Archive d’étiquettes pour : consumption

~ 4 min

Les chrétiens et les forces du marché

Combien cela devrait-il coûter ? Les entreprises textiles déplacent la production de nos vêtements du Bangladesh vers l’Éthiopie afin de pouvoir être compétitives au niveau international en termes d’offre et de demande. Comment nous, chrétiens, réagissons-nous à ces développements et à d’autres similaires ?

En tant que chrétiens, nous sommes appelés à défendre la justice et la modération, contre les forces du marché. C’est pourquoi Paul nous donne une indication importante dans Romains 12:2 : « Ne vous conformez pas au modèle de ce monde, mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence, afin de pouvoir éprouver ce qui est la volonté de Dieu : le bon, l’agréable et le parfait.

Les forces du marché sont l’offre et la demande, qui déterminent le prix d’un bien ou d’un service. Dans ce contexte, la science économique suppose un flux impersonnel. Ces forces anonymes peuvent établir des normes injustes, comme l’exploitation dans les pays pauvres.

Il devient aussi soudain normal que tout le monde cherche toujours à en faire plus, que la cupidité et l’avarice soient soudainement « excitées ». Ici, Jésus nous met en garde : « Faites attention et méfiez-vous de toute sorte d’avidité ! Car même à celui qui vit dans l’abondance, sa vie ne se développera pas hors de la possession ». (Luc 12:15)

Résister au courant dominant

En tant qu’individus, nous ressentons fortement la pression des forces du marché. Pouvons-nous résister au courant dominant seul ? Par exemple, si nous renonçons à des vêtements produits de manière déloyale, nous estimons que nous devons nous réduire et nous différencier des autres. Mais est-ce si grave ? Nous cherchons tous la reconnaissance de nos semblables et nous les imitons plus ou moins. Mais en réalité, nous nous efforçons d’être une communauté, et non pas une conformité.

La réalisation de soi est également un facteur de motivation, que nous, les chrétiens, essayons de satisfaire encore et encore par la consommation et le travail. Dieu et notre voisin s’en sortent mal dans cette affaire. Mais en réalité, moins de consommation (moins de dépenses) et moins de travail (moins de revenus) créeraient de l’espace pour le service de Dieu et du prochain.

Comment notre comportement sur le marché affecte-t-il réellement les autres ? L’industrie textile mentionnée au début en fournit un exemple frappant : comme je l’ai dit, la logique du marché a récemment poussé les entreprises textiles à délocaliser du Bangladesh vers l’Éthiopie parce qu’elles peuvent y produire encore moins cher. Tout cela dans un but d' »optimisation des coûts », afin que leur offre reste compétitive (aussi bon marché que possible). Les couturières ne peuvent pas vivre décemment de leur salaire, bien qu’un supplément de 1 CHF par vêtement suffise souvent pour garantir un salaire décent. Les entreprises justifient leur comportement en disant que les clients ne sont pas prêts à payer des prix plus élevés.

Pas seulement le prix

Mais dans un marché mondial, il est très difficile pour les consommateurs de connaître les conditions de travail de toutes les étapes de production de leurs T-shirts. Le succès des labels de commerce équitable, qui assurent précisément cette transparence, montre que de plus en plus de consommateurs sont prêts à fouiller davantage dans leurs poches pour obtenir un prix équitable. Il en va de même pour les téléphones portables avec l’expérience « Fairphone ». Sommes-nous, en tant que chrétiens, prêts à nous libérer, en tant que consommateurs, des « forces du marché » et à laisser d’autres critères, plus équitables que le seul prix, influencer la décision d’acheter ?

Dans le secteur alimentaire en particulier, il y a de plus en plus de produits issus du commerce équitable. En plus des Magasins du monde, on trouve de plus en plus de café, de jus de fruits divers, de thé, de chocolat, de marmelade, de miel, de riz, de céréales diverses et bien d’autres choses encore dans les grands distributeurs tels que Coop, Migros ou Aldi. Ce qui nous coûte quelques centimes de plus représente un salaire de subsistance pour une famille d’agriculteurs du sud. Par un comportement cohérent des consommateurs, nous encourageons les entreprises de services à modifier leur gamme de produits et contraignons ainsi les grandes entreprises telles que Nestlé, Coca-Cola, etc. à payer (enfin) des prix équitables pour les denrées alimentaires de base.

