L’argent est-il une bonne chose à dépenser ?

~ 6 min

Dépenser de l’argent selon les commandements de Jésus ne signifie-t-il pas seulement renoncement et ascèse ? Cela signifie-t-il que je n’achète que ce qui est absolument nécessaire et que je donne le reste ? L’idée est évidente. Mais le théologien Paul Kleiner ne veut pas en rester là.

« Je consomme, donc je suis. » Parfois, cette phrase se glisse dans mes pensées lorsque je regarde des publicités ou lorsque je me retrouve au milieu d’une foule dans un centre commercial. En Suisse, tous ceux qui participent ou peuvent participer à la société de consommation y ont leur place. Parfois, je me sens vraiment étrange quand je ne fais que gagner de l’argent et que je le dépense à peine. Suis-je en train de saboter la croissance économique tant vantée ? On peut aussi se demander : est-il possible de bien dépenser de l’argent ? Y a-t-il des considérations éthiques dans la Bible concernant la consommation ?

Jésus de Nazareth a un jour résumé tout l’Ancien Testament en une seule directive, dans le double commandement de l’amour : « Aime Dieu… et aime ton prochain comme toi-même. Plus grand que cela n’est pas un autre commandement ». Dans la foulée, le Père Augustin, membre de l’Église, a formulé son éthique en une seule phrase : « Aimez et faites ce que vous voulez ». Dans cette tradition se trouvent les dix questions suivantes sur les dépenses d’argent.

 

1. Dieu est-il le premier à dépenser ? 
Jésus justifie son amour pour Dieu par l’unicité de ce dernier : il est le seul Seigneur qui est responsable, même des dépenses d’argent. Aimer Dieu signifie lui donner la priorité dans la vie, même lorsque vous sortez votre portefeuille, votre carte de crédit ou un bulletin de versement. « Cherchez d’abord le royaume de Dieu », enseigne Jésus à son peuple. Dépensons-nous de l’argent pour Dieu, avant tout, en priorité ? Aimer Dieu peut parfois signifier : Je jeûne, je ne consomme pas, je me prive. J’aime Dieu, et c’est pourquoi je n’achète pas un repas maintenant, je ne loue pas un DVD pour me distraire et me détendre, mais je passe le temps sans partage avec lui. – D’ailleurs, quand quelqu’un dit « je dois avoir ceci ou acheter cela », cela soulève la question de l’importance de Dieu. Selon Jésus, Dieu doit être le premier, le grand amour. Dieu est censé être la priorité. Dieu est le Seigneur qui vous libère des autres maîtres, des pressions et des pouvoirs qui vous asservissent à l’obligation d’avoir.

 

2. ce numéro honore-t-il Dieu ? 
Ceux qui aiment Dieu l’honorent. Cela est possible même avec de l’argent : « Celui qui a pitié des pauvres honore Dieu ». Ceux qui dépensent de l’argent pour partager avec une personne dans le besoin non seulement aiment leur prochain (voir question 6), mais honorent également Dieu, le Créateur de cette personne dans le besoin ! De même, nous honorons Dieu lorsque nous reconnaissons et acceptons notre humanité, lorsque nous ne voulons pas être nous-mêmes comme Dieu et que nous dépensons donc frugalement en nourriture et en vêtements. Et pas pour l’autopromotion, l’auto-agrandissement, l’auto-affirmation ou même l’auto-idolâtrie !

 

3. Ces dépenses favorisent-elles la confiance en Dieu ? 
L’apôtre Paul peut dépenser de l’argent ou ne pas en dépenser « par celui qui me rend fort ». La relation avec Dieu, l’amour et la confiance déterminent les dépenses. L’amour pour Dieu nous fait également croire qu’il pourvoira à nos besoins. Par conséquent, nous pouvons vivre frugalement et ne pas avoir à accumuler des biens pour notre propre sécurité en dépensant de l’argent. Ceux qui ont confiance en Dieu vivent dans la reconnaissance en toute chose, y compris en dépensant de l’argent.

 

4. Ces dépenses conduisent-elles à jouir de Dieu et de sa création ?

Nous aimons Dieu quand nous jouissons de lui et de sa création. Un rapide coup d’œil à la Bible montre à quel point notre joie de vivre est importante pour Dieu, à quel point Lui, en tant que notre grand amant, se délecte de notre joie, de notre délice, de notre plaisir. Un voyage à la montagne ou des vacances au bord de la mer coûtent de l’argent. Jouissons-nous ainsi de Dieu et de sa création ? L’homme a été créé pour glorifier Dieu et pour jouir de Lui éternellement. Commençons à le faire maintenant, même si nous dépensons de l’argent !

 

5. ces dépenses concernent-elles la création de Dieu ?
Ceux qui aiment Dieu se soucient de ce qu’il a créé. Cela inclut le corps de l’individu, dont on peut et doit prendre soin. Le corps est également appelé le temple du Saint-Esprit et doit être traité avec soin. Cela coûte aussi de l’argent. Bien sûr, on peut exagérer cela et idolâtrer le corps dans l’engouement actuel pour le bien-être. Mais avant de jeter le bébé avec l’eau du bain, nos dépenses en matière d’hygiène, de cosmétiques, d’alimentation saine et de mode de vie sain (par exemple, l’exercice !) pourraient avoir un rapport avec le commandement de Jésus : « Aimez Dieu ! ». Car c’est pour cela que nous aimons le merveilleux corps qu’Il a créé et qu’Il nous a confié pour un temps.

