~ 5 min

Le vecteur central d’une politique chrétienne doit être de mettre en avant le bien-être des plus vulnérables. Cependant, les réductions d’impôts des 25 dernières années, qui ont principalement profité aux riches, ont réduit les ressources des plus vulnérables. Par exemple, des coupes ont été faites dans les subventions à l’assurance maladie, les centres d’intégration AI, la prévention d’addictions, etc. A l’inverse, les 1% les plus riches de la population suisse possèdent de plus en plus de la richesse totale, soit 43% aujourd’hui. L’augmentation de la richesse provient souvent des gains en capital. Il est donc légitime que les gains en capital soient imposés. Ou bien pensons-nous vraiment que ces sacrifices seraient encore plus grands que les sacrifices des plus faibles ? Des fonds supplémentaires sont nécessaires pour l’amour du prochain. Parce qu’en raison de la pandémie de Corona, les caisses publiques sont vides et les prochains programmes d’austérité sont à portée de main.

Avec l’amour de Dieu, l’amour du prochain est la loi la plus élevée de la Bible. Aimer son prochain signifie que l’on accorde au bien-être de son prochain la même valeur qu’au sien propre. Les membres les plus faibles de la société ont besoin de notre plus grande attention, comme l’explique de manière impressionnante la Bible dans des centaines de passages (voir https://christnet.ch/de/unser-umgang-mit-den-schwachen/). Car toutes les créatures de Dieu sont ses enfants, et nous devons les traiter comme tels. Cela signifie également qu’il faut partager suffisamment pour que leur manque soit comblé (par exemple, Deut. 15.7-8).

Les bas salaires ont stagné au cours des 20 dernières années. Et le salaire médian des employés n’a augmenté globalement que de 1 % au cours des 25 dernières années, malgré une croissance économique réelle de 30 % au cours de la même période.

Dans le même temps, les impôts des riches ont été réduits dans tous les cantons au cours des 25 dernières années, ainsi qu’au niveau fédéral, par exemple par la réduction de l’imposition des dividendes. Cela a laissé des trous dans les caisses de tous les cantons et de la confédération. Par mesure d’économie, les subsides aux primes d’assurance maladie, les aides au logement et les prestations complémentaires ont été réduites, et l’intégration des chômeurs et des bénéficiaires de l’AI a été affaiblie. En outre, des milliards ont été économisés dans les écoles, l’orientation professionnelle, la prévention des addictions et auprès des transports publics, et des hôpitaux ont été fermés (https://christnet.ch/fr/la-crise-fiscale/) . Ainsi, les ménages les plus pauvres, qui comptent un nombre supérieur à la moyenne d’enfants touchés, ont subi une pression encore plus forte.

Pour justifier les réductions d’impôts, on a fait valoir que cela stimulerait l’économie et générerait des emplois et des salaires plus élevés pour les pauvres (« trickle down »). Mais cela a échoué : les pauvres n’ont pas de meilleures opportunités d’emploi : le chômage n’a pas baissé, seulement dans les chiffres officiels. Ceux qui ne trouvent plus de travail se retrouvent maintenant tout simplement à l’aide sociale. Et les salaires les plus bas, même le salaire médian, n’ont pas augmenté non plus, tant aux États-Unis qu’en Suisse, malgré une croissance économique énorme. Le système ne fonctionne pas ainsi. L’écart croissant entre les riches et les pauvres dans le monde a été bien illustré par Oxfam dans un rapport, et même le WEF à Davos a abordé le sujet.

Mais pourquoi la population ne réagit-elle pas ? Le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz décrit ce phénomène dans son ouvrage « The Price of Inequality » : La plupart des gens ne sont même pas informés de l’ampleur de l’inégalité, et ceux qui ne veulent pas changer l’évolution actuelle ont le plus grand pouvoir de marketing de leur côté. Cela se voit aussi bien lors de la votation actuelle.