Trouver la volonté de Dieu

Nous savons que les problèmes de notre monde sont liés à notre détachement de Dieu. Personne dans ce monde n’est pleinement en accord avec le plan de Dieu (Ro 3:10ss.). Cela a notamment pour effet que les gens suivent la logique du marché de manière imprudente, ce qui signifie que le marché se développe dans une direction misanthrope. Jésus veut nous aider à nous libérer de cette situation et à trouver la « volonté de Dieu ».

Il est clair que des forces (de marché) destructrices de vie sont à l’œuvre dans la minimisation des coûts de l’industrie textile. C’est là que nos semblables ont un besoin urgent de notre témoignage. En paroles et en actes. Sommes-nous tellement enflammés par Jésus que nous disons adieu au « schéma de ce monde » ? – Même si cela coûte quelque chose (plus) ?


Plus d’informations :

Première publication dans Wort+Wärch, mai 2015. egw.ch/wortwaerch

~ 2 min

Une aide pour (mieux) choisir

Nous achetons tous des choses: certaines sont essentielles, certaines sont pour le plaisir. Nous allons faire nos courses avec des amis: des habits, de la musique, un Smartphone, une console de jeux, des cosmétiques etc.

La publicité, les amis ou les people nous disent ce qu’il faudrait acheter. A quel point laissons-nous nous influencer?

En tant que chrétien-ne-s, nous pouvons nous poser quelques questions. En voici certaines qui te permettront d’en discuter avec tes ami-e-s.

Peut-être, ne trouveras-tu pas de réponse à toutes les questions. Lesquelles? Comment aller plus loin (voir ici)?

1. Pourquoi je veux acheter exactement ça?

  • Mes ami-e-s l’ont aussi.
  • C’est super cool.
  • Mes ami-e-s se moquent de moi si je ne l’ai pas.

2. Qu’en est-il des gens et de l’environnement?

  • Est-ce que les producteurs de l’objet gagnent assez pour vivre?
  • Quelles sont leurs conditions de travail?
  • Et l’environnement? L’eau est-elle préservée? Des gens tombent-ils malades ?
  • Combien d’énergie est utilisée pour produire et distribuer cet objet ?
  • Où est-ce que je trouve ces informations ?

3. Est-ce bon pour mes relations?

  • Cet objet, pourrait-il m’empêcher d’être en relation avec mes ami-e-s, ma famille…? me rendre «asocial»? (p.ex. jeux vidéo, X-Box etc.)
  • Quelle serait une alternative plus «relationnelle»?

4. En ai-je vraiment besoin?

  • Ai-je une ancienne version (portable, iPad…) qui pourrait faire l’affaire?
  • Suis-je sûr que je n’en ai pas déjà assez (habits…)?
  • Combien serait assez?
  • Ai-je le temps pour utiliser l’objet que je veux acheter ?

5. Ai-je l’argent nécessaire?

  • Puis-je payer cet objet?
  • Est-ce que je dois emprunter de l’argent? Si oui, est-ce sensé? Quand et comment vais-je le rembourser?
  • N’y aurait-il rien de plus important/urgent à financer?

6. Est-ce le bon moment?

  • Pourrais-je m’en passer une semaine, un mois de plus?
  • Pourrais-je m’en passer tout court? Du coup, pourrais-je aider quelqu’un avec l’argent économisé (p.ex. enfants de réfugiés syriens, parrainage pour la scolarité d’un enfant, aider une famille dans l’Eglise ou le voisinage…)
  • Pourrais-je mettre de côté cet argent? Dans quel but?

7. Y a-t-il une alternative?

  • Pourrais-je en trouver la même chose en seconde main?
  • Pourrais-je le partager avec des ami-e-s?
  • Pourrais-je le fabriquer moi-même?

Ma liste de shopping en question(s)

~ 6 min

Contribution à la célébration de la Journée du Chouf-nüt 2012 à la Heiliggeistkirche de Berne.

Zachée rencontre Jésus, Lc 19,1-10 NGÜ

Quelle transformation ! Découvrons comment ce Zacchaeus se transforme. Zacchaeus vit dans la ville frontalière de Jéricho. C’est le chef des douanes. La société le regarde avec mépris comme un homme qui ramasse l’argent avec des pratiques déloyales, qui empoche un énorme salaire aux dépens des autres. La thésaurisation est son affaire. De plus, en tant que chef des douanes, il s’occupe des païens, ce qui est une épine dans le pied des Juifs pieux. En tant que larbin de l’occupant romain, il est ostracisé dans sa société.