6. Cette édition soulage-t-elle le besoin du voisin ?
Jésus a aiguisé la charité : elle est unilatérale, ou du moins elle peut l’être : l’amour envers les ennemis qui ne veulent pas lui rendre la pareille, et l’amour envers les nécessiteux qui ne peuvent pas lui rendre la pareille. L’existence chrétienne est fondamentalement excentrique : ce n’est pas l’homme qui est au centre, mais Dieu. Pour l’éthique, cela signifie : Je ne suis pas le centre, mais je devrais mettre Dieu et le voisin au centre. On dit parfois que Jésus a commandé d’aimer son prochain « … comme soi-même ». Cela signifie que le voisin et moi avons des droits égaux, qu’il ne doit pas y avoir d’amour du voisin au détriment de l’amour de soi. Mais cela me semble obscurcir l’intention de la déclaration et briser le point de ces textes. Sur le courant de l’amour de soi évident et contre la forte attraction de l’égoïsme et de l’égocentrisme, la grâce de Dieu libère l’homme de l’excentricité et instruit l’Esprit et la Parole de Dieu dans une vie d’abnégation : Pas d’abord moi, mais d’abord toi – toi, ô Dieu, et toi, ô voisin ! Cette organisation caritative donne généreusement de l’argent aux personnes dans le besoin. Surtout nous, les Suisses matériellement riches, sommes encore assez pauvres au regard du « travail d’amour » de partage propagé par Paul, qui visait à l’égalité. La mesure de notre charité et de notre générosité est davantage déterminée par la société matérialiste et égoïste à laquelle nous appartenons que par la misère de nos voisins sur ce globe. Nous dépensons encore beaucoup d’argent de façon égocentrique et non excentrique.

 

7. ces dépenses impliquent-elles une considération pour notre voisin ? 
La charité implique la prise en compte des besoins et des droits d’autrui. Cela ouvre un champ large et confus pour les consommateurs. Notre économie complexe et mondialisée, basée sur la division du travail, nous donne des milliards de voisins. Faisons-nous preuve de considération pour ceux dont nous achetons les produits ou les services avec notre argent ? Je leur appliquerais également la déclaration de Jésus « L’ouvrier est digne de son salaire » et j’inclurais certainement les conditions de travail et les avantages sociaux dans le « salaire ». Le simple commandement de la charité et de la considération est un grand défi. Ne pas savoir comment dépenser de l’argent pourrait soudainement se transformer en indifférence et en méchanceté ! – Lorsque nous pensons à nos voisins, nous devrions également penser à la prochaine génération. La charité prend en compte les enfants à naître qui vivront et travailleront sur la terre que nous leur léguerons. – La réflexion conduit à nouveau à la frugalité : ce n’est pas le pouvoir d’achat, mais l’organisme de bienfaisance qui détermine la dépense de l’argent. Le pouvoir de l’argent ne doit pas fouler violemment aux pieds les droits des autres.

 

8. Ces dépenses favorisent-elles la camaraderie avec les voisins ? 
Je vais dîner avec quelqu’un. « Gaspiller ! Faites-en don aux pauvres », dit ma voix intérieure. Mais les dépenses préparent le terrain pour la bourse. Comment puis-je aimer mon voisin sans communauté ! Jésus a été étiqueté comme un fêtard. Faire la fête faisait partie de son style de vie, et il le faisait même avec des dons ! Les fêtes de réveil ne sont pas nécessairement contraires au partage avec les pauvres. En fait, ils peuvent être alimentés à partir de la même source : La charité ! Cela guide les dépenses d’argent ! La Bible est pleine de récits de bonne nourriture et de fêtes joyeuses, qu’on ne peut pas avoir gratuitement. Ces dépenses doivent être faites dans un but caritatif pour la communauté – et d’autres non : si ces dépenses suscitent l’envie ou la querelle et détruisent la communauté, alors le renoncement et la frugalité s’appliquent à nouveau ! Dépenser pour frimer, pour prouver, pour « avoir trop » empoisonne les relations et ne favorise pas la fraternité.

 

9. Cette dépense apporte-t-elle de la joie au voisin ? 
La charité s’exprime également par des dons, et les dons impliquent souvent des dépenses d’argent. La charité veut apporter de la joie aux autres, et cela peut impliquer des dépenses : une visite surprise, un appel téléphonique, un bouquet de fleurs, une oreille attentive et une bonne parole (le temps, c’est de l’argent, on le sait !)… L’amour et la joie se côtoient au début du fruit de l’Esprit : l’amour apporte de la joie au prochain.

 

10. Cette édition fait-elle la promotion du voisin ? 
L’amour ne commence pas seulement avec le besoin du voisin, mais il demande comment il peut promouvoir, contribuer à la croissance et à l’épanouissement.

Auteur : Paul Kleiner

Source: Bausteine/VBG


Photo by Clay Banks on Unsplash

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.