Semaine 1 : L’adversaire politique

~ 3 min

Semaine 1 – 13-17 septembre

Méditation

« « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ! « … Après avoir entendu ces paroles, ils s’esquivèrent l’un après l’autre, à commencer par les plus âgés… » (Jean 8.7,9). En effet, les pharisiens et les scribes réalisent qu’ils ont tous péché.

Même nous, croyants, nous ne sommes pas automatiquement « bons ». Nous aussi, nous continuons à pécher et avons besoin d’être pardonnés. C’est pour cela que Jésus lavera les pieds de ses disciples et les exhortera à en faire autant les uns pour les autres (Jean 13). La Bible nous enseigne que nous devons haïr le péché, mais aimer le pécheur…jusqu’à aimer notre ennemi (Matt. 5.44). De même pour l’adversaire politique : il est avant tout une personne aimée de Dieu. Nous devons l’aimer à notre tour, c’est à dire le regarder comme une créature de Dieu. Lui aussi cherche probablement à faire le bien, mais au plus profond de lui il est sous l’emprise de la peur (comme nous), ce qui peut engendrer des attitudes stériles.

 

Réflexions politiques

L’attitude face aux adversaires politiques s’est modifiée au cours des années 1990. Elle est aujourd’hui davantage marquée par le mépris. Les adversaires sont tournés en ridicule, comme ce fut le cas pour le Conseiller fédéral Joseph Deiss lorsqu’il annonça sa démission. Le conseiller national Christoph Mörgeli insulte régulièrement ses opposants en les traitant de petit bourgeois, d’illuminé, d’envieux, etc. Et les Jeunes UDC zurichois ont publié une bande dessinée dans laquelle certains conseillers fédéraux sont présentés comme des prostituées, des homosexuels ou des fainéants. Certaines affiches politiques présentent les opposants comme des rats ou des corbeaux.

A gauche, les attaques verbales ciblent les riches (p.ex: M. Ospel) et le Black bloc pousse jusqu’au recours à la violence. Malheureusement, seule une partie de la gauche s’en démarque clairement. Ainsi, une culture de la dévalorisation de la personne, doublée d’attaques personnelles, s’est installée. Souvent, on part du principe que l’« autre » est « de toute façon malveillant », voire simplement naïf ou stupide. Il ne s’agit plus d’idées ou d’actes qui seraient bons ou mauvais: leurs auteurs sont tout simplement classés « bons » ou « méchants ».

Pourtant, devant Dieu nous n’avons aucun droit de nier aux autres leur dignité, car toute personne est créée et aimée par Lui. La Bible parle ouvertement du péché et de la grâce sans pour autant remettre en cause l’amour réservé aux êtres humains. Bien plus : elle nous met face à un miroir et affirme que nous ne sommes pas meilleurs que les autres (Rom. 3.10).

 

Questions

·        Comment est-ce que je parle de ceux qui ont un avis politique différent ?

·        Quand ai-je intercédé pour la dernière fois en faveur d’un adversaire politique ?

 

Sujets de prière

·        Mardi 13 septembre : Jean 8.71
Aide-nous, Suisses, à ne pas chercher de bouc émissaire, mais à comprendre les aspects structurels derrière une problématique et à en chercher une solution bonne pour tous.

·        Mercredi 14 septembre : Matthieu 5.442
Aide-nous, Suisses, à ne pas voir l’autre comme un danger, mais à croire que Dieu pourvoira à nos besoins.

·        Jeudi 15 septembre : Romains 5.83
Aide-nous, Suisses, à ne pas classer les gens en « bons » et « méchants », mais à déposer notre peur d’autrui et à voir en chacun une personne aimée de Dieu.

·        Vendredi 16 septembre : 2 Timothée 1.74
Aide-nous, Suisses, à ne pas laisser la place aux peurs et au mépris, mais ouvre nos yeux et oreilles à ta force, ton amour et ton intelligence ; fais que les voix de la crainte et du dédain ne soient pas écoutées.

·        Samedi 17 septembre : Matthieu 5.21+225
Garde-nous, Suisses, d’utiliser la violence comme moyen politique, y compris pour amener le bien ; envoie Ton Esprit dans nos cœurs et protège la Suisse.

 


1. Jean 8.7 : « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ! »

2. Matthieu 5.44,45 : « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. Ainsi vous vous comporterez vraiment comme des enfants de votre Père céleste, car lui, il fait luire son soleil sur les méchants aussi bien que sur les bons, et il accorde sa pluie à ceux qui sont justes comme aux injustes. »

3. Romains 5.7,8 : « Mais voici comment Dieu nous montre l’amour qu’il a pour nous : alors que nous étions encore des pécheurs, le Christ est mort pour nous. »

4. 2 Timothée 1.7 : « Dieu nous a donné un Esprit qui, loin de faire de nous des lâches, nous rend forts, aimants et réfléchis. »

5. Matthieu 5.21,22 : « Vous avez appris qu’il a été dit à nos ancêtres : ‘Tu ne commettras pas de meurtre. Si quelqu’un a commis un meurtre, il en répondra devant le tribunal.’ Eh bien, moi, je vous dis : Celui qui se met en colère contre son frère sera traduit en justice. Celui qui lui dit ‘imbécile’ passera devant le tribunal, et celui qui le traite de fou est bon pour le feu de l’enfer. »

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.