Sa position pourrait le rendre autosuffisant et fermé, riche et rassasié. Mais non, c’est tout à fait différent. Quand il entend que Jésus marche dans la ville, dont il a entendu parler, il est curieux. Sa curiosité le pousse à se frayer un chemin à travers la foule et à trouver une place pour lui sur le mûrier. Il y monte dans l’espoir d’avoir une vue privilégiée de ce qui s’y passe, au sens où : Voir mais ne pas être vu.

Jésus continue à travers Jéricho, son objectif, Jérusalem, est bien en vue. Mais, de manière inattendue, il se laisse arrêter. Il se dirige tout droit vers Zachée, il semble bien le connaître, lui et sa nostalgie, et s’adresse à lui par son nom : « Zachée, descends vite ! Je dois être un invité dans votre maison aujourd’hui ».

En fait, c’est plutôt impudent de la part de Jésus de s’inviter comme ça. C’est ce qu’il fait, obtenir quelque chose, se faire servir un bon repas ? En tout cas, Zacchaeus est heureux et accepte rapidement l’offre. « Quoi ? Il veut venir à moi, alors que tout le monde me méprise pour mon travail et mon mode de vie de pécheur ? ! »

C’est une auto-invitation insultante.

Restons un instant sur l’auto-invitation de Jésus. Il fait simplement un pas direct vers Zachée, il lui montre qu’il est important pour lui et qu’il veut entrer dans sa vie, qu’il veut être en communion avec lui. Zachée ne ressent pas cela comme une intrusion dans sa sphère privée, mais comme une offre qu’il accepte volontiers.

La situation me rappelle quelque chose que j’ai moi-même vécu : Dans mon appartement, toute la salle de bains a dû être arrachée et refaite à l’improviste. J’étais donc assis là sans douche, et parfois même sans toilettes ni eau du robinet ! Et que pouvais-je faire d’autre que de frapper à la porte de mes voisins. « Bonjour, je peux venir prendre une douche avec vous ? » Il m’a suffi d’approcher audacieusement mes voisins et de m’inviter à prendre une douche chez eux. J’ai dû admettre mon besoin et ma dépendance et espérer leur simplicité et leur générosité. Cette auto-invitation quelque peu embarrassante était une bonne occasion de créer une relation. Il y avait toujours une bonne occasion de discuter – la situation désagréable a créé un pont avec mes voisins.

Une telle auto-invitation insolente peut vraiment créer la rencontre, peut provoquer un changement dans les relations, comme Jésus et Zachée.

Quel changement !

Et quel changement cela a apporté à Zachée ! Le fait que Jésus vienne à lui, « doit rester avec lui » comme le dit le texte original grec, le fait complètement tomber de ses chaussettes. Lui, l’exclu social, le prisonnier de son mode de vie luxueux, rencontre en Jésus Dieu, « l’ami de la vie ». Dieu, devant lequel le monde entier est comme une poussière sur la balance, comme une goutte de rosée (Sg 11, 22), se tourne en Jésus vers ce Zachée. Parmi les masses, Jésus l’appelle par son nom, le prend personnellement au sérieux, dans toutes les situations compliquées de sa vie. Et cela conduit à un tournant radical dans sa vie.

Zachée, dont le travail consiste à travailler avec des chiffres et à utiliser des astuces pour obtenir quelques pour cent de plus pour lui-même, est soudain confronté à la source débordante de la vie. Et cela déclenche en lui une cascade de générosité :

« Je donnerai la moitié de ce que je possède aux pauvres, et si j’ai extorqué quelque chose à quelqu’un, je le lui rendrai au quadruple ».

Zachée, qui voulait autrement s’emparer de tous les pourcentages possibles, se trouve soudain confronté à autre chose que la logique des nombres, car il compte devant Dieu lui-même.

Il ne veut pas seulement rembourser le montant qu’il a escroqué aux autres, comme l’exige la loi de Moïse, mais quatre fois (400% !). Il ne veut pas seulement donner la dîme (10%) de ses revenus aux pauvres, comme l’exige la loi religieuse juive, mais bien plus, de son propre chef. – Dans la Suisse d’aujourd’hui, nous n’avons même pas atteint 0,7 %.