Il est donc urgent d’augmenter les recettes fiscales pour soutenir les plus vulnérables et leur donner des possibilités d’inclusion. En outre, il est prévisible que le secteur public devra faire de nouveaux exercices d’austérité en raison de la pandémie de corona. Mais nous ne pouvons pas dire que nous n’avons pas d’argent pour financer les services et la justice pour les plus pauvres. Par exemple, en Suisse, une voiture neuve sur deux est un SUV. On ne peut donc pas sérieusement dire qu’il n’y a pas d’argent ou qu’il est déraisonnable de partager un peu plus. L’initiative ne demande que l’annulation d’une partie des réductions d’impôts passées, et seulement pour celles qui ne font pas mal. Ici, nous devons garder un œil sur la proportionnalité : Est-ce plus douloureux de n’avoir que 25 000 francs au lieu de 30 000 francs par mois à sa libre disposition ou de ne pas avoir assez d’argent pour les vêtements et les fournitures scolaires des enfants ?

Nous avons maintenant la possibilité de faire beaucoup pour les plus faibles. Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ?

  • « Les riches paient déjà la majorité des impôts aujourd’hui ».
    Oui, c’est vrai, mais cela reflète principalement les énormes inégalités de revenus et de richesses. Et enfin, il faut voir la situation des individus : Est-ce qu’ils doivent payer de leur superflu ou de leur nécessaire? Cela rappelle l’offrande de la pauvre veuve (Luc 21) : aux yeux de Jésus, elle a donné plus que les riches.
  • « La Suisse a déjà une forte redistribution par rapport aux autres pays ».
    Non, le taux d’imposition, par exemple, est l’un des plus bas en comparaison internationale. Selon les chiffres de l’OCDE, les Suisses sont, parmi les pays industrialisés, ceux qui doivent payer la plus grande part des coûts de santé eux-mêmes. Enfin, une étude commandée par l’Administration fédérale des contributions en 2004 a révélé qu’en raison des réductions d’impôts pour les riches et des augmentations de taxes pour tout le monde, la Suisse a déjà un système « flat tax » : tout le monde paie un pourcentage similaire d’impôts sur le revenu : https://www.ecoplan.ch/download/wel_hb_de.pdf .
  • « La hausse d’impôt demandée détruit les PME et donc les emplois ».
    Non, il s’agit des plus gros patrimoines et revenus et donc à peine des emplois. Au contraire, les recettes fiscales garantissent également les emplois : La redistribution aux plus pauvres va directement dans la consommation du plus nécessaire et crée donc des emplois ! Joseph Stiglitz, en particulier, a prouvé qu’un écart élevé entre les riches et les pauvres est destructeur d’emplois.
  • « Attention au piège fiscal des jeunes socialistes ».
    En fait, il est dommage que l’initiative vienne des jeunes socialistes. Parce que c’est facile (bien que malhonnête) de se prendre à un petit groupe en marge du spectre politique au lieu de faire face au contenu. Ici, nous devons appeler à une discussion factuelle ! Le canton de Schwyz vient de démontrer qu’il est possible d’augmenter les impôts des plus riches. En effet, c’est le gouvernement lui-même qui a fait adopter par les urnes un seuil supplémentaire d’imposition pour les plus riches.
  • « Nous ne devons pas dépenser l’argent des autres qui a été gagné grâce à leurs efforts ».
    Les performances d’une personne ont souvent contribué à sa richesse. Pourtant, la plupart des gens font tout ce qu’ils peuvent et beaucoup d’entre eux n’ont toujours pas de quoi vivre. Dieu a évidemment distribué de manière inégale les dons qui peuvent être convertis en salaire. C’est pourquoi chacun a été appelé à partager. Car le système économique, tel qu’il a été démocratiquement mis en place, récompense avant tout la valeur marchande des dons et des capacités de performance. Mais cela exige aussi la solidarité avec les autres. Sinon, le système perd sa justification.

Photo de couverture : Déchirure de l’affiche de campagne

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.