigrer en Suisse » 32. Ce sont deux affirmations audacieuses qui ne sont pas fondées. Qui a réalisé ce sondage et interrogé des millions de personnes désireuses d’immigrer ? En matière de statistiques, les citoyens naturalisés sont considérés au mieux comme des demi-Suisses par l’UDC, comme en page 53, où elle parle de la proportion d’étrangers en Suisse : « Sans les naturalisations en masse de ces dernières années, le chiffre atteindrait 34,3% ». Là, au moins, la vérité est grattée.

SP : proche de la Bible

Le PS reconnaît qu’il existe certains problèmes dans le domaine de l’asile et des étrangers, par exemple en matière de criminalité. Toutefois, elle n’en voit pas les causes dans leur origine, mais dans les moyens et les possibilités plus faibles de ces personnes, ou dans les problèmes structurels. Elle ne considère pas nécessairement les migrants comme un groupe distinct, mais simplement comme une partie (souvent plus faible) de la société, et dans cette société, que les sociaux-démocrates s’efforcent d’instaurer, chacun devrait se voir accorder les mêmes droits et les mêmes possibilités dans la mesure du possible. Le PS se positionne ainsi à proximité de la position biblique.

CVP : copie affaiblie de l’UDC

Les positions du CVP et du FDP diffèrent de celles de l’UDC, principalement en ce qui concerne la libre circulation des personnes, que le premier considère de manière positive et ne veut pas changer.

Sinon, cependant, le document du PDC semble être une copie affaiblie et moins claire du programme de l’UDC, même s’il contient quelques propositions en faveur des migrants. Au moins, le PDC prévoit également une aide accrue dans les régions d’origine, ce qui ne figure pas dans le programme de l’UDC et du FDP.

FDP : à peine conforme à la Bible

Le FDP, pour sa part, juge les immigrants principalement en fonction de leur intérêt économique pour la Suisse et veut donc limiter sévèrement l’immigration en provenance de pays tiers. Cela est compréhensible au vu de leur devise « Pour l’amour de la Suisse », mais ne peut guère être concilié avec une image biblique de l’homme et de l’étranger. Les positions du FDP sur la politique d’immigration ont également été controversées au sein du parti après leur annonce. Le conseiller national vaudois Claude Ruey, par exemple, a déclaré que le concept était « éthiquement répréhensible ». On pourrait le résumer comme suit : « Les étrangers sont une nuisance – à moins qu’ils ne nous profitent économiquement. Il faut donc tout faire pour qu’il ne vienne pas en Suisse » 33.

Les Verts : une politique migratoire compatissante

Les Verts ont les positions les plus libérales en matière de politique migratoire de tous les grands partis, à côté du PS. Comme le PS, ils considèrent les réfugiés et les sans-papiers avant tout comme un groupe socialement vulnérable ayant besoin d’aide et de soutien, et comme un atout potentiel plutôt que comme un problème pour la Suisse. En d’autres termes, ils représentent également ce que l’on peut appeler une politique migratoire compatissante.

PPE : percevoir les zones de tension

Les positions du PPE sont en partie similaires à celles du CVP et du FDP, par exemple sur les procédures d’asile, la libre circulation des personnes et l’intégration. Sur d’autres points, elle est clairement plus sociale : elle adopte une vision différenciée du problème des sans-papiers, même si ses propositions à cet égard sont probablement difficiles à mettre en œuvre. Comme les Verts, le PPE met en discussion les quotas de réfugiés, et il est le seul parti à placer l’augmentation de l’aide au développement dans le contexte de la question des migrations. Il identifie également à juste titre la tension entre la politique de migration, qui concerne principalement les immigrants dans le cadre de la libre circulation des personnes et des réfugiés en vertu de la loi sur l’asile, et la réalité selon laquelle de nombreux immigrants de pays tiers cherchent du travail et des perspectives dans notre pays. Il faudrait ici réfléchir davantage, car pour cette zone de tension, à ma connaissance, aucun parti politique n’a encore de solution, tout aussi peu que l’exécutif (par exemple l’Office fédéral des migrations).