Zachée redonne quatre fois, il pulvérise un peu de la justice de Dieu dans les quatre directions. Il a été libéré de la logique de la thésaurisation parce qu’il a rencontré celui qui tient la plénitude de la vie prête pour tous. Il n’a pas besoin de continuer à en accumuler pour lui-même. Il a de l’expérience : Les meilleures choses de la vie sont gratuites : Rencontre, appréciation, affection. Zachée connaît une véritable explosion de générosité parce qu’il a rencontré l’ami de la vie qui, dans sa grâce – le latin gratia – fait des dons sans limites.

Fils d’Abraham

Ce n’est donc probablement pas une coïncidence si Jésus appelle Zachée « fils d’Abraham ». En premier lieu, cela signifie qu’il n’est pas exclu du peuple de l’alliance de l’Ancien Testament parce que Jésus lui permet de trouver un moyen de se repentir. Mais quand j’entends « Abraham », j’entends aussi les récits de la Genèse qui décrivent Abraham comme un hôte extraordinairement généreux. Vous connaissez sans doute la célèbre icône russe de Roublev, qui représente les trois hommes mystérieux qu’Abraham héberge. En eux, il a rencontré Dieu – les chrétiens ont plus tard vu en eux une prémonition de la rencontre avec le Dieu unique en trois personnes. Par sa générosité et son hospitalité, Abraham a donné de l’espace à Dieu, il a rencontré l’ami de la vie. Et ce, d’une manière si intime que les Saintes Écritures des deux Testaments et même le Coran l’appellent lui-même « ami de Dieu » (Jc 2, 23 ; Is 41, 8 ; Sourate 4, 125). Abraham aussi a échappé à la logique du nombre par la générosité de sa foi :

Dieu lui a dit : « Regarde vers le ciel et compte les étoiles, si tu sais les compter. Et il lui dit : « Tes descendants seront si nombreux » (Gn 15, 5). C’est une entreprise désespérée que de compter les descendants qui lui sont promis aussi nombreux que le sable de la mer et les étoiles du ciel. Bien qu’il soit matériellement riche, Abraham doit reconnaître son impuissance devant Dieu. Malgré son âge et sa stérilité, Abraham a cru à la promesse de Dieu et est devenu une bénédiction et un donneur de vie pour beaucoup.

Ami de la vie

La rencontre avec l’ami de la vie, à qui Zachée et Abraham ont offert l’hospitalité dans leurs maisons, a déclenché une véritable explosion de générosité, un feu d’artifice de dons.

Ils ont tous deux vécu quelque chose de ce que le poète libanais Khalil Gibran a mis dans les mots suivants :

« Ils donnent, comme le myrte qui dégage son parfum dans la vallée là-bas.
Par leurs mains, Dieu parle,
et de ses yeux, il sourit à la terre. »


Janique Behmann est assistante pastorale à l’église catholique d’Ittigen (BE).

 

~ 2 min

Et si Noël [re]devenait un événement qui change le monde ?

Yverdon/Genève, 08.12.09 – « Les rebelles de Noël » lancent leur site et une vidéo de présentation. Cette campagne, soutenue par le Forum de discussion ChristNet, obéit à un concept très simple : pour Noël, acheter un cadeau en moins, trouver une alternative non pécuniaire à offrir et donner l’argent ainsi économisé pour une bonne cause.

« Les rebelles de Noël », un groupe de chrétiens proches des associations ChristNet et A Rocha, proposent des idées pour célébrer Noël pleinement, tout en tenant compte des besoins des populations les plus pauvres de notre monde.

Une vidéo et un nouveau site web

Une vidéo de promotion présente de manière dynamique le stress et la surconsommation que l’on ressent durant cette période de l’année. Elle met en évidance les sommes importantes qui sont consacrées chaque année à cette fête. Une réflexion est proposée sur la manière de vivre Noël autrement. A noter qu’une version suisse allemande et française complète la version romande.

Le site internet lesrebellesdenoel.ch présente une série de cadeaux à offrir pour que Noël redevienne un événement qui change le monde. Ces projets sont proposés par plusieurs associations caritatives (Medair, Caritas, EPER, StopPauvreté2015, etc.)

« Célèbre pleinement, dépense moins… et aime ! »

Derrière cette manière originale de vivre Noël , il y a un fil rouge qui se résume ainsi : célèbre pleinement, dépense moins, donne plus et aime chacun. Cette façon d’entrevoir la période de Noël, s’inspire du récit de l’Evangile et essaie de lui donner corps.

Le concept est principalement transmis par Internet, au travers de Facebook (avec la possibilité de jouer à un quizz), Youtube et notre site internet. Quelques églises ont déjà commencé à diffuser la vidéo pour sensibiliser leurs paroissiens à cette problèmatique.

« Les Rebelles de Noël » s’adressent à toute personne désireuse de (re)découvrir le véritable sens de Noël. Cette campagne s’inspire de la démarche nord-américaine « Advent Conspiracy » qui existe depuis 2006 et qui a permis, en 2006, de récolter 500’000 $ pour la construction de puits au Libéria.

Infos

Site internet de la campagne : www.lesrebellesdenoel.ch

Vidéo de promotion version romande : www.youtube.com/watch?v=YrYFqWVqiNI

Page Youtube des Rebelles de Noël : www.youtube.com/user/lesrebellesdenoel

Page Facebook : www.facebook.com/pages/Les-rebelles-de-Noel/183836692964?ref=mf

Contacts

Les Rebelles de Noël : Philippe Kiener, philippe.kiener@artszone.net, 078 607 81 75

ChristNet : Samuel Ninck-Lehmann, samuel.ninck@christnet.ch, 022 731 71 83

Liens

www.adventconspiracy.org

www.christnet.ch

Photo by Ben White on Unsplash

~ 7 min

Dépenser de l’argent selon les commandements de Jésus ne signifie-t-il pas seulement renoncement et ascèse ? Cela signifie-t-il que je n’achète que ce qui est absolument nécessaire et que je donne le reste ? L’idée est évidente. Mais le théologien Paul Kleiner ne veut pas en rester là.

« Je consomme, donc je suis. » Parfois, cette phrase se glisse dans mes pensées lorsque je regarde des publicités ou lorsque je me retrouve au milieu d’une foule dans un centre commercial. En Suisse, tous ceux qui participent ou peuvent participer à la société de consommation y ont leur place. Parfois, je me sens vraiment étrange quand je ne fais que gagner de l’argent et que je le dépense à peine. Suis-je en train de saboter la croissance économique tant vantée ? On peut aussi se demander : est-il possible de bien dépenser de l’argent ? Y a-t-il des considérations éthiques dans la Bible concernant la consommation ?

Jésus de Nazareth a un jour résumé tout l’Ancien Testament en une seule directive, dans le double commandement de l’amour : « Aime Dieu… et aime ton prochain comme toi-même. Plus grand que cela n’est pas un autre commandement ». Dans la foulée, le Père Augustin, membre de l’Église, a formulé son éthique en une seule phrase : « Aimez et faites ce que vous voulez ». Dans cette tradition se trouvent les dix questions suivantes sur les dépenses d’argent.

 

1. Dieu est-il le premier à dépenser ? 
Jésus justifie son amour pour Dieu par l’unicité de ce dernier : il est le seul Seigneur qui est responsable, même des dépenses d’argent. Aimer Dieu signifie lui donner la priorité dans la vie, même lorsque vous sortez votre portefeuille, votre carte de crédit ou un bulletin de versement. « Cherchez d’abord le royaume de Dieu », enseigne Jésus à son peuple. Dépensons-nous de l’argent pour Dieu, avant tout, en priorité ? Aimer Dieu peut parfois signifier : Je jeûne, je ne consomme pas, je me prive. J’aime Dieu, et c’est pourquoi je n’achète pas un repas maintenant, je ne loue pas un DVD pour me distraire et me détendre, mais je passe le temps sans partage avec lui. – D’ailleurs, quand quelqu’un dit « je dois avoir ceci ou acheter cela », cela soulève la question de l’importance de Dieu. Selon Jésus, Dieu doit être le premier, le grand amour. Dieu est censé être la priorité. Dieu est le Seigneur qui vous libère des autres maîtres, des pressions et des pouvoirs qui vous asservissent à l’obligation d’avoir.

 

2. ce numéro honore-t-il Dieu ? 
Ceux qui aiment Dieu l’honorent. Cela est possible même avec de l’argent : « Celui qui a pitié des pauvres honore Dieu ». Ceux qui dépensent de l’argent pour partager avec une personne dans le besoin non seulement aiment leur prochain (voir question 6), mais honorent également Dieu, le Créateur de cette personne dans le besoin ! De même, nous honorons Dieu lorsque nous reconnaissons et acceptons notre humanité, lorsque nous ne voulons pas être nous-mêmes comme Dieu et que nous dépensons donc frugalement en nourriture et en vêtements. Et pas pour l’autopromotion, l’auto-agrandissement, l’auto-affirmation ou même l’auto-idolâtrie !