L’UDE : difficile mais intéressant

L’UDE a une position dure sur la politique d’asile. En matière d’intégration, cependant, elle met en jeu une approche intéressante et différenciée (voir ci-dessus). Il convient également de considérer l’affirmation selon laquelle le manque d’identité de la part des Suisses est l’un des problèmes et que le renforcement de sa propre identité est une condition préalable à l’intégration réussie de personnes issues d’autres cultures. Il serait passionnant d’approfondir ce sujet : Est-il réaliste d’espérer un retour de notre société post-chrétienne aux fondements de la foi chrétienne, comme le fait l’UDE ? Sinon, sur quoi d’autre les Suisses peuvent-ils raisonnablement fonder leur identité aujourd’hui ?

Conclusion : les chrétiens doivent s’engager à la miséricorde

Bien entendu, on ne peut pas s’attendre à ce que les partis « laïques » représentent nécessairement les valeurs bibliques dans la politique migratoire ou dans d’autres domaines. Les textes bibliques sur l’étranger, les étrangers et notre propre identité nous provoquent d’abord, nous les chrétiens, et nous interpellent : sommes-nous prêts à considérer notre origine suisse non pas comme un acquis à défendre contre les étrangers avides, mais comme une bénédiction donnée ? Et, de plus, comme un arrangement provisoire ? Pourquoi de nombreux chrétiens ont-ils peur des immigrants musulmans en particulier ? Cela a-t-il un rapport avec l’absence d’identité mentionnée par l’UDE ? Sommes-nous capables, surtout envers les étrangers du secteur de l’asile, de corriger nos préjugés et de les voir sous un jour aussi positif que la Bible et surtout que Dieu lui-même le fait 34 ?

Enfin, il serait important que les chrétiens s’impliquent politiquement dans ce domaine, car nous sommes encore loin d’une politique migratoire humaine. Par exemple, l’expression froide et nette « mieux » ou « exécution plus rapide des expulsions » utilisée par plusieurs parties cache le fait choquant que des personnes sont détenues jusqu’à 24 mois uniquement en raison de leur statut de résident non légal, et sont parfois expulsées vers leur pays d’origine sans leur famille 35.

Existe-t-il une solution simple pour ceux qui ne sont pas autorisés à rester mais qui ne peuvent pas revenir de leur point de vue ? Probablement pas, mais d’un point de vue biblique, la solution ne réside certainement pas dans un nouveau durcissement de la loi, comme le suggèrent les partis bourgeois de droite.

Martin Züllig, 11 octobre 2011

 

 


1 : http://www.bibelwissenschaft.de/nc/wibilex/das-bibellexikon/details/quelle/WIBI/zeichen/f/referenz/18557/cache/462415bb459abafc2b1998897b816779/ <05.09.2011>

2 : Ex 12:49 ; Ex 9:14 ; Ex 15:29-31

3 : Ex 20:10

4 : 3Mo 17 ; 3Mo 18:26

5 : 3Mo 25:35

6 : http://www.bibelwissenschaft.de/nc/wibilex/das-bibellexikon/details/quelle/WIBI/zeichen/f/referenz/18557/cache/462415bb459abafc2b1998897b816779/ <05.09.2011>

7 : Ex 22:20 ; Ex 23:9 ; Dt 23:16, Dt 24:19 et autres lieux.

8 : 3Mo 19:10 ; 3Mo 23:22 ; 5Mo 24:19-20.

9 : 5Mo 26:12-13.

10 : Ex 23:9 ; Dt 19:33-34 ; Dt 10:19 ; Dt 24:18.

11 : 3Mo 25:23

12 : 1 mois 26:3 ; 1 mois 35:27 ; 1 mois 47:9 ; 2 mois 2:22

13 : 2Sam 22:44-46

14 : 2 Chroniques 2:16-17

15 : Ésaïe 1:7 ; Jérémie 5:19 ; Jérémie 8:10, Jérémie 32:29 ; Ézéchiel 7:20-21, etc.

16 : Jer 7:5-7 ; Mal 3:5

17 : Hébreux 11:9-10

18 : Hébreux 11:13-16 ; voir aussi Hébreux 13:14.

19 : 2Cor 5:6-8.

Le terme diáspora, utilisé en grec, est maintenant aussi utilisé dans certains endroits pour désigner les communautés ethniques vivant à l’étranger, par exemple « la diaspora tamoule en Suisse ». Cf. par exemple Par exemple, les « études sur la diaspora » de l’Office fédéral des migrations.

21 : 1Petr 2:11

22 : Lk 10,25-37

23 : Mt 25:31-46