 

3. Ces dépenses favorisent-elles la confiance en Dieu ? 
L’apôtre Paul peut dépenser de l’argent ou ne pas en dépenser « par celui qui me rend fort ». La relation avec Dieu, l’amour et la confiance déterminent les dépenses. L’amour pour Dieu nous fait également croire qu’il pourvoira à nos besoins. Par conséquent, nous pouvons vivre frugalement et ne pas avoir à accumuler des biens pour notre propre sécurité en dépensant de l’argent. Ceux qui ont confiance en Dieu vivent dans la reconnaissance en toute chose, y compris en dépensant de l’argent.

 

4. Ces dépenses conduisent-elles à jouir de Dieu et de sa création ?

Nous aimons Dieu quand nous jouissons de lui et de sa création. Un rapide coup d’œil à la Bible montre à quel point notre joie de vivre est importante pour Dieu, à quel point Lui, en tant que notre grand amant, se délecte de notre joie, de notre délice, de notre plaisir. Un voyage à la montagne ou des vacances au bord de la mer coûtent de l’argent. Jouissons-nous ainsi de Dieu et de sa création ? L’homme a été créé pour glorifier Dieu et pour jouir de Lui éternellement. Commençons à le faire maintenant, même si nous dépensons de l’argent !

 

5. ces dépenses concernent-elles la création de Dieu ?
Ceux qui aiment Dieu se soucient de ce qu’il a créé. Cela inclut le corps de l’individu, dont on peut et doit prendre soin. Le corps est également appelé le temple du Saint-Esprit et doit être traité avec soin. Cela coûte aussi de l’argent. Bien sûr, on peut exagérer cela et idolâtrer le corps dans l’engouement actuel pour le bien-être. Mais avant de jeter le bébé avec l’eau du bain, nos dépenses en matière d’hygiène, de cosmétiques, d’alimentation saine et de mode de vie sain (par exemple, l’exercice !) pourraient avoir un rapport avec le commandement de Jésus : « Aimez Dieu ! ». Car c’est pour cela que nous aimons le merveilleux corps qu’Il a créé et qu’Il nous a confié pour un temps.

6. Cette édition soulage-t-elle le besoin du voisin ?
Jésus a aiguisé la charité : elle est unilatérale, ou du moins elle peut l’être : l’amour envers les ennemis qui ne veulent pas lui rendre la pareille, et l’amour envers les nécessiteux qui ne peuvent pas lui rendre la pareille. L’existence chrétienne est fondamentalement excentrique : ce n’est pas l’homme qui est au centre, mais Dieu. Pour l’éthique, cela signifie : Je ne suis pas le centre, mais je devrais mettre Dieu et le voisin au centre. On dit parfois que Jésus a commandé d’aimer son prochain « … comme soi-même ». Cela signifie que le voisin et moi avons des droits égaux, qu’il ne doit pas y avoir d’amour du voisin au détriment de l’amour de soi. Mais cela me semble obscurcir l’intention de la déclaration et briser le point de ces textes. Sur le courant de l’amour de soi évident et contre la forte attraction de l’égoïsme et de l’égocentrisme, la grâce de Dieu libère l’homme de l’excentricité et instruit l’Esprit et la Parole de Dieu dans une vie d’abnégation : Pas d’abord moi, mais d’abord toi – toi, ô Dieu, et toi, ô voisin ! Cette organisation caritative donne généreusement de l’argent aux personnes dans le besoin. Surtout nous, les Suisses matériellement riches, sommes encore assez pauvres au regard du « travail d’amour » de partage propagé par Paul, qui visait à l’égalité. La mesure de notre charité et de notre générosité est davantage déterminée par la société matérialiste et égoïste à laquelle nous appartenons que par la misère de nos voisins sur ce globe. Nous dépensons encore beaucoup d’argent de façon égocentrique et non excentrique.

 

7. ces dépenses impliquent-elles une considération pour notre voisin ? 
La charité implique la prise en compte des besoins et des droits d’autrui. Cela ouvre un champ large et confus pour les consommateurs. Notre économie complexe et mondialisée, basée sur la division du travail, nous donne des milliards de voisins. Faisons-nous preuve de considération pour ceux dont nous achetons les produits ou les services avec notre argent ? Je leur appliquerais également la déclaration de Jésus « L’ouvrier est digne de son salaire » et j’inclurais certainement les conditions de travail et les avantages sociaux dans le « salaire ». Le simple commandement de la charité et de la considération est un grand défi. Ne pas savoir comment dépenser de l’argent pourrait soudainement se transformer en indifférence et en méchanceté ! – Lorsque nous pensons à nos voisins, nous devrions également penser à la prochaine génération. La charité prend en compte les enfants à naître qui vivront et travailleront sur la terre que nous leur léguerons. – La réflexion conduit à nouveau à la frugalité : ce n’est pas le pouvoir d’achat, mais l’organisme de bienfaisance qui détermine la dépense de l’argent. Le pouvoir de l’argent ne doit pas fouler violemment aux pieds les droits des autres.

 

8. Ces dépenses favorisent-elles la camaraderie avec les voisins ? 
Je vais dîner avec quelqu’un. « Gaspiller ! Faites-en don aux pauvres », dit ma voix intérieure. Mais les dépenses préparent le terrain pour la bourse. Comment puis-je aimer mon voisin sans communauté ! Jésus a été étiqueté comme un fêtard. Faire la fête faisait partie de son style de vie, et il le faisait même avec des dons ! Les fêtes de réveil ne sont pas nécessairement contraires au partage avec les pauvres. En fait, ils peuvent être alimentés à partir de la même source : La charité ! Cela guide les dépenses d’argent ! La Bible est pleine de récits de bonne nourriture et de fêtes joyeuses, qu’on ne peut pas avoir gratuitement. Ces dépenses doivent être faites dans un but caritatif pour la communauté – et d’autres non : si ces dépenses suscitent l’envie ou la querelle et détruisent la communauté, alors le renoncement et la frugalité s’appliquent à nouveau ! Dépenser pour frimer, pour prouver, pour « avoir trop » empoisonne les relations et ne favorise pas la fraternité.

 

9. Cette dépense apporte-t-elle de la joie au voisin ? 
La charité s’exprime également par des dons, et les dons impliquent souvent des dépenses d’argent. La charité veut apporter de la joie aux autres, et cela peut impliquer des dépenses : une visite surprise, un appel téléphonique, un bouquet de fleurs, une oreille attentive et une bonne parole (le temps, c’est de l’argent, on le sait !)… L’amour et la joie se côtoient au début du fruit de l’Esprit : l’amour apporte de la joie au prochain.

 

10. Cette édition fait-elle la promotion du voisin ? 
L’amour ne commence pas seulement avec le besoin du voisin, mais il demande comment il peut promouvoir, contribuer à la croissance et à l’épanouissement.

Auteur : Paul Kleiner

Source: Bausteine/VBG


Photo by Clay Banks on Unsplash

~ 4 min

Questions fondamentales concernant la consommation

Consommer vient du latin con-sumere ce qui signifie « rassembler » ou « collectionner », « faire la somme ».

Voici quelques réflexions :

·         Que collectionnons-nous ?

·         Laissons-nous nous inspirer par la générosité de Dieu ?

·         Faisons-nous confiance en la provision de Dieu ? (Pièces de 5 Francs : Deus providebit. Dieu pourvoira.)

·         Notre vie, est-elle définie par l?avoir ou par l?être ?

 

Nous aimerions présenter le vaste sujet de la consommation sous plusieurs points de vue, ainsi que leur conséquences. Par la suite nous tenterons d?y apporter des réflexions bibliques. Deux passages bibliques nous guideront dans notre recherche :

 

Ne me donne ni pauvreté, ni richesse, Accorde-moi le pain qui m?est nécessaire. De peur que, dans l?abondance, je ne te renie Et ne dise: Qui est l?Eternel? Ou que, dans la pauvreté, je ne dérobe, Et ne m?attaque au nom de mon Dieu. (Prov. 30.8+9)

 

Car nous n?avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n?en pouvons rien emporter; si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira. Mais ceux qui veulent s?enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. Car l?amour de l?argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments. (1 Tim. 6.7-10)

 

Des points de vue sur la consommation

Nous proposons 5 points de vue sur le vaste thème de la consommation avec les aspects de société et biblique. Pour des raisons de simplicité nous proposons de ne reprendre qu?un seul lors de la journée d?action.

1. Publicité

Aspects de société

« Dix marques sont suffisantes pour définir en gros la vie d?un Européen. » ? Coca-Cola, Mercedes, Orange, Sony, Nestlé? (le philosophe Andreas Brenner dans une interview du 7 août 2004)

La publicité est partout. Elle nous met sous tutelle.

Elle transmet des messages cachés, comme « Ca va faire ton bonheur. » « Tu ne suffis pas. » « Tout le monde a ça. »

La publicité est le média du matérialisme : l?avoir est donneur de sens.

Vision biblique

Tu es unique, précieux, aimé : « Je t?aime d?un amour éternel ; c?est pourquoi je te conserve ma bonté. » (Jér. 31.3)

Seul l?amour de Dieu ne cessera jamais.

2. Environnement

Aspects de société

Nos ressources ne sont pas inépuisables : matières premières, air, eau? Si toute l?humanité avait notre train de vie, nous aurions besoin de plusieurs planètes afin de satisfaire à tous les besoins. Nous mettons en danger notre existence et l?existence de nos enfants.

La production et l?élimination des biens que nous utilisons, sont pour la plupart du temps mauvais pour l?environnement. Tout ce que nous achetons aujourd?hui, même les services, sera demain un déchet.

Vision biblique

Dieu nous a confié la tâche de gérer soigneusement l?héritage que nous avons reçu :

L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder. (Genèse 2.15)

C?est un acte d?amour pour nos prochains (nos enfants?) et d?adoration du Créateur que de prendre soin de la Création.

3. Matérialisme

Aspects de société

Le matérialisme considère l?homme en tant que homo oeconomicus et le réduit ainsi à sa seule identité économique : la vie ne sert qu?à l?avoir, les biens deviennent une fin en soi et ne sont pas un moyen pour vivre. Il en résulte souvent l?accumulation de biens inutiles.

Vision biblique

L?Homme est créé par Dieu pour Dieu et non pas pour les biens.

Parabole du paysan riche qui finit par la phrase suivante :

Dieu lui dit: Insensé! cette nuit même ton âme te sera redemandée; et ce que tu as préparé, pour qui cela sera-t-il? (Luk. 12, 16-21)

Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. (Matth. 6,24)

4. Justice sociale

Aspects de société

Le clivage entre riches et pauvres est en train de grandir. La fortune se répartie sur toujours moins de personnes, aussi en Suisse. Ainsi, les riches sont pourvus de plus de pouvoir.

Etre pauvre parmi les riches est difficile : Le consumérisme (et la publicité) met l?accent sur nos besoins ce qui peut encourager à une attitude égoïste qui ne laisse que peu de place pour la solidarité avec les pauvres. D?autre part le paradis des biens de consommation et autres articles de marque est promis aux pauvres ce qui promeut le sentiment d?échec social. Souvent, les jeunes de milieux défavorisés sont les premiers à tenter de se racheter une identité perdue par l?achat de certaines marques.

Vision biblique

Jésus s?est toujours solidarisé avec les pauvres et les rejetés de la société. A travers des rencontres marquées par l?amour il transmettait aux gens de la valeur et une identité.

L?Eglise primordiale vivait aussi dans la solidarité. Ainsi, Paul incite les Corinthiens de donner pour la communauté à Jérusalem :

Car il s’agit, non de vous exposer à la détresse pour soulager les autres, mais de suivre une règle d’égalité: dans la circonstance présente votre superflu pourvoira à leurs besoins, afin que leur superflu pourvoie pareillement aux vôtres, en sorte qu’il y ait égalité, (2 Cor. 8.13+14)

5. Clivage nord-sud

Aspects de société

Le clivage nord-sud reflète les mêmes problèmes que l?injustice sociale, mais à un niveau mondial.

S?y ajoute le fait que les ressources au sud sont exploitées et commercialisées en excluant les populations sur place.

Il existe un lien entre notre richesse et la misère au sud.

Vision biblique

Par les liens commerciaux qui nous lient de plus en plus aux pays du sud, leurs habitants deviennent nos prochains : l?enfant qui coud mes baskets Nike en des conditions improbables devient, de fait, l?enfant du voisin?

La réponse biblique au clivage nord-sud est donc analogue avec celle à l?injustice sociale.